Rechercher
Rechercher

événement

Astronomie : les Beyrouthins ont la tête dans les étoiles

Le Festival d'astronomie de Fleurance s'est exporté vers le Liban et a eu lieu ce week-end à Beyrouth. L'événement a rassemblé entre 200 et 250 personnes venues se familiariser avec l'univers et les étoiles.

« Les plus jeunes manifestent un grand intérêt pour les étoiles ».

À l'origine du projet libanais, deux hommes, deux passionnés d'astronomie : l'un est Français. Il s'appelle Bruno Monflier, et il est le fondateur du Festival d'astronomie de Fleurance, en France. Le deuxième est Libanais, Jean-Pierre Saghbini. C'est de lui qu'est venue l'idée d'organiser l'événement au Liban : « Je me suis rendu l'été dernier à Fleurance et c'est à cette occasion que j'ai rencontré Bruno Monflier, explique-t-il, je lui ai parlé de mon projet d'exporter le Festival d'astronomie de Fleurance à Beyrouth et il a accepté. »

Quelques mois plus tard, avec le soutien de l'ambassadeur de France au Liban et en partenariat avec plusieurs universités libanaises, le projet voit le jour dans la capitale libanaise. « Nous avons reçu beaucoup de demandes d'inscription et d'encouragement, note avec satisfaction Jean-Pierre Saghbini, surtout de la part des jeunes qui sont très curieux de découvrir comment fonctionnent l'univers et les étoiles. »
Cette première édition a rassemblé plus de deux cents participants, « beaucoup plus qu'à la première édition du Festival de Fleurance, il y a 25 ans », précise Bruno Monflier. « Je suis très confiant pour l'avenir », ajoute-t-il.

Une offre de qualité
Inspirée de l'organisation du Festival d'astronomie de Fleurance, la manifestation libanaise s'est étendue sur trois jours. Sept intervenants de renommée internationale étaient invités à donner des conférences. Des ateliers manuels étaient organisés pour les plus jeunes. « Les conférences étaient plutôt réservées à un public averti ou universitaire alors que les différents ateliers (ndlr : atelier télescope, conception d'un cherche-étoile, d'un cadran solaire, de fusées à eau, observation des étoiles et du soleil) étaient adaptés aux enfants à partir de 6 ans », explique Jean-Pierre Saghbini. Autre différence avec le festival français, le projet s'est tenu au sein des établissements scolaires et universitaires de Beyrouth (Université Saint-Joseph ; Notre-Dame University et le collège Louise Wegmann). « Nous avions une réelle volonté d'associer les écoles et les universités à ce projet », insiste le fondateur du Festival d'astronomie de Fleurance au Liban.

« L'astronomie, une façon de rassembler les hommes »
Pour Bruno Monflier, l'astronomie n'est pas qu'une science. C'est un domaine, selon lui, porteur de valeurs universelles. « Le ciel appartient à tout le monde, personne ne peut nous le retirer. L'astronomie raconte une histoire commune à tous les hommes », explique le fondateur du Festival de Fleurance. Une valeur de partage, mais pas seulement...
L'astronomie véhicule également des valeurs éthiques et environnementales : « C'est une façon de lever les yeux au ciel et de prendre conscience que la vie sur terre est un miracle et qu'il faut la protéger », renchérit Bruno Monflier, pour qui l'organisation d'événements scientifiques revêt une importance citoyenne. « Nous vivons dans un monde de plus en plus technologique, il faut veiller à ce que la science ne se coupe pas des citoyens. »
Une vision que partage Jean-Pierre Saghbini, pour qui l'astronomie véhicule un message de paix. C'est une des raisons qui justifie l'organisation d'un festival d'astronomie au Liban : « Là où il y a des conflits, il ne faut pas envoyer des militaires mais des astronomes », a dit un jour Jean-Marc Lévy-Leblond, un physicien et astronome français. L'astronomie, facteur de paix donc ; « la paix dont nous avons besoin dans la région », conclut Jean-Pierre Saghbini.

 

Lire aussi
Au Liban, un nouveau club d'astronomie place l'Univers à la portée des jeunes

Pour mémoire
Le rêve d'Edgar Choueiri, créer un planétarium au Liban


À l'origine du projet libanais, deux hommes, deux passionnés d'astronomie : l'un est Français. Il s'appelle Bruno Monflier, et il est le fondateur du Festival d'astronomie de Fleurance, en France. Le deuxième est Libanais, Jean-Pierre Saghbini. C'est de lui qu'est venue l'idée d'organiser l'événement au Liban : « Je me suis rendu l'été dernier à Fleurance et c'est à cette...

commentaires (0)

Commentaires (0)