X

Un monde de solutions (II)

En plein Luxembourg, un projet durable et communautaire

Société

Le mouvement citoyen « Transition Minett » met en place des projets durables à l'échelle locale : un jardin communautaire, une centrale d'achat de produits régionaux et une coopérative énergétique.

Diane Lecorsais | Luxemburger Wort pour Sparknews/Luxembourg
20/09/2014

 «Transition Minett» est le nom d'un mouvement citoyen du Sud du Luxembourg qui s'est donné pour objectif de bâtir une communauté autosuffisante et résiliente. Cette initiative cherche à répondre aux défis du dérèglement climatique et à l'épuisement progressif des ressources. Concrètement, l'association met sur pied des projets locaux susceptibles de favoriser l'esprit de partage communautaire. Elle gère d'ores et déjà trois projets pilotes: un jardin communautaire, un groupe d'achats éco-solidaire de produits régionaux et une coopérative énergétique.

 

Jardin collectif

Un vendredi après-midi, dans la rue Large (Breedewee" à Esch-sur-Alzette. Le jardin collectif est en pleine effervescence. Dans la cuisine improvisée, des gens émincent des légumes; au jardin, des enfants jouent dans un arbre, tandis que dans les plates-bandes, courgettes, haricots, pommes de terre, tomates et fraises prennent le temps de mûrir. Ce projet de jardinage urbain a été lancé à l'initiative du mouvement citoyen Transition Minett, qui opère depuis 2012 dans le grand-duché sur le modèle des villes en transition apparu en 2006 à l'étranger.
Le principe consiste à mobiliser les forces et les compétences d'un groupe d'individus pour leur permettre de construire ensemble une société aussi indépendante, résiliente, solidaire et équitable que possible. Transition Minett a concrétisé cette ambition à travers des projets locaux centrés en premier lieu sur l'alimentation et l'énergie visant à relever -avec une bonne dose d'optimisme- les défis du changement climatique et de la raréfaction des ressources fossiles.
«La toile de fond de ce programme n'est pas très gaie, concède Norry Schneider, cofondateur de l'association. Mais notre démarche est une affirmation de la vie et se veut intergénérationnelle.» Il s'agit également de valoriser le plaisir de créer quelque chose au sein de la communauté, l'échange social et son aspect interculturel. «La participation est extrêmement importante. Chacun a son mot à dire et doit apporter sa pierre au projet», poursuit-il.


Le jardinage urbain est l'un des trois domaines dans lesquels intervient actuellement Transition Minett. Créé en plein centre de la ville de Luxembourg en juillet 2013, le «Quartiersgaart» (jardin de quartier), a des dimensions éducative, solidaire et écologique, expliquent les fondateurs.
Dans ce lieu qui opère de façon autonome, chacun peut et doit mettre la main à la pâte. «Le jardin est ouvert à tous, sans exception», souligne Norry Schnieder. Deux fois par semaine, un membre du groupe effectue une permanence sur le site pour accueillir les visiteurs. Les citoyens traversant une situation sociale difficile viennent souvent y faire un tour, car au jardin de la rue Large on ne fait pas que jardiner : on vient aussi recréer du lien social et débattre.

 

L'origine des aliments est au cœur des préoccupations du mouvement citoyen Transition Minett. Ici, les produits cultivés sur place sont associés aux excédents d'un supermarché. Photo Jallay.

 

« Consom'acteurs »

Gestion durable, alimentation, écologie et solidarité sont également au cœur de l'initiative du Marché écologique et solidaire pour aliments de la région du Minett (MESA- Minett): d'où vient notre nourriture? Comment et où est-elle produite? Ce sont là les grandes thématiques auxquelles le projet invite à réfléchir. À travers des commandes groupées, les «consom'acteurs» de la centrale d'achat peuvent se procurer des aliments biologiques issus d'une production locale ou régionale et dialoguer avec les producteurs. La démarche consiste à «être créatif au lieu de consommer passivement», résume Nina Kass. Les apôtres de la transition espèrent même aller plus loin et ouvrir une épicerie solidaire avec un petit restaurant.

 

Coopérative énergétique


Enfin, Transition Minett a fondé sa propre coopérative énergétique. «Les citoyens devraient pouvoir couvrir leurs besoins élémentaires en électricité», explique le président Albert Kalmes. Il ne s'agit pas de s'isoler du reste du monde mais, dans la mesure du possible, de s'affranchir des grandes compagnies, ce qui présentera en outre l'avantage de favoriser l'économie locale. La concrétisation du projet est imminente: en collaboration avec des entreprises de la région, la coopérative va installer un système photovoltaïque sur le toit d'une salle de sport à Esch-Lallange. L'énergie solaire ainsi produite sera injectée dans le réseau électrique régional, conformément à la devise, «produire localement, consommer localement».
À long terme, Transition Minett envisage de nouer des liens avec d'autres associations poursuivant les mêmes objectifs. Des projets pilotes visent à mettre en place de nouvelles pratiques alternatives qui pourront par la suite être développées et, idéalement, reproduites ailleurs. «Il est important d'essayer des solutions. Et d'avoir le droit à l'erreur», fait remarquer Norry Schneider. L'initiative est en fait « un laboratoire d'innovation».
Entre-temps, dans la cuisine improvisée du jardin communautaire, le repas est prêt: bruschetta, pain perdu, salade et chou farci. C'est une combinaison de légumes du jardin et des surplus récupérés au supermarché du coin. L'odeur de croûtons croquants se répand dans la rue, et attire les regards curieux des passants. Transition Minett veut être là où sont les gens et contribuer à donner forme au paysage urbain.

 

 

 

 

À la une

Retour au dossier "Un monde de solutions (II)"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué