X

Diaspora

Messe solennelle de requiem à Montréal

Communautés
17/08/2015

Les fidèles de la paroisse Saint-Antoine-le-Grand de Montréal se sont réunis le samedi 1er août autour du père Jean el-Dahdouh, pour la commémoration du quarantième jour du décès au Liban de son père, Youssef el-Dahdouh, après six ans de lutte contre la maladie.
L'évêque maronite du Canada, Mgr Paul-Marwan Tabet, a présidé la cérémonie, à laquelle ont participé Mgr Ibrahim Ibrahim, l'évêque grec-catholique du Canada, ainsi qu'une vingtaine de prêtres en mission à Montréal, dont des représentants des évêques orthodoxes antiochiens et syriaques-catholiques. Des représentants de divers partis politiques libanais ont également assisté à la cérémonie, ainsi que nombre de personnalités de la communauté libanaise de Montréal, dont le consul général du Liban, Fadi Ziadé, et son épouse.
Dans son homélie, Mgr Tabet a rappelé la signification de la mort pour le chrétien, ainsi que la fragilité de l'être humain. Il a souligné les qualités du défunt. « Peu de gens parmi vous savent que Youssef el-Dahdouh, qui était sculpteur, est celui qui a construit la jolie fontaine qui se trouve dans la cour en face de la tombe de saint Charbel au monastère Saint-Maron de Annaya, a-t-il dit. Le défunt a réalisé de nombreuses œuvres pour plusieurs monastères et il était connu pour sa piété. »
Et de poursuivre : « Durant son séjour à l'hôpital, Youssef el-Dahdouh a eu le privilège de recevoir la visite du patriarche maronite Béchara Raï, ainsi que celle du supérieur général de l'ordre libanais maronite, le père Tannous Nehmé. »
Après la messe, une réception a été offerte dans la salle du Liban au monastère.

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué