Rechercher
Rechercher

Liban

Tuerie d'Idleb : la classe politique libanaise entre crainte et indignation

Réunion urgente aujourd'hui du conseil druze pour débattre de la situation.

Wi’am Wahhab s’exprimant lors de la conférence de presse sur Soueida.

La tuerie dont la communauté druze a été la cible à Qalb Lozé, dans le nord-ouest de la Syrie, a suscité hier une série de réactions au Liban, notamment au sein de la communauté druze. Le leader druze Walid Joumblatt et l'ancien ministre Wi'am Wahhab ont tous deux commenté le massacre, mais dans des directions opposées.
Alors que le chef du Parti socialiste progressiste a tenté de calmer le jeu, sollicitant l'opposition syrienne pour œuvrer à garantir la sécurité des druzes de Syrie, M. Wahhab a lancé de son côté un appel aux armes pour faire face à la progression des rebelles jihadistes en direction de Soueida, le fief des druzes dans le sud de la Syrie. Il a pressé le régime syrien de venir en aide aux druzes, à défaut de quoi il devrait en assumer la responsabilité, a-t-il prévenu.


Mercredi, des combattants du Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda, ont tué 20 villageois de la minorité druze de Qalb Lozé, un village de la province d'Idleb, où le Front al-Nosra, allié avec d'autres groupes insurgés, enregistre d'importants succès depuis trois mois face aux forces gouvernementales.
Dans un communiqué, le PSP fait part d'une médiation entreprise par son chef, Walid Joumblatt, avec « certaines composantes de l'opposition syrienne et des forces régionales influentes afin de garantir la sécurité des habitants de la localité qui ont soutenu la révolution depuis ses débuts et accueilli les réfugiés tout en restant attachés à l'unité nationale du peuple syrien ».


Le parti relève toutefois que les informations qui ont circulé au sujet de l'incident « ne sont pas crédibles, notamment celles ayant fait état de décapitation des druzes ». Le communiqué précise que ce qui s'est passé en réalité est le résultat d'une altercation qui a eu lieu entre un certain nombre d'habitants à Qalb Lozé et des éléments du Front al-Nosra qui ont essayé de saisir la maison d'un habitant ayant combattu avec l'armée gouvernementale syrienne. « L'altercation a dégénéré en échanges de tirs qui ont fait plusieurs morts », indique le texte du PSP. Dénonçant la « campagne de provocation menée dans certains milieux politiques et médiatiques », le communiqué appelle les habitants à ne pas s'enliser dans la discorde.
Dans un tweet, Walid Joumblatt affirme de son côté que « les propos provocateurs sont inutiles ». « Souvenez-vous que c'est la politique de Bachar el-Assad qui a conduit la Syrie à ce chaos », écrit-il. En même temps, le leader druze annonce la tenue aujourd'hui d'une réunion « urgente au sein du conseil druze pour examiner les incidents d'Idleb ».


Plus alarmiste et frontal, M. Wahhab, proche du régime syrien, a joué les va-t-en guerre, faisant porter la responsabilité du massacre de Qalb Lozé au « Qatar qui finance » le Front al-Nosra et à « la Turquie qui le soutient ». Il a en outre appelé les druzes de Soueida à prendre les armes et défendre leur territoire.
Dans cette province majoritairement druze qui tente de préserver à ce jour sa neutralité et qui reste encore aux mains des forces gouvernementales, les rebelles syriens ont annoncé hier avoir pris au régime de larges parties d'une base aérienne contrôlée par les forces gouvernementales. Une progression confirmée par l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

 

(Pour mémoire : Joumblatt exhorte les druzes de Syrie à s’éloigner d’Assad)


« Seul le port des armes peut nous protéger. Nous allons nous armer ici et ailleurs », a lancé Wi'am Wahhab lors d'une conférence de presse. « La chute signifierait notre défaite à tous (les druzes), ce que nous ne tolérerons jamais », a-t-il dit. S'adressant à ceux qu'il a accusés de « traiter » avec le Front al-Nosra à partir du territoire libanais, il a estimé qu'ils « sont indésirables et doivent quitter les lieux car les réactions seront incontrôlables ». « Cela suffit de vendre le sang des druzes aux portes des ambassades », a-t-il encore lancé.
Mercredi, Walid Joumblatt avait appelé dans un tweet « les parasites druzes suspects », proches de Bachar el-Assad, à laisser les habitants de la Montagne faire leur choix en paix, une allusion à peine voilée à Wi'am Wahhab. Ce dernier a en outre lancé hier un appel pressant au président syrien dans lequel il lui fait savoir que les druzes de Soueida ont besoin d'armes, de chars et de roquettes. « Tout retard en ce sens devra être assumé par l'État syrien. Nous voulons nous battre aux côtés de l'armée officielle pour nous protéger », a-t-il dit.

 

 

Hariri se concerte avec le chef du PSP, Geagea réclame des sanctions

 

La tuerie dont la communauté druze a été la cible à Qalb Lozé, dans le nord de la Syrie, a suscité des condamnations en chaîne dans les milieux politiques libanais qui ont fait part de leur inquiétude pour l'ensemble de la communauté druze qui vit en Syrie.
Le chef du PSP, Walid Joumblatt, a reçu un appel du chef du Parlement, Nabih Berry, qui a stigmatisé l'incident. M. Joumblatt a également été contacté par les deux anciens chefs de gouvernement, Saad Hariri et Fouad Siniora, qui se sont enquis des développements sur le terrain en Syrie. M. Joumblatt a également été contacté par le mufti de la République, le cheikh Abdel Latif Deriane.
Le Premier ministre Tammam Salam a condamné, de son côté, « un massacre qui vise à semer la discorde », appelant à trouver une solution politique au conflit syrien. « Il s'agit d'une agression flagrante, contre une composante fondamentale du peuple syrien », a-t-il dit. Le leader du Futur Saad Hariri a, lui, souligné que cette tuerie est « un modèle dangereux du comportement honteux qui nuit à la population syrienne, à sa révolution et à ses victoires » et a exprimé sa solidarité avec « les parents des victimes ainsi qu'avec nos frères druzes au Liban et en Syrie ».


Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a également condamné la tuerie de Qalb Lozé, appelant à prendre toutes les mesures nécessaires à l'encontre des responsables. « Les pays de la région qui soutiennent l'opposition syrienne devraient intervenir afin de mettre un terme aux agissements de certains groupes, a martelé M. Geagea. Nous ne nous sommes pas débarrassés du régime criminel du président syrien Bachar el-Assad pour accepter d'autres genres de criminels. »
Le Hezbollah a condamné, pour sa part, un « crime sauvage » et appelé à « la patience et à l'unité en ces temps difficiles ».
Quant au chef des Marada, Sleimane Frangié, il a estimé que le massacre qui s'est produit à Qalb Lozé prouve que le « terrorisme et le takfirisme ont le même visage même si les appellations sont nombreuses ».

 

Lire aussi
Assad veut-il punir les druzes de Syrie ?

La Syrie, paradis perdu des druzes du Golan


La tuerie dont la communauté druze a été la cible à Qalb Lozé, dans le nord-ouest de la Syrie, a suscité hier une série de réactions au Liban, notamment au sein de la communauté druze. Le leader druze Walid Joumblatt et l'ancien ministre Wi'am Wahhab ont tous deux commenté le massacre, mais dans des directions opposées.Alors que le chef du Parti socialiste progressiste a tenté de...

commentaires (2)

Il n'ya que ce ballon de baudruche qui insiste a impliquer la communaute Druze au cote du Regime de Asaad...

IMB a SPO

14 h 32, le 12 juin 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il n'ya que ce ballon de baudruche qui insiste a impliquer la communaute Druze au cote du Regime de Asaad...

    IMB a SPO

    14 h 32, le 12 juin 2015

  • Le régime syrien cherche à entraîner la communauté druze dans la guerre et Joumblat a la sagesse de lancer des appels pour éviter aux druzes de tomber dans le traquenard.

    Dounia Mansour Abdelnour

    12 h 56, le 12 juin 2015

Retour en haut