X

Moyen Orient et Monde

François Hollande gagnera-t-il son pari saoudien ?

Analyse

Extrêmement risqué, le président français joue son coup de poker avec une arme à double tranchant : le pragmatisme.

05/05/2015

François Hollande a de quoi se réjouir. Hier, il se rendait à Doha pour assister à la signature des contrats de ventes de 24 avions Rafale au Qatar. Aujourd'hui et demain, il sera à Riyad où il assistera au sommet extraordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG) en tant qu'« invité d'honneur » (ironie du sort : le dernier hôte de marque non arabe du CCG a été... Mahmoud Ahmadinejad). Une première pour un dirigeant occidental, qui confirme les excellentes relations qu'entretiennent Riyad et Paris depuis le début du quinquennat de M. Hollande. Si son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, avait joué la carte de l'émirat du Qatar, qui appuyait les Frères musulmans au moment des révolutions arabes, concurrençant de ce fait son voisin saoudien, c'est vers le royaume wahhabite, incontestable leader des pétromonarchies sunnites et fer de lance de la contre-révolution, que M. Hollande s'est tourné.


Voir le président socialiste, ardent défenseur du mariage pour tous et de la laïcité, être reçu en grande pompe par la monarchie la plus autoritaire et la plus rigoriste du monde sunnite, a de quoi surprendre, au moins a priori. Ce genre d'accueil semblait même jusque-là exclusivement réservé aux présidents américains, indéfectibles alliés depuis le pacte de Quincy et beaucoup plus à l'aise avec les mœurs puritaines. Mais la France a su profiter, avec beaucoup de pragmatisme, des différents bouleversements régionaux, et des tensions américano-saoudiennes, pour se positionner comme un allié de premier plan aux yeux des Saoudiens.


Pendant que l'Arabie saoudite émet de nombreux reproches à l'égard de la politique américaine au Moyen-Orient, du fait de son soutien à l'ex-président égyptien Mohammad Morsi, de sa volte-face sur le dossier syrien et surtout de sa volonté de normaliser ses relations avec l'Iran, la France se démarque par la constance de ses positions et par la fermeté de ses discours. Paris a fermé les yeux sur les dérives autoritaires du président égyptien actuel Abdel Fattah el-Sissi, s'est montré particulièrement méfiant envers l'Iran dans les négociations nucléaires, et ne manque pas une occasion de rappeler la nécessité du départ du président syrien Bachar el-Assad. Dans la guerre par procuration que se livrent les deux hégémonies du Moyen-Orient, l'Iran et l'Arabie saoudite, Paris a très clairement choisi son camp, contrairement aux Américains qui cherchent à jouer sur les deux tableaux, ce qui n'est pas pour déplaire à Riyad.

 

(Pour mémoire : Hollande invité au sommet du CCG, une première dans l'histoire)

 

Costume
En invitant François Hollande à Riyad, les dirigeants saoudiens réalisent un double coup : d'une part, ils consolident leur alliance avec l'État occidental qui leur apparaît le plus fiable, d'autre part, ils envoient un message de mécontentement aux Américains : en cas de rapprochement avec l'Iran, Paris peut devenir un partenaire commercial de choix, particulièrement dans la fourniture du matériel militaire. Dans la course à l'armement actuellement en cours au Moyen-Orient, avoir l'Arabie saoudite de son côté est un atout majeur pour tout pays exportateur d'armes. Paris l'a bien compris, mais son rapprochement politique avec Riyad ne devrait pas se limiter à cela. Le marché saoudien pourrait offrir encore bien d'autres opportunités aux entreprises françaises, ce qui n'est pas négligeable en ces temps de crises.


Malgré tous ses avantages, l'alliance avec l'Arabie saoudite reste un pari risqué pour M. Hollande et ses opposants ne vont certainement pas manquer de lui reprocher. Après les attentats de Charlie Hebdo, parier sur un État dont la doctrine officielle est le wahhabisme, qui prône une lecture littéraliste du Coran, qui autorise la peine de mort au sabre et qui condamne un jeune blogueur, Raëf Badawi, à mille coups de fouet, pour blasphème, a de quoi susciter de nombreuses critiques.
Du point de vue de la realpolitik, prendre fait et cause pour le parti saoudien dans sa rivalité avec l'Iran, alors que la région est traversée par une multitude de crises qui risquent à terme de redessiner complètement la carte du Moyen-Orient, est un pari extrêmement risqué. D'autant plus que le royaume saoudien est lui-même en proie à de nombreuses secousses, notamment dans le contexte de la guerre au Yémen et de la montée en puissance de l'organisation de l'État islamique (EI), comme en témoigne l'important remaniement, fait historique, décidé par le roi Salmane il y a quelques jours.


Crtitiqué, voire moqué, sur la scène interne, M. Hollande démontre une nouvelle fois l'étendue de ses ressources sur la scène diplomatique. Loin des soucis des détails économiques et des luttes partisanes, le président français ne semble jamais aussi à l'aise que lorsqu'il s'agit d'enfiler le costume de grand dirigeant, comme lors des pourparlers avec Moscou sur l'Ukraine, comme lors de l'engagement français au Mali et en Centrafique, comme lors d'un certain 11 janvier 2015...
Un costume taillé pour un monarque, en quelque sorte ; un monarque trop occupé pour regarder au-dedans, un monarque qui n'aurait finalement pas grand-chose à envier au roi Salmane.

 

Lire aussi

Le Qatar achète 24 Rafale à la France

Raï obtient de Hollande une promesse d'aide accrue à Beyrouth 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Un tocard ne gagne jamais....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRAGMATIQUE LE HOLLANDE ! IL JOUE LA BONNE CARTE ! IL DOIT SAVOIR BIEN SÛR QUELLES AUTRES CONCESSIONS RÉGIONALES ET AUTRES NON DÉCLARÉES... QUE SEULS CERTAINS NE VEULENT PAS COMPRENDRE... PUBLIQUEMENT L'IRAN A FAITE POUR UN ACCORD NUCLÉAIRE !

M.V.

D'abord , par courtoise F.Hollande aurait dû remercier son prédécesseur et l'équipe Dassault pour leurs efforts ...qui ont finalement permis de concrétiser un projet en route depuis 8 ans....les saoudiens eux, ont bien pris la mesure d'un F.Hollande et d'un gouvernement faible et aux abois...donc "facile " politiquement a utiliser.....D'ailleurs cette ouverture rappelle quelque parts ...le tapis rouge qu'avait déployé à l'époque Obama ! pour au final ,mieux utiliser Normal 1er ,auprès de l 'UE pour ses visées en Ukraine et mieux mouillé la France en Afrique ...pour faire le travail que les USA ne veulent pas faire ...(au passage ,à noter que les autres Européens non plus...).

ON DIT QUOI ?

La France de cet hollandouille aura beaucoup plus à perdre qu'à gagner au final. C'est pas en vendant son âme au diable qu'on pourra sauver son pays.
Hollandouille n'est que l'envoyé spécial du pays colonisateur des bensaouds à savoir israrecel de babayahou et ses 40 voleurs.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants