X

Cinéma

Karim Rahbani, tout pour le cinéma

Rencontre

Pour son projet d'université (Iesav), Karim Rahbani a signé un court métrage de dix-sept minutes, « With thy Spirit » (Et avec votre esprit), qui a décroché multiples récompenses et témoigne de la créativité de ce jeune talent. Ni le fils de... ni le fils à..., Karim Rahbani, passionné de cinéma, trace sa route tout seul et y réussit.

05/02/2015

Le film dresse le portrait d'une poignée de prêtres vivant dans un couvent. Un incident va venir troubler leur calme et bouleverser des valeurs acquises.

 

Q – Comment est née l'idée du film ?
R – Dans mon enfance, j'ai été très intrigué par le film Marcellino Pane Vino. Un sentiment de crainte se mêlait au sentiment de plaisir quand je le voyais à la télévision à la période de Pâques. Je suis très curieux de l'univers du clergé. J'oublie parfois que les prêtres sont à l'église. On dirait que ce sont des personnages sur scène. Je suis aussi admiratif du néoréalisme italien et du cinéma iranien. Pour mon projet universitaire, je voulais réaliser un court métrage qui reflète à la fois le sacré et le sentiment de crainte.

 

Vous n'avez pas eu peur de vous en prendre au clergé ?
Au contraire, je suis une personne très croyante et si on témoigne parfois de la réalité des choses, c'est qu'on est libre de se faire une autocritique.

 

Quelles ont été vos démarches ?
J'ai fait beaucoup de recherches avant de me lancer dans ce projet et j'ai déduit qu'il y a toujours des problèmes qui surgissent dans des institutions en huis clos. De plus, les chargés de l'intendance dans un couvent, étant très proches du matériel, perdent souvent l'aspect pieux. Cette histoire d'ailleurs est inspirée d'un fait divers : une réplique adressée par un ecclésiastique à un épicier qu'un autre prêtre m'a rapportée. J'ai donc écrit un synopsis narrant la vie de ces sept prêtres dans un couvent, parmi lesquels se trouve un prêtre venu de Maaloula qui protège un enfant. Par erreur, Abouna Gerios va renverser le boucher qui tombe sur un objet tranchant et meurt. Ce sont des accidents qui surviennent. Mais comment les traiter est une autre affaire.

 

Quelles ont été les difficultés du tournage ?
La difficulté résidait dans l'écriture du dialogue. J'ai séjourné huit jours dans un couvent pour me rapprocher des religieux. Car il me fallait beaucoup de silence pour diriger les acteurs.
Il m'était également difficile de trouver l'enfant. Finalement, c'est par hasard que je l'ai trouvé dans la rue en train de mendier. C'est un réfugié syrien dont la prestation au cinéma est remarquable.

 

Quels ont été les soutiens du film ?
Deux personnes ont cru en moi, Élias Houaiek et Milad Bassil, qui ont participé à subventionner le tournage.

 

Comment ce film a-t-il été accueilli ?
Je voulais que cela dépasse le travail universitaire. Je l'ai donc présenté au Biff et j'ai gagné le prix spécial du jury. Par la suite, j'ai participé au festival de la NDU ou j'ai gagné le prix du public et celui du meilleur scénario. Le prix du vote du public me permet d'aller à Cannes dans la section marché (Short Film Corner). Enfin, la consécration était à Dubaï où mon film a reçu la mention spéciale du jury. Une expérience exaltante, surtout que j'étais le seul étudiant à présenter mon court métrage à petit budget.

 

Quels sont vos autres projets ?
With thy Spirit va très probablement participer au Festival international de Fribourg et peut-être d'autres encore. En attendant, je travaille déjà sur un autre projet.
Affaire à suivre...

 

Fiche technique

Acteurs : Joseph Chemali, Camille Youssef et le jeune Abed El-Hady Assaf
Son : Jean Nassif.
Assistants réalisateurs : Bassma Farhat et Nadim Hobeika

 

 

Lire aussi

2015 sera-t-elle l'année du César pour Ibrahim Maalouf ?

 

Voir l'actualité du cinéma ici

À la une

Retour à la page "Cinéma"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué