Rechercher
Rechercher

Liban - Trafic humain

Un rapport du département d’État américain pointe le Liban du doigt

Le Liban ne respecte pas les normes internationales pour interdire le trafic humain, mais déploie des efforts pour lutter contre cette tendance. C'est ce qui ressort du rapport 2015 sur le trafic des êtres humains, rendu public lundi par le département d'État américain, à Washington. Celui-ci classe les pays en trois catégories : les pays qui respectent les normes internationales pour interdire le trafic humain et qui déploient des efforts pour lutter contre la traite des personnes ; les pays qui ne respectent pas ces normes, mais qui déploient des efforts pour lutter contre ce fléau ; et les pays qui ne respectent pas les normes internationales et ne déploient pas d'efforts pour y lutter.
Selon le rapport, le Liban aurait dû chuter de la classe 2 à la classe 3, « mais la mise en place par le gouvernement d'une stratégie pour lutter contre le trafic humain lui a permis de maintenir sa position », qu'il occupe d'ailleurs depuis quatre ans déjà.
En 2014, plus de 3 400 femmes venues notamment de l'Europe de l'Est, de l'Afrique du Nord et de la République dominicaine ont été introduites au Liban avec des visas d'« artiste », ce qui facilite, selon le rapport, « la prostitution ». De plus, un grand nombre de réfugiés syriens (hommes, femmes et enfants) « sont victimes de trafic sexuel ou de travail forcé ». Idem pour « les enfants libanais qui sont obligés à mendier dans les rues, ce qui les expose à l'exploitation sexuelle ». Selon le rapport également, « un petit nombre de filles libanaises sont victimes de trafic sexuel » dans d'autres pays arabes.
Le rapport souligne enfin qu'en 2014, soixante-douze personnes sur quatre-vingt-neuf ont été jugées pour trafic humain.
Le département d'État américain estime à plus de 20 millions le nombre de personnes dans le monde victimes d'une forme ou d'une autre d'« esclavage moderne ».

Le Liban ne respecte pas les normes internationales pour interdire le trafic humain, mais déploie des efforts pour lutter contre cette tendance. C'est ce qui ressort du rapport 2015 sur le trafic des êtres humains, rendu public lundi par le département d'État américain, à Washington. Celui-ci classe les pays en trois catégories : les pays qui respectent les normes internationales pour...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut