X

La Dernière

Maameltein, sur les pas de ces Belles de nuit...

Tous les chats sont gris

La nightlife libanaise a certes perdu de son caractère sacrilège d'avant la guerre, mais elle réserve encore, plus que jamais, des endroits où les hommes peuvent se perdre (ou se retrouver) dans les bras d'une Belle de nuit... À Maameltein, nulle part ailleurs.

25/04/2015

Dimanche 19 avril, quelque part entre chien et loup. On parque la voiture dans un terrain vague surplombant le Sundowner, un pseudocomplexe balnéaire de Maameltein. L'hôtel et son enfilade de piscines vides, au bleu délavé, sont troublants, à leur façon. Une photo dans le lobby atteste que pendant la guerre civile il a connu son heure de gloire. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un vague lieu de passage, où des couples furtifs se fondent dans la nuit. Et pour cause: nul n'ignore ici que ceux qui viennent se perdre un moment dans ses draps concluent un marché négocié quelques heures plus tôt dans l'un des night-clubs avoisinants, où des centaines de filles bossent comme artistes, un euphémisme pour « prostituée ». Mais attention aux confusions : venues des pays de l'Est, elles ne sont ni sur les trottoirs ni dans un sous-bois, ou encore moins planquées dans une ruelle glauque. Divas souvent capricieuses, téléguidées par un maquereau homme d'affaires redoutable, elles sont les stars du quartier, désormais baptisé Maameltein la russe.

Rendez-vous avec l'une de ces Belles de nuit, à l'entrée de son hôtel. Elle vient d'émerger de sa sieste, jeune femme au teint de walkyrie, crinière domptée à la gélatine et attachée en queue, couleur feu, brut. Le décolleté, lui, est follet. Vous vous appelez ? « Viviana ». Un nom qui la suit et qu'elle a soigneusement choisi, en référence au personnage de Julia Roberts dans le film Pretty Woman, « parce que tous mes clients tombent pour moi ! ». Audacieuse, limite râleuse, elle poursuit : « C'est le moment d'aller dîner, j'ai une heure avant de commencer. J'ai faim. J'ai envie de crevettes et d'un milkshake ! » On obtempère.

Maameltein est une ville qui vit surtout de nuit. Il y a des restaurants populaires qui s'arrachent les trottoirs, avec les affiches d'un « moutrib » au look assez inquiétant. Mais Viviana, la maline, repère le légendaire Chez Sami dont le parking est une « Porscherie », littéralement. On s'y installe. Alors que la belle Russe décortique ses crevettes frétillantes avec des ongles colorés de french manucure comme une autoroute fraîchement repeinte, on aborde la question de la prostitution, avec un air de circonstance. Et pourtant tout semble rose bonbon quand Viviana parle si joliment. « J'aime le sexe et je ne m'en cache pas. Et puis, je ne fais de mal à personne, bien au contraire ! » Pour elle, il n'a jamais été question de vendre son corps. Elle le prête pour une heure, au même titre qu'un employé utilise sa tête bien faite. Au fil de la conversation, elle nous apprend pas mal de choses, comme le fait que, oui, le sexe payé, c'est « plus agréable » que le métier de comptable, que cette belle aurait aussi un temps exercé. Et puis, lassitude ou impatience, elle se frotte les mains avec un peu d'arak, se fait briller les lèvres, se relève et lance : « Rendez-vous au Beyrouth, dans une heure ! Ah, et merci pour le dîner ! »

Entrée des artistes
Minuit, le Beyrouth dont elle nous avait parlé. Le nom du lieu se devine, de justesse, grâce à quelques zébrures de lumière formant un corps de danseuse de cabaret. Il y a un pullman garé devant la porte. Et puis soudain, un aréopage de filles sexy qui en sortent. Des petits hauts vichy rose, léopard ou latex blanc. Des shorts en cuir, des minijupes en pétales gondolées qui libèrent de très longues jambes laiteuses montées sur des échasses. L'entrée des « artistes ». Quelques minutes plus tard, le Beyrouth ouvre ses portes. À l'intérieur, l'odeur de naphtaline se mêle aux relents des fonds de bouteilles de la veille. Des LED's aux couleurs étourdissantes, histoire de créer une pseudoambiance psychédélique. Sur la piste, une fille se déhanche sur une version disco de Mourir sur scène. Des hommes costumés, sans âge, ont les yeux levés sur elle. Ils suivent jusqu'au vertige les mouvements d'Erika, accrochée à la barre. Elle a 23 ans. Grande, brune, portant frange, vêtue d'un collant panthère et d'un top échancré, elle est là pour arrondir ses fins de mois. Le club, toutes les cinq minutes, reprend la même danse infinie.

On s'installe à une table sur laquelle traînent des bols en acier inoxydable avec des cacahuètes périmées. L'un des hommes, le gérant de cet établissement, nous avait pourtant confié, accoudé sur son bide, tout en nous offrant du feu avec un briquet « Mont Blanche » : « C'est un endroit classe, ici. » Effectivement, ailleurs c'est sûrement pire. Il pointe ensuite le doigt vers la flopée de filles installées, en sardines, sur la banquette d'en face. Il les classe par nationalité, par ordre d'âge, de tarifs, selon leur arrivage ou leurs « services ». Les demoiselles, elles, attendent que leur tour arrive (ou pas) en meublant ce temps avec tout ce qui leur passe sous la main : une blonde à la Amanda Lear qui roule un sandwiche de jambon, une brune sortie de Pulp Fiction qui se lime les ongles et une troisième qui se fait un café dans son thermostat. Et, dans l'obscurité d'un coin, Viviana, qu'on avait laissée une heure plus tôt, accompagnée d'un client à qui elle fait dépenser une, puis deux bouteilles.
Soudain, elle s'approche et nous murmure à l'oreille : « Je vous l'avais dit, ils craquent tous pour moi ! À quand votre tour ? »

 

Dans la même rubrique
Comme un baiser langoureux entre Haïfa et Feyrouz

« Tu ne sais rien, mais tu diras tout »

Pour vivre heureux, vivons cachés ?

La nuit, à Beyrouth, on flirte avec la rue

Il n'y a pas d'expériences, il n'y a que du plaisir

Le magazine « Gala » et un déodorant à 3h du matin ? Quelle idée !

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

yves kerlidou

Article bien sympa mais qui oublie le principal !
bien sur la prostitution a existé, existe et excitera
mais surtout ce n'est pas un choix volontaire de la part des filles
et ces "russes" qui sont pour la plus part Ukrainienne n'étaient pas volontaires mais une fois de plus grugées par leurs conditions de vie dans leur pays, des "maquereaux" profite de la situation pour leur proposer des emplois qui ne corresponds pas a leur activité pour leur faire un travail local bien loin de leur espérance
et comme disait dans sa chanson de Serge Régiani "Sarah" "ne crachez pas de juron ni d'ordure sur au visage fardé de cette pauvre impure"

M.V.

Maalmeltein ,effectivement ancien poste d'octroi turc ...traduction littérale " double ou 2 formalités".... (entrée/sortie)....




Halim Abou Chacra

Maameltein ou le plus vieux métier du monde commercialisé à la libanaise. Les Phéniciens ont passé par là.

Le Faucon Pèlerin

Maameltein (suite). Le nom de ce village kesrouanais provient du turc "Mouamalat", formalité en arabe. Ce village de bord de mer était un point d'octroi qui était une contribution que certaines villes établissaient à leur entrée sur les marchandises de consommation locale. Exemple, la "Dkhouliyé" qui était à l'entrée-est de la ville de Beyrouth à l'ouest de Nahr-Beyrouth.

Le Faucon Pèlerin

J'ai connu Maamemtain avant la guerre 39-45 il était le point de départ du train DHP Maameltain-Beyrouth puis la première station balnéaire "Riva Bella" en 1946-47, puis la boisson gazeuse "Thom's" de la famille Thoumi, puis la boite de nuit "Tamaris" de Gérard Zouein... C'était un petit village tranquille où tout le monde connaissait tout le monde.
Depuis que Maameltain est devenu un lupanar pour les blondes des Balkans et les maquereaux indigènes, à l'instar du bordel "La Lanterne de San Paoli" de Hambourg, je ne le reconnais plus. Une partie de mon Kesrouan-Ftouh s'est échappée de mon coeur à jamais.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et puis, lassitude ou impatience ; Viviana, n'est-ce pas ; se frotte les mains avec un peu d'arak, se fait briller les lèvres, se relève et lance : "Rendez-vous au Beyrouth, dans une heure ! Ah, et merci pour le dîner !". Merci, qui ? L'OLJ ?!

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants