X

À La Une

Ebadi : Pour que l'EI disparaisse, il faut larguer des livres et non des bombes

Terrorisme

Pour la lauréate du Nobel de la paix 2003, les pays occidentaux doivent toutefois reconnaître une part de responsabilité dans ce fléau qu'ils combattent sous de multiples formes.

OLJ/AFP
13/12/2014

Pour l'Iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix 2003, la coalition menée par les États-Unis doit larguer des livres et non des bombes pour faire disparaître les jihadistes de l'organisation État islamique (EI).

Ancienne juge devenue militante des droits de l'Homme après la révolution islamique de 1979, exilée depuis 2009, Mme Ebadi est ce week-end à Rome pour le 14ème sommet des prix Nobel de la paix. Après avoir passé la majeure partie de sa vie adulte à faire face à l'impact du fondamentalisme religieux pour elle, sa famille et son pays, elle se dit convaincue dans un entretien à l'AFP qu'il n'y a pas de solution militaire à ce problème toujours plus vif.

"Regardez toutes les années et tout l'argent qui ont été consacrés à la lutte contre les talibans. Est-ce qu'on les a éradiqués ? Malheureusement non", explique-t-elle. "L'EI est comme une branche des talibans. Ce n'est pas seulement un groupe terroriste, c'est aussi une idéologie, et comme toute idéologie, elle doit être combattue aux racines. Si on détruit ces racines, elle ne se propagera pas", insiste cette avocate de 67 ans.

 

(Lire aussi: Le vrai pouvoir de l'EI ? « Inspirer » les autres...)

 

"Pour moi, ces racines sont l'illettrisme et le manque de justice sociale", ajoute-t-elle. "Plutôt que de leur larguer des bombes, nous devrions leur larguer des livres et construire des écoles: alors le fondamentalisme serait éliminé". Mais pour Mme Ebadi, les pays occidentaux doivent reconnaître une part de responsabilité dans ce fléau qu'ils combattent sous de multiples formes : l'EI, Boko Haram au Nigeria, le chaos en Libye, le programme nucléaire iranien et le terrorisme qui atteint parfois les villes occidentales.

Des décennies d'ingérence au Moyen-Orient et de soutien à des dictatures corrompues, mais aussi les mauvais traitements et discriminations infligés à leurs minorités musulmanes sont autant d'ingrédients pour un cocktail explosif de ressentiment.

"On voit aujourd'hui que de nombreux Européens ont rejoint ce fondamentalisme (...). Je pense que cela montre que beaucoup de musulmans de deuxième génération se sentent humiliés", explique la militante des droits de l'Homme.

Elle-même menacée dans son pays, l'avocate iranienne est désormais résidente américaine, même si son bureau est à Londres et qu'elle confesse avoir plutôt l'impression de passer 10 mois par an dans les aéroports. "Londres est l'endroit où je fais ma lessive..."

Mais elle est décidée à maintenir son rythme effréné pour continuer de faire connaître la situation des droits de l'Homme en Iran, qui ne mobilise plus autant depuis que le présentable Hassan Rohani a remplacé Mahmoud Ahmadinejad à la présidence à l'été 2013. "Beaucoup ont pensé que la situation allait s'améliorer avec son élection mais malheureusement cela n'a pas été le cas", regrette-t-elle. "Dans certains domaines, comme le nombre d'exécutions, elle a empiré".

 

(Lire aussi : Comment changer un apprenti jihadiste déterminé à détruire le monde occidental ?)

 

Pour Mme Ebadi, l'explication est simple: "Tout le pouvoir reste aux mains du guide suprême l'ayatollah (Ali) Khamenei". "Rohani a fait des promesses qu'il n'avait pas l'autorité d'appliquer". Mais "plus de 80% de la population en Iran est mécontente du gouvernement et de la manière dont vont les choses, alors le changement va certainement venir. Je ne peux juste pas prédire quand", insiste-t-elle. En attendant, "il n'était pas possible pour moi de continuer mes activités en-dehors de l'Iran tout en vivant en Iran. Alors j'ai préféré rester dehors, où je peux être plus utile pour mon pays", explique-t-elle.

Pendant son exil, son mari et sa sœur ont été temporairement emprisonnés et tous ses biens, y compris un centre pour les droits fondé par son Nobel, ont été confisqués et mis aux enchères. Mais face à l'insistance de la Norvège, les autorités lui ont rendu sa médaille Nobel.

 

Lire aussi

 "La prochaine étape, c'est l'expansion de l'EI dans des zones comme le nord du Liban"

Ces amazones kurdes qui terrorisent les jihadistes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Vraiment si comme Shirin Ebadi il y avait plusieurs dans le monde musulman , toutes ces guerres n'auraient jamais pu voir le jour .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Uuuuuuuft celle-là ! C'est comme si elle avait découvert le fil à couper le beurre !

AIGLEPERçANT

Qu'elle est naive cette nobel ! elle se demande pas pourquoi les occicons qui fabriquent ces armes massives de guerre , doivent en faire usage à tout prix ! le prix de son nobel qui livre des tonnes de bombes à ces mercenaires !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND AUX CAUSES... ELLE A RAISON ! UNE PART DE RESPONSABILITÉ À L'ABRUTISSEMENT... OU PLUTÔT "LA RESPONSABILITÉ" ? MAIS... ON PEUT LARGUER DES MILLIONS DE LIVRES... ILS NE SERVIRAIENT À RIEN ! L'ÉDUCATION COMMENCE DANS LES BAS ÂGES... À LA MAISON... À L'ÉCOLE... ET SURTOUT AU FANATISME QU'ON LEUR INFUSE DANS L'ESPRIT ! QUI... QUOI... ET COMMENT ? CHACUN LE SAIT !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants