X

Moyen Orient et Monde

Michel Nawfal : Même s’il y a d’autres attentats, la stratégie turque vis-à-vis des Kurdes ne changera pas

Trois questions à...
21/07/2015

Un attentat-suicide a visé hier un centre culturel dans la ville de Suruç, en Turquie, à quelques kilomètres de la frontière syrienne. Au moins 30 personnes ont péri et une centaine de blessés ont été conduits à l'hôpital, selon des sources officielles. L'attaque, qui s'est produite à midi, visait un groupe de jeunes volontaires, proches du Parti des travailleurs kurdes (PKK), qui s'apprêtaient à se rendre à Kobané, en Syrie. Quelques instants à peine après l'attentat, c'est la ville syrienne qui a assisté à une attaque terroriste perpétrée par un kamikaze qui a fait exploser un véhicule piégé à un point de contrôle, tuant deux combattants kurdes.
Si la paternité des deux attentats n'a toujours pas été revendiquée, les autorités turques ont directement pointé du doigt l'État islamique (EI). Ce serait la première fois depuis son émergence que le groupe islamiste radical commet une attaque sur le sol turc. L'analyste Michel Nawfal, spécialiste des questions turques et auteur du livre « Le Retour de la Turquie en Orient », répond aux questions de L'OLJ.

Quel message pourrait faire passer l'EI avec ces attentats ?
Le groupe EI veut montrer, surtout à travers l'attentat qui a eu lieu à Kobané – qu'ils ont perdu au profit des Kurdes –, qu'il est bien présent dans la région. L'attentat en Turquie semble être un double message. D'une part, l'EI a cherché à faire le plus de victimes possible du côté des Kurdes ; d'autre part, cela pourrait être une réponse au changement, perçu comme radical par l'EI, de la politique du gouvernement islamo-conservateur turc à son égard.


(Lire aussi : À Hassaké, soldats syriens et Kurdes font front commun face à l'EI)

 

Pensez-vous que cet attentat conduira à une détérioration des relations turco-kurdes, déjà très fragiles, et un changement de stratégie aux frontières syriennes ?
Au niveau des frontières syriennes, nous assistons en ce moment à un statu quo. La Turquie ne veut clairement pas intervenir en Syrie, vu que l'Otan ne s'est jamais prononcée sur le sujet et que le dirigeant de l'armée turque est contre.
Même s'il y a d'autres attentats, rien ne va modifier la stratégie du gouvernement d'Erdogan vis-à-vis des Kurdes. Le déploiement militaire turc aux frontières syriennes a pour fonction principale de rééquilibrer les rapports de force et d'empêcher la continuité d'une ligne kurde tout au long de ces frontières, donc elle reste indépendante des événements d'hier.

Cet attentat poussera-t-il la Turquie à agir plus fermement vis-à-vis de l'EI ?
Ankara se montre de plus en plus ferme vis-à-vis de l'EI. Cette politique de démantèlement des cellules jihadistes turques et de contrôle des frontières est très importante aux yeux de l'Europe, qui accuse la Turquie de faciliter l'expansion de l'EI dans la région. Cette politique de démantèlement s'inscrit également dans le contexte de la formation d'une coalition gouvernementale. On assiste depuis l'accord sur le nucléaire iranien à un changement global des rapports de force régionaux. Une nouvelle alliance anti-Daech, à laquelle s'ajoutera désormais l'Iran, pourra pousser la Turquie à entrer dans les rangs, si elle compte se faire respecter par les Occidentaux.

 

Lire aussi
Sous le feu des critiques, la Turquie durcit le ton face aux jihadistes

Et si des zones tampons en Syrie ne s'avéraient pas vraiment utiles ?

Pourquoi une intervention turque en Syrie reste aujourd'hui improbable 

A la frontière turque, les craintes d'une "cinquième colonne" jihadiste

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA STRATÉGIE NE CHANGERA PAS... LES TURCS AIMANT LES KURDES JUSQU'À LA MORT...

ACQUIS À QUI

On annonce ce matin dans les journaux que la turquie d'erdo accuse les bacteries salafowahabites bensaouds .
Es tu sur erdo que c'est bien eux ???
Tu sais chez nous au Liban des huluberlus disent que seul le hezb resistant est un aimant pour cette racaille , et que je sache , il n'y en a pas chez toi ( encore ) .
A moins que cela soit la loi du talion , tu sais oeil pour oeil dent pour dent qui s'est appliquee dans ce massacre ignoble des combattants kurdes , mais pour toi , ces morts ne peuvent etre que des terroristes , non ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué