X

Liban

Le clan Bazzal contre-attaque : Aucun Syrien à Ersal ne nous échappera si Ali est tué

Otages
02/12/2014

« S'il arrive quelque chose à Ali Bazzal, aucune femme, aucun homme, vieillard syrien à Ersal ne sera épargné. » C'est par cette contre-menace que le clan Bazzal a réagi au énième avertissement lancé hier soir par le Front al-Nosra, à l'égard non plus seulement de Ali Bazzal, semble-t-il, mais de deux autres otages militaires, menacés hier d'être incessamment tués.
Avant d'aller sous presse, Ali Bazzal était encore vivant. Le seul élément prouvant cela est le fait que le Front al-Nosra – qui avait annoncé dès 20h son intention de le mettre à mort – n'avait toujours pas annoncé officiellement son décès, comme il l'avait fait pour Mohammad Hamiyeh. Les ravisseurs, qui avaient donné un délai jusqu'à hier après-midi, ont réitéré leurs menaces, accusant les autorités libanaises de tergiverser et de ne pas les prendre au sérieux.


Alors qu'une lueur d'espoir commençait à peine à pointer dimanche, avec l'annonce d'une liste de noms des prisonniers que le groupe islamiste voudrait voir échangés contre les otages et l'acceptation « du principe de l'échange » annoncé en cours de journée hier, la décision soudaine du Front al-Nosra en soirée a fait l'effet d'un coup de tonnerre sur les familles.
Le mutisme dont ont fait preuve hier Abbas Ibrahim et Waël Bou Faour, chargés du suivi des négociations, en dit long sur la gestion désastreuse de ce dossier. Des informations répercutées par la MTV faisaient même état de l'intention de M. Ibrahim de se retirer de l'affaire.
Les quelques éléments qui ont par ailleurs filtré des milieux officiels laissent clairement entrevoir une querelle de prérogatives au sein du comité de suivi, le directeur de la Sûreté, Abbas Ibrahim, ayant laissé entendre à plusieurs reprises par divers canaux qu'il est le seul habilité à gérer ce dossier, alors que le ministre des Affaires sociales, Waël Bou Faour, reste exclusivement chargé de la coordination avec les parents. Le médiateur du Qatar, quant à lui, aurait lâché prise en cours de route, pour ne plus jamais revenir.

 

(Lire aussi : La libération de Imad Ayad, ou comment négocier avec les preneurs d'otages ...)


Enfin, on ne sait toujours pas ce que signifie l'information selon laquelle le gouvernement aurait accepté « le principe de l'échange », sachant que le ministre du Travail, Sejaan Azzi, a assuré hier qu' « il n'est pas question d'échanger, avec les prisonniers qui sont condamnés, les terroristes qui ont tué des soldats de l'armée ou ceux qui sont condamnés à la peine de mort ».


Survoltées par tant de contradictions et de manque de coordination entre les officiels, les familles des otages se sont rabattues, une fois de plus, sur la seule arme qu'elles détiennent : le blocage des rues. Ainsi, ont été coupées en soirée la route de Saïfi et celle de Laboué dans la Békaa.
Épuisés, lassés et à bout de nerfs, les proches des otages ont une fois de plus laissé éclater leur colère, ne sachant plus à quel Dieu se vouer. La mère de Ali Bazzal était disposée hier soir à aller jusqu'au jurd de Ersal, le no man's land où sont retenus les otages, pour ramener elle-même son fils. Elle a invité les autres familles à l'accompagner. Son désespoir est tel qu'elle pourrait bien le faire. À condition que son fils puisse survivre à cette énième nuit de terreur.

Lire aussi
La mort aux trousses, la chronique de Nagib Aoun

Joumblatt critique la gestion du dossier des otages

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Le seul pb au liban c'est que une milice s'emploie depuis très longtemps, surtout kand l'ennemi israélien est sortie du liban, a vouloir prendre la place de l'état libanais pour ce donner une raison d'exister ... Depuis kand les fermes de chebaa sont libanaise? cette frase a été dire par des plus grand stratège syrien ... Après le retrait les syriens on changer la donne en rapellant au Hezbollah et au libanais en général que ces fermes sont libanaise et k´après les avoirs reprises d'israël la Syrie et le liban définiront a ki elle reviendront de la pure fiction vous dis je

Fan Phare Rond

Encore une fois , ne mettez pas sur la place publique ce fait , la resistance du hezb a fait plier les usurpateurs et leurs sous fifres salfowahabites en agissant dans l'ombre et le silence avec des moyens adequates de recuperation de nos soldats . Il ya 2 facons de couper un fer , c'est soit avec du fer , soit avec un laser . Les gemissements , atermoiements et larmoyages n'ont jamais pu . On ne compare pas nos soldats a ces bandes de crimineles qui agissent par procuration .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MÊME SI ON COMPATIT AVEC EUX ET ON EST AVEC EUX SANS RÉSERVE POUR LA LIBÉRATION DE LEURS FILS ET SOLDATS OTAGES... IL N'EST PAS PERMIS DE SE COMPORTER COMME LES DAESCH !

Halim Abou Chacra

Je répète fermement : les politiques, y compris les ministres, doivent se taire et ne rien dire sur cette affaire. Ils ne font qu'y créer du tumulte. La déclaration du ministre Kazzi hier n'était point opportune. Il est nécessaire de laisser au chef de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, chargé de ce grand problème, le soin de donner à l'opinion publique et à la presse les informations qu'il juge convenables. Un peu de bon sens, bon sang !!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants