Rechercher
Rechercher

Liban

Le génocide arménien, une commémoration nécessaire « pour rendre justice, même après cent ans »

Le ministre Élias Bou Saab avec les reponsables du Collège des Saintes Hripsimiantz. Photo Ani

Une cérémonie commémorative s'est déroulée hier au Collège des Saintes Hripsimiantz, à Jdeidé (Metn), à l'occasion du centenaire du génocide arménien. La cérémonie, ponctuée de l'inauguration d'une plaque commémorative, a eu lieu en présence du patriarche des arméniens catholiques, Nersès Bedros XIX, du ministre de l'Éducation, Élias Bou Saab, du nonce apostolique Gabriele Caccia, de l'ambassadeur d'Arménie, Achod Kotcharian, du secrétaire général des écoles catholiques, le père Boutros Azar, et de nombreuses personnalités.
« L'année 2015 est d'une importance capitale pour tous les Arméniens du monde », a affirmé le patriarche Bedros XIX, évoquant le centenaire du génocide. « Non seulement le peuple arménien célébrera cette commémoration, partout dans le monde, mais elle est l'occasion pour lui de revendiquer le droit et la justice », a-t-il souligné. S'exprimant dans un enregistrement vidéo, la ministre arménienne de la Diaspora, Hranouch Hagopian, a insisté pour sa part sur la nécessaire reconnaissance du génocide arménien par la communauté internationale. « Cela permettrait de rendre justice, même après cent ans », a-t-elle dit.
Faisant part de sa solidarité avec le peuple arménien au Liban et dans le monde, M. Bou Saab a estimé que « le droit ne meurt jamais, même après 100 ans, alors que la Turquie n'a toujours pas reconnu le génocide et n'a toujours pas demandé pardon ». Il a annoncé que les écoles seraient fermées le 24 avril. Une décision saluée par le député Nehmetallah Abi Nasr qui a toutefois rappelé au ministre de l'Éducation qu'il était important de ne pas oublier les autres victimes, notamment les Libanais morts durant la famine de 1915, et toutes les minorités victimes actuellement de tentatives d'élimination, en Syrie, en Irak, en Égypte et en Libye.

Achkar : haro sur la Turquie
Par ailleurs, l'ancien candidat aux législatives à Beyrouth, Massoud Achkar, a rappelé dans un récent discours que le génocide arménien a été perpétré par le pouvoir ottoman et le Parti des Jeunes-Turcs. « Au même moment, ils ont tué et affamé 150 000 Libanais », a-t-il dit, observant que les deux peuples arménien et libanais partagent la même histoire douloureuse. M. Achkar a par ailleurs accusé la Turquie d'aujourd'hui d'avoir « protégé et soutenu » les jihadistes de l'organisation État islamique et du Front al-Nosra qui sévissent actuellement en Syrie et en Irak, qualifiant ces groupes d'« égorgeurs » et de « coupeurs de têtes ».


Une cérémonie commémorative s'est déroulée hier au Collège des Saintes Hripsimiantz, à Jdeidé (Metn), à l'occasion du centenaire du génocide arménien. La cérémonie, ponctuée de l'inauguration d'une plaque commémorative, a eu lieu en présence du patriarche des arméniens catholiques, Nersès Bedros XIX, du ministre de l'Éducation, Élias Bou Saab, du nonce apostolique Gabriele...

commentaires (2)

LE PRÉTENDU SULTAN DEVRAIT EN PRENDRE NOTE ET CONFIRMER !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 48, le 22 avril 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LE PRÉTENDU SULTAN DEVRAIT EN PRENDRE NOTE ET CONFIRMER !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 48, le 22 avril 2015

  • L'ancien candidat aux législatives à Beyrouth, Massoud (pussy) Achkar, aurait du rappeler que le génocide arménien a été perpétré par le pouvoir ottoman et le Parti des Jeunes-Turcs avec, comme porte-flingue, ses nouveaux amis Kurdes. Et qu'au même moment ils avaient, avec ses amis Anglais, tué et affamé 150 000 Libanais, aurait-il pu dire, tout en observant que les trois peuples arménien syrien et libanais partageaient la même histoire douloureuse. M. Massoud Pussy Achkar aurait du par ailleurs accuser sa nouvelle amie, la bääSSyrie d'aujourd'hui d'avoir protégé, soutenu et fait sortir de ses geôles les jihadistes de "l'État islamique" et du Front al-Nosra qui sévissent actuellement en Syrie et en Irak, afin de pouvoir serieusement, n'est-ce pas, qualifier ces groupes d'égorgeurs et de coupeurs de têtes, "dignes" élèves, mahééék, de ses mêmes nouveaux amis bääSSyriaNiques !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 23, le 22 avril 2015