X

Culture

Beirut+ TV, la série Web qui parodie la télé libanaise

Culture du Net

« Tout ce qui est diffusé à la télévision locale est susceptible de passer sur Beirut+ TV, des infos aux feuilletons turcs ».

10/12/2014

Ras-le-bol des chaînes de télévision locales qui se ressemblent et proposent feuilletons turcs, bulletins d'information déprimants et voyants qui prédisent inéluctablement un avenir sombre au Liban ? Beirut+ TV peut être une solution. Avec un premier épisode lancé le 3 décembre, Beirut+ TV se présente comme une parodie de la télé traditionnelle et «la première Web série animée au Liban».
«Beirut+ TV est une chaîne télé fictive» en arabe, explique à L'Orient-Le Jour Maya Zankoul, cocréatrice de la série. La jeune Libanaise a déjà deux bandes dessinées à son actif, Amalgame dont le premier volume est sorti en 2009 et le second l'année suivante.
«Je rêvais de créer une série Web animée, mais le projet me semblait difficile: il fallait trouver des acteurs pour enregistrer les voix des personnages, des ingénieurs son, toute une équipe...», explique Maya Zankoul, 28 ans. «Le projet a pu voir le jour grâce à Wezank, une entreprise qui produit des tutoriels-vidéos, à Tony Yammine, cocréateur de Beirut+ TV, et moi-même», poursuit-elle. Il a fallu deux mois de travail à temps partiel, les membres de l'équipe ayant tous des emplois parallèles, pour faire naître le projet. Aujourd'hui, une dizaine de personnes – dessinateurs, ingénieurs son, acteur – travaillent sur la série.

 

 

« Sortir un peu de l'atmosphère négative qui prévaut dans le pays »
Beirut+ TV vise d'abord à amuser. «Nous avions envie de créer un contenu positif et divertissant afin de sortir un peu de l'atmosphère négative qui prévaut dans le pays. Beirut+ TV est sur le créneau de l'humour. Nous voulons que nos internautes rient en regardant un épisode de la série car, en fin de compte, nous parodions la télévision locale», explique la dessinatrice. La cible est large. «Notre série Web s'adresse à tous les Libanais, toutes catégories d'âges confondues. Elle s'adresse même aux non-Libanais, et c'est pour cela que nous préparons des sous-titres en anglais et peut-être en français, pour les prochains épisodes.»
Les créateurs de la série ont opté pour la forme de l'animation car, explique Maya Zankoul, «l'animation touche tout le monde, petits et grands, et son potentiel est énorme. Les internautes ou téléspectateurs sont davantage réceptifs au message lorsque celui-ci a l'air innocent et est véhiculé de manière divertissante. N'est-ce pas le cas pour les milliers de fans des séries animées The Simpsons et Family Guy?».

 

(Voir aussi : Shankaboot...plus qu'une série web)

 

Rester libre et indépendant
Au programme donc, une copie parodiée de ce que proposent les chaînes traditionnelles. «Tout ce qui est diffusé à la télévision locale est susceptible de passer sur Beirut+ TV, des infos aux feuilletons turcs, précise la jeune dessinatrice. Nous revisiterons ces programmes en les parodiant. Au jour de l'An, nous recevrons un voyant sur le plateau de notre émission, à l'instar de toutes les chaînes libanaises. Finalement, pourquoi eux et pas nous?»
Quant au financement, Maya Zankoul précise avoir «décidé d'autofinancer notre projet. Cela a été possible grâce aux recettes de Wezank». Si elle n'exclut pas un recours, plus tard, à des fonds extérieurs, la jeune femme craint «que des investisseurs extérieurs puissent tenter d'orienter le projet dans d'autres directions, et nous ne voulons pas de cela. Nous souhaitons que notre plateforme reste libre et indépendante».
Aujourd'hui, Maya Zankoul est plutôt satisfaite des débuts de sa télé. « Jusqu'à présent, les réactions des internautes sont positives. Sans même avoir effectué de campagne publicitaire en bonne et due forme, les "likes" ou "followers" sur nos pages YouTube, Facebook, Twitter et Instagram ne cessent d'augmenter», s'enthousiasme-t-elle. D'ici les prochains épisodes, les télévisions locales n'ont qu'à bien se tenir.

 

Lire aussi

« Transmédia » : penser Web, écrire Web, filmer Web

Internet et le monde arabe : vers une révolution des mentalités ?

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants