X

À La Une

Des combattants du Hezbollah, dont le fils de Moughniyeh, tués dans un raid israélien en Syrie

Violences

L’État hébreu affirme que le raid a ciblé "des terroristes qui prévoyaient" de l'attaquer.

OLJ/Agences
18/01/2015

Le fils de l'ancien chef des opérations militaires du Hezbollah libanais Imad Moughniyeh et cinq autres membres du parti chiite ont été tués dimanche dans une frappe israélienne en Syrie, a-t-on appris de sources de sécurité libanaises et proches du Hezbollah.

La Chaîne 10 de la télévision israélienne a confirmé le raid en citant une source officielle. Selon une source militaire de l'Etat hébreu citée par le site Internet Ynet, l'attaque a visé "des terroristes qui prévoyaient d'attaquer Israël".

Les combattants du Hezbollah ont été tués par deux missiles tirés par un hélicoptère dans la province syrienne de Kuneitra, proche du plateau du Golan occupé par Israël, a-t-on précisé de sources libanaises.

Les services de sécurité libanais ont fait état de six morts, dont un commandant du Hezbollah. Deux sources proches du parti chiite ont identifié ce dernier comme Jihad Moughniyeh, fils de leur ancien chef militaire, lui-même tué par l'explosion d'une voiture piégée à Damas en 2008. "Six membres du Hezbollah, dont le commandant militaire Mohammad Issa, un des responsables du dossier Irak-Syrie, ainsi que Jihad Moughniyeh, ont été tués aujourd'hui dans le raid israélien", a affirmé une source proche du parti à l'AFP.


Une photo datant du 16 février 2009 de Jihad Moughniyeh dans la banlieue sud de Beyrouth. Ramzi Haidar/AFP

Le Hezbollah est engagé dans la guerre civile syrienne aux côtés des forces du président Bachar el-Assad, qui livrent dans la province de Kuneitra de violents combats aux rebelles sunnites, notamment le Front al-Nosra lié à el-Qaëda.

La chaîne de télévision du Hezbollah, al-Manar, avait la première rapporté que deux missiles avaient été tirés par un hélicoptère israélien, sans en préciser la cible. Elle a plus tard confirmé la mort de plusieurs combattants du parti chiite. al-Manar a estimé que l'attaque montrait que "l'ennemi est devenu fou à cause des capacités croissantes du Hezbollah et cela pourrait déboucher sur une coûteuse aventure pour l'ensemble du Proche-Orient".

Lors d'un entretien à la chaîne de télévision al-Mayadeen diffusé le 15 janvier dernier, Hassan Nasrallah avait menacé Israël de riposter "à tout moment" à ses raids répétés en Syrie, se disant prêt à toute nouvelle guerre contre l'État hébreu.

 

Lire aussi

Combats inédits entre Kurdes et forces syriennes à Hassaka

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants