Moyen Orient et Monde

Le général Qassem Souleimani s’est-il, ou non, rendu à Moscou ?

Polémique

La diplomatie russe a démenti hier une visite la semaine dernière du responsable des gardiens de la révolution iraniens.

OLJ
15/08/2015

La diplomatie russe a indiqué hier qu'il n'y avait pas eu la semaine dernière de visite à Moscou d'un influent général iranien. Le général Qassem Souleimani, en charge des gardiens de la révolution, « n'était pas à Moscou la semaine dernière », a déclaré hier un vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, cité par l'agence de presse russe RIA Novosti. M. Riabkov n'a rien dit d'une éventuelle venue du général Souleimani fin juillet. « Nous avons été sincèrement surpris par ces informations puisque la semaine dernière nous avons dit à nos collègues américains que nous ne disposions pas de ces informations » sur la visite du général iranien, a expliqué M. Riabkov.
Un média iranien et la chaîne américaine Fox News ont en effet évoqué une visite, apparemment fin juillet, à Moscou du général Qassem Souleimani, sous le coup d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies de 2007 qui lui interdit de voyager à l'étranger en raison de ses liens présumés avec les programmes nucléaires ou de missiles balistiques de l'Iran. Et lors d'un appel téléphonique jeudi à son homologue russe Sergueï Lavrov, le secrétaire d'État américain John Kerry a exprimé ses « inquiétudes » à propos de ce voyage présumé du responsable des Gardiens de la révolution iraniens et chef de la force Qods chargée des opérations extérieures de l'armée d'élite du régime.
Mercredi soir, Washington avait annoncé qu'il porterait l'affaire devant le Conseil de sécurité de l'Onu. Le porte-parole du département d'État Mark Toner avait alors dénoncé « une violation des résolutions du Conseil de sécurité ». Si elle a eu lieu, la visite du général iranien est intervenue dans un contexte d'intense activité diplomatique autour du conflit en Syrie, impliquant les États-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite et l'Iran. Puissance chiite régionale, l'Iran apporte un soutien militaire à la Syrie de Bachar el-Assad contre le groupe radical sunnite État islamique (EI), ainsi qu'un appui à Bagdad via l'aide aux milices chiites irakiennes. Le général Souleimani est considéré comme la pièce maîtresse de cette assistance militaire.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants