X

Moyen Orient et Monde

Un accord-cadre « historique » a été trouvé à Lausanne

Nucléaire iranien

Les Occidentaux restent vigilants; Netanyahu exige que tout accord « réduise considérablement » les capacités nucléaires de Téhéran.

03/04/2015

Les grandes puissances et l'Iran ont conclu hier à Lausanne un accord-cadre pour résoudre le dossier du nucléaire iranien, une étape qualifiée d'« historique » en vue d'un accord final d'ici au 30 juin, mais assortie de nombreuses mises en garde de la part des Occidentaux.
Intervenant à la Maison-Blanche, le président américain Obama a salué une « entente historique avec l'Iran qui, si elle est pleinement appliquée, l'empêchera d'obtenir l'arme nucléaire ». Mais il a immédiatement souligné que tout accord ferait l'objet de « vérifications sans précédent » quant à son application. Si l'Iran triche, « le monde le saura », a-t-il ajouté. La Russie a également salué l'accord, estimant qu'il constituait une reconnaissance du droit « inconditionnel » de l'Iran à développer un programme civil.

C'est sur Twitter que les Occidentaux et les Iraniens, dont le président Hassan Rohani en personne, ont tous annoncé qu'un accord-cadre avait été conclu à l'issue de plusieurs journées de négociations-marathons. « Des solutions sur les paramètres-clés du dossier nucléaire de l'Iran ont été trouvées. L'écriture (d'un accord final) doit commencer immédiatement, pour être terminée d'ici au 30 juin », a écrit M. Rohani. On a « maintenant les paramètres » pour résoudre les principales questions, a confirmé le secrétaire d'État américain John Kerry. « Grand jour. (...) Retour au travail bientôt sur un accord final », a-t-il tweeté. C'est un « accord d'étape » positif, mais « il reste du travail à faire », a insisté pour sa part le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Selon les premiers éléments divulgués de ce préaccord, la capacité d'enrichissement d'uranium de l'Iran devra être réduite des deux tiers (ses centrifugeuses passant de 19 000 à 6 000). De plus, les sanctions occidentales seront levées en fonction du respect des engagements de l'Iran, a immédiatement prévenu l'Union européenne. Et elles seront rétablies « si l'accord n'est pas appliqué », a mis en garde la présidence française dans un communiqué.
Tout accord final devra être endossé par le Conseil de sécurité de l'Onu, a en outre souligné la chef de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, qui a été au cœur des discussions à Lausanne.

(Repère : Nucléaire iranien : les principaux points de l'accord cadre)


Interrogé par L'OLJ, Thierry Coville, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et spécialiste de l'Iran, estime que l'accord est une « réussite », assurant néanmoins qu'il « faut être prudent et examiner ses détails ». Il s'agit « d'une étape importante vers un accord final et il faudra mettre tout cela en musique dans trois mois », affirme-t-il.

Montée au créneau d'Israël
Cette annonce couronne huit jours d'un incroyable marathon diplomatique, où les négociateurs ont discuté jour et nuit, discutant « ligne par ligne » les contours d'un accord d'étape, selon des sources proches des négociations.
Comme tous les jours depuis dimanche, Israël, l'un des plus virulents opposants à tout compromis avec l'Iran, est monté au créneau, hier. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exigé que tout accord « réduise considérablement » les capacités nucléaires de Téhéran. Barack Obama a assuré, après la conclusion des discussions, qu'il allait téléphoner à M. Netanyahu.
En outre, un responsable israélien a de son côté qualifié l'accord d'« erreur historique qui rendra le monde beaucoup plus dangereux ». Le ministre israélien des Renseignements Youval Steinitz a affirmé que l'option militaire restait sur la table pour son pays face à la menace d'un Iran doté de l'arme nucléaire.



(Lire aussi : Quelles implications régionales pour le Moyen-Orient en cas d'accord final ?)


La communauté internationale veut brider le programme nucléaire iranien et le contrôler étroitement pour s'assurer que Téhéran ne se dotera jamais de la bombe atomique. Mais la négociation, relancée en 2013 après des années de crise, butait depuis des mois sur des points-clés : la durée d'un accord, que les grandes puissances voulaient initialement voir en vigueur pendant 15 ans, le nombre de centrifugeuses, machines qui permettent d'enrichir l'uranium, et les modalités de levée des sanctions. Comme l'ont souligné les Occidentaux, le compromis d'hier ne marquera donc pas la fin de l'histoire.

En effet, même si les négociateurs ont pu s'entendre sur les grands « paramètres » et fixer des orientations assez précises, tous les détails techniques de ce dossier extraordinairement complexe devront être éclaircis et finalisés pour le 30 juin.
Enfin, des risques subsistent que les conservateurs des deux camps bloquent cet accord-cadre. Thierry Coville estime, en effet, qu'« ils vont essayer ». « Je ne pense pas qu'ils puissent faire grand-chose. C'est certain que cela les démange. Mais le processus est lancé. »

 


Lire aussi
La Turquie soutient l'ouverture de l'Iran sur le monde pour qu'il devienne un acteur régional

Repères
Qui sont les principaux acteurs du feuilleton du nucléaire iranien ?

Ce que l'on sait du programme nucléaire iranien

Nucléaire iranien : retour sur plus de douze ans de crise

Quand centrifugeuse rencontre HEU... le jargon du nucléaire de A à Z

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Historique, historique", il n'a Rien d'historique !

AIGLEPERçANT

Et si c'etait comme avec les indiens d'amerique , ou les israreceleurs avec les palestiniens c'etaient eux les tricheurs ??? quelles guaranties peut avoir l'Iran NPR pour se defendre . C'est injuste de priver un peuple , une nation le droit de s'emanciper des diktats de l'occicon . Que ceux qui peuvent acceder par leur propre evolution intellectuelle scientifique etc... accedent a la connaissance et que ceux qui veulent rester endormi a compter sur les autres restent au lit , wou basta !
l'epouvantail de dire proliferation nucleaire avec les bensaouds ou les turcs etc.... c'est du bluff je repete du bluff. ces peuples ont devant eux 100 ans a rattraper pour arriver au niveau des perses .

Pierre Hadjigeorgiou

Le control étant pour 10 ans, d'ici la beaucoup de données auront changes le paysage politique du monde. Qui garantie que l'Iran, ou autre que l'Iran, ne se permettront pas de produire l'arme nucléaire? Cette énergie est destructrice qu'elle soit a usage civil ou militaire. A quoi bon alors? Les décisions d'aujourd'hui vont peser lourd sur l'avenir de nos enfants. Au lieu de limiter l'Iran sur le nucléaire, il fallait l'en interdire et demander a Israël de se débarrasser de son programme. Cela aurait été plus intelligent et plus sein.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CADRE A ÉTÉ TROUVÉ ! MAIS LES CADRES PEUVENT ÊTRE TOUT AUSSI VIDES... QUAND À ÊTRE HISTORIQUE... L'HISTOIRE LE DIRA... NIAIS QUI SE CROIT PLUS MÂLIN QUE LES AUTRES...

M.V.

Ridicules les occidentaux...! avec leurs SI ...! , depuis quand des états signent des accords , en sachant le jour de la signature qu'ils ne seront pas respecté....? Munich 1938...?

Halim Abou Chacra

1-"Si l'Iran triche, le monde le saura", dit Obama. Et le monde dit : "si l'Iran triche, Obama se terrera dans sa lâcheté", comme il l'a fait concernant la révolution du peuple syrien et, comme il le fait toujours et plus encore, concernant les crimes inqualifiables de Netanyahu, bourreau du peuple palestinien et usurpateur du territoire de ce peuple.

2-Cette question nucléaire de l'Iran, "a longtemps empoisonné le monde", disait hier l'OLJ/AFP. Et moi, en tant que lecteur manifestant une opinion populaire en termes non diplomatiques, je me permets de dire : cette question nucléaire de l'Iran a trop longtemps emmerdé le monde.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants