Rechercher
Rechercher

À La Une - conflit

Percée du régime et du Hezbollah au sud de la Syrie

Les jihadistes prennent une base importante dans le Nord.

Les forces du régime appuyées par le Hezbollah ont effectué samedi une percée dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie. REUTERS/Amer Almohibany

Les forces du régime appuyées par le Hezbollah ont effectué samedi une percée dans le sud de la Syrie tandis que des jihadistes ont pris une base importante dans le nord du pays en guerre depuis quatre ans.

Parallèlement, le médiateur de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura est attendu dans l'après-midi à Damas et entend mettre en œuvre au plus vite sa proposition de cessez-le-feu localisé à Alep, principale ville septentrionale du pays, selon son entourage.

Depuis vendredi soir, à une cinquantaine de km au sud-ouest de Damas, l'armée aidée du Hezbollah, des conseillers des Gardiens de la révolution iraniens et des miliciens chiites irakiens s'affronte à des factions rebelles et des jihadistes du Front al-Nosra, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
"Les forces pro-régime ont avancé et pris trois villages et plusieurs collines dans la province de Deraa, avec le soutien de l'aviation" syrienne, a précisé l'OSDH.

Les combats, qui ont fait sept morts parmi les rebelles, ont lieu dans un triangle où se rejoignent les provinces de Damas, de Qouneitra et de Deraa. L'objectif est d'arriver jusqu'à la ligne d'armistice avec Israël sur le plateau du Golan, dont une partie est occupée par l'Etat hébreu, et de couper la route aux rebelles et au Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, se rendant du sud vers Damas. Pour cela l'armée syrienne et le Hezbollah avancent d'Est en Ouest, après avoir suspendu leur offensive à cause de la neige. L'agence officielle syrienne Sana a confirmé la prise de collines stratégiques dans le secteur. Selon des habitants, l'offensive a surpris les rebelles dont beaucoup sont morts ou ont fui.

Les rebelles et al-Nosra, qui contrôlent une bande de territoire le long de la frontière jordanienne, avaient progressé dans les provinces du Sud, importantes car elles sont proches de Damas, de la Jordanie et du Golan occupé par Israël.

Alors que dans le Sud, rebelles et al-Nosra combattent côte à côté, la situation est différente dans le Nord. Près d'Alep, al-Nosra a ainsi chassé les rebelles syriens de la base militaire 46, à l'issue de combats ayant fait 29 morts dans les rangs du groupe rebelle syrien Hazem et six dans ceux d'al-Nosra, a affirmé l'OSDH. La base avait été prise en novembre 2012 par les rebelles qui en avaient chassé les troupes du régime et y avaient saisi des missiles sol-air. Al-Nosra est formé de combattants syriens et étrangers.

Hazem est considéré comme un groupe rebelle "modéré" par les Occidentaux par opposition aux jihadistes ultraradicaux. Il fut le premier groupe à recevoir, en 2014, des missiles antichars TOW de pays occidentaux.
Le Front al-Nosra cherche à reprendre des localités ou camps militaires aux rebelles dans les régions d'Alep et d'Idleb (nord-ouest) et a créé un "émirat" islamique en Syrie.

Déclenché le 15 mars 2011 par une contestation populaire violemment réprimée, le conflit en Syrie s'est transformé en une guerre opposant le régime à des déserteurs aidés par des civils armés et plus tard des jihadistes venus pour la plupart de l'étranger. Il s'est complexifié avec les combats entre rebelles syriens et jihadistes devenus ennemis, même si tous deux continuent à combattre le régime de Bachar el-Assad.

Néanmoins la rapide montée en puissance en 2013 d'un des groupes jihadistes, l'organisation de l'Etat islamique (EI), qui s'est emparé de vastes régions dans le nord-est, a éclipsé la rébellion contre le régime.
Plus de 220 000 personnes ont été tuées depuis mars 2011.

 

Lire aussi
L'Occident face au problème Assad

« Bachar el-Assad ne peut pas être l'avenir de la Syrie », répètent Paris et Londres


Témoignage
« Nous sommes partis en pyjama sans nous retourner, sans nous arrêter... »


Les forces du régime appuyées par le Hezbollah ont effectué samedi une percée dans le sud de la Syrie tandis que des jihadistes ont pris une base importante dans le nord du pays en guerre depuis quatre ans.
Parallèlement, le médiateur de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura est attendu dans l'après-midi à Damas et entend mettre en œuvre au plus vite sa proposition de cessez-le-feu...

commentaires (6)

Une vraie bande d'épigones puînés, ces chïïtico-noussaïrîs fakîhàrienisés et Per(s)cés ; yâ hassértéhhh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

10 h 30, le 02 mars 2015

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Une vraie bande d'épigones puînés, ces chïïtico-noussaïrîs fakîhàrienisés et Per(s)cés ; yâ hassértéhhh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 30, le 02 mars 2015

  • Pardon, lire si vous voulez bien: .. frère de daech etc.

    Ali Farhat

    10 h 04, le 02 mars 2015

  • Ben oui les enfants... ça perse, perce et ça transperce l'ennemi terroriste d'annoussra, fils d'alqaeda et frère d'annoussra, que certain.. meme ici, outre aux chambres noires de amman et de tel-aviv, et sans se cacher plus, voudraient voir gagner contre la légitimité de Damas et de ses fidèles amis-zé-alliés.

    Ali Farhat

    09 h 38, le 02 mars 2015

  • De parfaits Per(s)cés, et qui espèrent percer, yâ hassértéééh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 34, le 02 mars 2015

  • LA SYRIE ? UN GIGANTESQUE BORDEL CHAOTIQUE AUX MULTIPLES GRANDS, MOYENS ET PETITS BORDELS... RÉGIONAUX ET OUTRE-ATLANTIQUES ET OURALITIQUES... EN EXPANSION DANGEREUSEMENT RAPIDE... ET AUX MÈCHES QUI VONT METTRE LE FEU À TOUTE LA RÉGION !!!

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 46, le 01 mars 2015

  • Bilan lourd pour une guerre sans merci .

    Sabbagha Antoine

    17 h 15, le 28 février 2015

Retour en haut