Clin d’œil

Le cœur des téléspectateurs a vibré avec Carine Rizkallah

La talentueuse scénariste et actrice, Carine Rizkallah. Photo LBCI

Carine Rizkallah, jeune actrice devenue célèbre aux côtés de son mari Fadi Charbel dans ses rôles comiques, incarnant à la télé comme dans le vie courante son épouse et la mère de ses enfants, s'est démarquée, à la grande surprise de son public libanais, en se présentant comme scénariste de la série Albi Dak, dans laquelle elle joue un rôle plus dramatique cette fois-ci.

Tina, l'héroïne incarnée par Carine, est une jeune femme qui fut attrapée par son père en flagrant délit au lit avec son soi-disant amant. Le père de la jeune fille, un villageois conservateur, oblige le couple à se marier et c'est à partir de ce moment que l'aventure commence. C'est un Yorgo Chalhoub charismatique et gracieux qui donne la réplique à Carine Rizkallah dans une romance libanaise qui a pu concurrencer les feuilletons concoctés par les plus grandes boîtes de production arabes, et médiatisés en grande pompe avant et durant la période du ramadan.

Face à un Cello servi par la beauté royale de Nadine Nassib Njeim et Youssef el-Khal et 24 Carat soutenu par le duo très populaire formé de Sirine Abdelnour et Abed Fahed, tous les deux diffusés à la même période, Albi Dak a pu se réserver une place dans les premières loges. Carine Rizkallah, une femme menue, qui ressemble à « la girl next door » plutôt qu'à une reine de beauté ou à un sex-symbol, a pu conquérir dès le premier épisode le cœur des téléspectatrices, tombées raides devant le duo, improbable au début, qu'elle a composé avec Yorgo Chalhoub.

 

(Pour mémoire : L'amour et les dollars au temps du violoncelle)


À travers une histoire simple, un scénario qui n'a rien de prétentieux et avec des acteurs, dont ses deux filles, tablant sur la crédibilité de leur rôle respectif plutôt que sur leur beauté physique ou celle des décors et des garde-robes somptueuses, Carine a misé semble-t-il sur le fond plutôt que sur la forme qui n'était pas mauvaise non plus, au grand plaisir des téléspectateurs.
Le feuilleton a tellement plu, à des milliers de téléspectateurs, qu'ils visionnaient la rediffusion le lendemain. D'autres reprenaient les détails d'un épisode de la veille autour d'un café matinal. Et il y a ceux qui boudaient les télévisions locales, fuyant les mêmes mégaproductions à la sauce de mafia, de combats armés et au parfum d'adultère et de drogue, et qui se sont réconciliés avec le petit écran en suivant le conseil de leurs amis devenus accros.

Malheureusement pour les fans du feuilleton qui passait sur la LBCI, il n'y aura pas de deuxième saison, explique la scénariste et actrice principale, Carine Rizkallah, qui est pleinement investie actuellement dans un autre projet. Il s'agira en effet encore une fois d'une histoire d'amour, mais elle ne peut pas prévoir quand elle et Yorgo apparaîtront à nouveau ensemble sur le petit écran.

 

Dans la même rubrique
Panique dans les airs pour téléspectateurs sadiques


Carine Rizkallah, jeune actrice devenue célèbre aux côtés de son mari Fadi Charbel dans ses rôles comiques, incarnant à la télé comme dans le vie courante son épouse et la mère de ses enfants, s'est démarquée, à la grande surprise de son public libanais, en se présentant comme scénariste de la série Albi Dak, dans laquelle elle joue un rôle plus dramatique cette fois-ci.

commentaires (0)

Commentaires (0)