X

Un monde de solutions (III)

Au Bangladesh, les hommes courageux se battent pour les droits des femmes

Md Shahnawaz KHAN CHANDAN (Daily Star/BANGLADESH)
OLJ
20/06/2015

Quand on pense à la défense des droits des femmes, certaines images peuvent nous venir à l'esprit: protestations, conférences, rassemblements engagés... Au Bangladesh, des centaines de jeunes garçons scolarisés parcourent les rues pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles. Certains vont même à la rencontre des habitants du village et encouragent leurs voisins à respecter les femmes de leur famille. C'est le cas notamment à Pabna, Sirajganj et à Natore, des villages du Bangladesh.

D'après l'étude Brave Men Campaign (BMC) du Dr Sayed Saikh Imitiaz, l'engagement des jeunes garçons scolarisés serait la meilleure solution pour venir à bout de la violence faite aux femmes. La campagne a été menée par l'équipe du Dr Imtiaz au Centre for Men and Masculinities Studies (CMMS) dans plus de 50 écoles situées en zones rurales, ainsi qu'à Dacca.
Raisul Islam Shuman, de Pabna, est l'un de ces jeunes garçons engagés pour la défense des droits de femmes. «Après ma journée à l'école et mon travail dans les rizières, je n'avais pas beaucoup de temps pour réfléchir aux injustices de la société», explique-t-il. «Mais quand j'ai découvert BMC, j'ai commencé à me rendre compte que l'image des femmes renvoyée par la société était biaisée, que ma sœur et moi n'étions pas traités de manière équitable. Je voulais aider à changer la manière dont les femmes sont traitées.»
La petite sœur de Raisul Islam Shuman, Afsana Begum a remarqué le changement d'état d'esprit de son frère. «Un jour, j'ai surpris mon frère en train de faire la vaisselle et la lessive – des tâches qui ont toujours été faites soit par notre mère, soit par moi. J'ai été très étonnée de ce changement de comportement et je lui ai demandé ce qui était arrivé! Il m'a regardé un peu gêné et a continué à nettoyer. Il s'intéresse davantage à moi, me demande si des personnes m'embêtent à l'école. Il m'encourage également à allouer plus de temps aux révisions plutôt qu'aux tâches ménagères.»

La campagne Brave Men, organisée par la Commission nationale des droits de l'homme et soutenue par le programme de développement des Nations unies, comprend une série d'activités variées dont le but est de développer un état d'esprit positif dans les écoles et particulièrement chez les jeunes garçons en ce qui concerne les droits des femmes. Chaque participant doit tenir un journal qui s'appelle « Brave Man Diary » où il raconte chaque jour son rapport avec les femmes.
Dans une section du journal appelée «Ma mère», le participant est encouragé à réfléchir sur le rôle de sa mère au sein de la famille. Il doit ensuite lire une histoire sur les difficultés du travail d'une mère et sa contribution au foyer, en notant ses impressions. Suite à cela, le participant doit aider sa mère dans les tâches domestiques et noter ses impressions dans le journal. Après quoi il partage son expérience avec ses camarades tout en les encourageant à faire la même chose, au moins le temps d'une journée.
«Nous tolérons la violence faite aux femmes simplement parce qu'elle ne nous ait pas visible. En tant qu'hommes, nous n'y prêtons pas attention. Quand nous demandons aux élèves ce que font leurs parents, tous nous répondent que leur père travaille et que leur mère reste à la maison. Mais après une journée à aider leur mère dans les tâches domestiques, tous répondent que leurs deux parents travaillent», explique le Dr Imitiaz.

Récemment, tous les participants ont célébré la Journée de la femme avec des processions colorées et des rassemblements de bicyclettes dans les villes et villages. Les jeunes filles ont aussi étaient impliquées dans la campagne pour les sensibiliser à leurs droits. Suite au succès du journal BraveMen, le journal BraveGirl a été créé.
«Nous avons trouvé les étudiants très coopératifs et enthousiastes. Ils adorent participer aux activités de la communauté dans le cadre de la campagne », souligne l'un des bénévoles Rawshan Akhter Urmee.
«Je suis assez optimiste sur le fait que BMC puisse créer une nouvelle génération de jeunes hommes assez courageux pour protester et se battre contre toutes les formes de violence faites aux femmes et jeunes filles», affirme le Dr Imitiaz, qui rêve que la campagne BraveMen prenne une envergure internationale.

À la une

Retour au dossier "Un monde de solutions (III)"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.