Rechercher
Rechercher

Beyrouth insight - Lieu

The Food Dealer : bon, beau et bio

Ce qui devait être, à la base, un concept de quartier, est devenu bien autre chose. The Food Dealer, l'épicerie/petit café qui a ouvert ses portes il y a moins de trois mois à Mar Mikhael, émanait d'une envie et d'un manque. Un endroit où l'on grignote, on achète des produits qu'on ne trouve pas ailleurs et où on se pose, perché sur un tabouret ou à même le trottoir.

Photo Tony Elieh

« L'idée de départ de Food Dealer, c'était d'ouvrir un dekken un peu high end à Mar Mikhael, parce qu'à chaque fois qu'on voulait acheter un bout de fromage d'une épicerie fine, on devait y aller en voiture », confie Caline Chidiac, une des quatre associés. Sami Azoul, Asma Gholmieh, Marwa Rizk Jaber et donc Caline Chidiac, ne font pas partie du milieu de la restauration. Leur projet a émané lors d'une discussion. « Et si ? » De fil en aiguille, l'endroit est trouvé et c'est lui qui a quasiment dicté ce que le Food Dealer allait devenir. Son énergie et son architecture ont inspiré les gens qui ont collaboré à sa création. Tout d'abord, l'architecture de FaR Architects : le mur de pierre, le comptoir et surtout la structure de la salle et ses hauts plafonds. L'entreprise exécutée par Taymour Jreissati et la décoration de Sami Azoul se sont également fondues dans l'esprit dans ce qui allait devenir cet endroit où les clients ne sont plus seulement des habitués du quartier mais surtout des habitants extra-muros. Une cohésion et une harmonie avec l'esprit de The Food Dealer, en continuelle évolution.

 

(Lire aussi: Kitchen Confidential, une autre idée du fast-food)

 

Comme à la maison
« Il y avait peu d'endroits qui ne pouvaient recevoir que peu de gens. Et c'est cela qui a donné cette signature : comme à la maison. » Cela et les proprios qui sont derrière et devant le frigo, qui passent de table en table, font les sandwiches, servent des salades « en terrasse ». Le premier menu a été fait par Youmna Mteini. Sandwiches, salades, quiches, soupes du jour, plateaux de charcuterie et de fromage, macaronis and cheese et sandwiches sur mesure avec tout ce qui se trouve dans le frigo. Et plus particulièrement ces fromages et cette charcuterie qu'on ne trouve pas ailleurs. Des fromages à la truffe, de la charcuterie marinée. « Ce qu'on voulait avant tout, c'était de proposer le bon produit, pas forcément bio, même si on en vend beaucoup. Et de toutes les manières, plus l'endroit prend forme, plus on innove. » D'ailleurs, les quatre amis s'amusent à rencontrer de petits producteurs et à rapporter de nouveaux produits, comme la moutarde ou le sel à la truffe. « Nous avons des fruits secs de Rachaya, on découvre comment chaque huile est faite, on fait nos commandes suivant la demande. » Leur grand choix de vin est fourni par le Comptoir ou Vintage et clientèle aidant, ils leur proposent désormais des alcools différents. La différence, c'est probablement ce qui est en train de devenir la marque de fabrique de Food Dealer. Les quelques produits plus basiques ont laissé la place à plus de produits du terroir libanais. Des huiles, du zaatar, des olives. Mounet el-Jabal, Zajed, Mazaq, Bassatin Baanoub, sans oublier Biomass, Juice Up ou La Ferme St-Jacques et tout ce qui est fait maison. Comme les madeleines de Karine Zablit, les gâteaux sans gluten de Reine Dagher, le carrot cake et les éclairs de Cakes and Bags.

 

(Lire aussi: Isabella Baffa, une cuisine d'amour)

 

Sur le bitume
Le petit café peut recevoir jusqu'à 30 personnes à l'intérieur. Mais c'est aussi dehors que beaucoup de choses se passent, ce qui n'était pas prévu au départ. Les clients s'accoudent aux fenêtres, s'assoient à même le trottoir puisqu'il n'y a pas de terrasse en bonne et due forme. Les chiens sont autorisés parce que « nous voulons que les gens se sentent chez eux ». Nul besoin de préciser que c'est Caline Chidiac qui a fait les playlists qu'on peut écouter de 9h à 22h. Pas de service du soir à proprement parlé donc, mais on peut y traîner même après l'extinction des feux. « Depuis peu, on a des soirées et des dîners privés. Et encore une fois, c'est très homy. C'est drôle, beaucoup de gens rentrent et nous disent, mais vous êtes quoi ? C'est nouveau pour eux, c'est un concept qui ferait plus new-yorkais que beyrouthin et pourtant, ce qui fait un endroit, ce sont les gens. Et les gens, ici, sont libanais et viennent de partout. C'est ça aussi notre identité. » Une identité qu'on retrouve aussi avec plaisir dans les caramels au beurre salé, leur sélection de fromage où les bonbons à l'anis de l'Abbaye de Flavigny qu'on avait l'habitude de rapporter de l'aéroport parisien.

 

Lire aussi

Beirut cooks... et Beyrouth sourit

Chez Mótto, à Mar Mikhael, vous payez autant que vous le désirez


« L'idée de départ de Food Dealer, c'était d'ouvrir un dekken un peu high end à Mar Mikhael, parce qu'à chaque fois qu'on voulait acheter un bout de fromage d'une épicerie fine, on devait y aller en voiture », confie Caline Chidiac, une des quatre associés. Sami Azoul, Asma Gholmieh, Marwa Rizk Jaber et donc Caline Chidiac, ne font pas partie du milieu de la restauration. Leur projet...

commentaires (0)

Commentaires (0)