L’édito de Élie FAYAD

La mariée était en noir

L’édito
Élie FAYAD | OLJ
03/04/2015

La scène se passe sur les rives du lac Léman. Là, entre Montreux et Nyon, dans ce décor idyllique où Charles-Ferdinand Ramuz, le Flaubert suisse, traitait jadis de circonstances de la vie, un contrat de mariage s'est négocié âprement.
Le prétendant, héritier d'un empire plusieurs fois millénaire qui n'a jamais cessé de considérer son ponant comme une proie et son levant comme des arrières, discute des clauses du contrat avec les maîtres du monde. La fiancée – le monde arabe – est confinée, elle, à la maison, dans tous ses états.
Officiellement, il est vrai, la République des mollahs et ses interlocuteurs internationaux parlent de nucléaire, d'uranium enrichi, de centrifugeuses... autrement dit d'un arbre que l'Iran n'a nulle objection à voir abattre, à condition que lui soit concédée la forêt qui se cache derrière : la levée des sanctions, bien sûr, mais aussi... la main de la belle (elle ne l'est vraiment pas en ce moment !).
Mais que peuvent donc faire les grandes puissances pour satisfaire à la fois les exigences de Téhéran et celles du trublion israélien qui, fort de sa récente victoire électorale, s'agite lui aussi dans son coin pour les amener à prendre en compte ses intérêts ? À vrai dire pas grand-chose, tant que la fiancée elle-même continuera à se dérober.
Irak, Syrie, Yémen et Liban : quatre pays, parmi d'autres, que Téhéran-Persépolis-Ctésiphon s'efforce manifestement de réduire aujourd'hui à l'état de marches de son empire, avec le sceau reconnaissant des grandes puissances. Mais est-ce déjà le cas, comme le prétendent certains stratèges iraniens et un nombre grandissant de leurs porte-voix dans ces « provinces » reculées ? Ne vont-ils pas un peu trop vite en besogne ?
Nul ne peut nier l'influence dont jouit l'Iran à l'heure actuelle dans ces quatre pays, quoique de manière inégale. Son pouvoir de blocage et de nuisance, son ascendant sur une partie des élites politiques, son capital de sympathie auprès de certaines couches de la population sont manifestes. Mais la contestation anti-iranienne, sous toutes ses formes, pacifique, militaire ou terroriste, y est tout aussi réelle, jusqu'à nouvel ordre.
En 1976, la Syrie de Hafez el-Assad obtint le feu vert international pour asseoir son hégémonie au Liban. La « pax syriana » ne heurtait guère, à l'époque, les intérêts d'Israël et des États-Unis, bien au contraire. Mais ce n'est pas seulement à cause de cela que sa légitimation par les puissances fut possible. C'est aussi en raison, d'une part, de l'effondrement rapide de l'OLP face à l'avance des troupes syriennes et, d'autre part, de l'absence de toute perspective crédible de gouvernement libanais indépendant.
Il n'y a guère encore, à ce stade, de « pax persana ». Dans trois des quatre pays cités, l'enfer est aujourd'hui ramené sur terre. Quant au quatrième, le Liban, s'il se porte un peu mieux, le mérite n'en revient ni à Téhéran ni à ses amis locaux, et encore moins aux amis de ses amis. C'est le refus net des sunnites libanais de se laisser tenter par le monstre jihadiste qui, pour l'heure, sauve ce pays.
S'il veut gagner la reconnaissance de son rôle au Moyen-Orient, l'Iran ne peut se contenter de se prévaloir de sa capacité à y intervenir. Il lui faut encore faire preuve d'un pouvoir de pacification des contrées où il intervient.
Et il devrait se hâter, car du train où vont les choses, la dot de la mariée sera bientôt rachitique.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L'AVENIR APPARTIENT AUX HARDIS !!! LES MARIAGES PEUVENT ÊTRE RÉSILIÉS... HARDI LE PRÉTENDANT... PLUS QUE TIMIDE LA MARIÉE...

LA TABLE RONDE

La grosse difference avec la "pax syriana" , c'est que la pax "persiqua" n'intervient pas militairement avec sa soldatesque sur les terrains d'operation . On laisse ca a "la pax Americana" qui, a force d'intervenir pour le compte de son enfant recalcitrant d'israrecel a vite compris que les plumes et strass de la mariee ont fondu comme neige au soleil . AU Liban , en Syrie , au Yemen en Irak , se battent des locaux contre l'ogre qui s'il n'intervient pas directement envoie ses sbires ecerveles faire le boulot pour lui . Je ne nie pas que les iraniens NPR ont aide a la liberation du sud Liban par une assistance technique et par des armes efficaces , mais le tort des voyeurs libanais etaient de croire que l'injuste pouvait reste impunie ad vitam eternam .Dans le fond , si on considere que les us ont fait cadeau de l'Irak a l'Iran , on est endroit de se dire qu'en ce qui concerne la mariee de baalbeck a ete conquise de haute lutte par le charme inegale de son soupiran.

Le Faucon Pèlerin

Canossa en 1077, Munich en 1938, Mar Mikhaël-Chiyah 6/2/2006, Lausanne 2/4/2015 rien que des trahisons et des soumissions.
Concernant notre pays, le paquet "Liban" enveloppé de papier-cadeau de John Kerry est prêt depuis longtemps pour être livré à l'Empire Perse dès qu'il signerait l'accord de Lausanne. Chose faite depuis hier.
Attendons à voir les Chemises noires à l'oeuvre pour placer à Baabda la momie de 82 ans.

Halim Abou Chacra

Ni empire perse, ni califat Daech. Qu'ils nous foutent la paix ! Les vrais Libanais sont tous prêts à mourir pour ça. wnoqtat 3ala al-satr !

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué