Rechercher
Rechercher

À La Une - Procès

Egypte : Morsi aurait livré des secrets d'Etat au Qatar

Le procureur général qualifie l'affaire "de plus grand complot et de plus importante trahison perpétrés par les Frères musulmans contre le pays".

Photo d'archives datant du 8 mai 2014 montrant le président égyptien déchu Mohamed Morsi. TAREK EL-GABASS/AFP

Le président égyptien destitué par l'armée Mohamed Morsi sera jugé avec 10 co-accusés pour la livraison présumée au Qatar de "documents relevant de la sécurité nationale", a annoncé samedi un communiqué du procureur général.

La date de l'ouverture du procès n'a pas encore été fixée. L'ex-président islamiste encourt déjà la peine de mort dans plusieurs affaires et depuis sa destitution et son arrestation par les militaires en juillet 2013, ses partisans sont la cible d'une sanglante répression qui a fait plus de 1.400 morts.

M. Morsi et ses co-accusés sont soupçonnés "d'avoir livré des secrets relevant de la sécurité nationale aux services de renseignement du Qatar et à des responsables de la chaîne d'information qatarie Al-Jazeera (...) en échange d'un million de dollars", selon le communiqué du bureau du procureur publié par l'agence de presse Mena.

Les relations entre l'Egypte et le Qatar se sont détériorées après la destitution de M. Morsi. Les autorités égyptiennes dénoncent le soutien apporté par le riche émirat à la confrérie des Frères Musulmans, dont est issu l'ex-président, alors que Doha condamne régulièrement la répression visant les pro-Morsi.

Le communiqué du procureur qualifie l'affaire "de plus grand complot et de plus importante trahison perpétrés par les Frères musulmans contre le pays".

Parmi les co-accusés de M. Morsi figurent son ancien secrétaire personnel, Amine El-Serafi, ainsi qu'une personne présentée comme un rédacteur en chef d'Al-Jazeera, Ibrahim Mohamed Helal.

Les documents qui auraient été transmis au Qatar comprennent "des rapports extrêmement sensibles concernant l'armée, le déploiement de ses troupes et son armement" ainsi que "des documents provenant des services de renseignements généraux et militaires et de la Sûreté de l'Etat", selon le procureur.
M. Morsi et son directeur de cabinet Ahmed Abdel Atti sont accusés d'avoir donné ces documents à M. El-Serafi, qui par la suite les a fait parvenir à M. Helal ainsi qu'à un officier des renseignements qatari via des intermédiaires. Sept prévenus, y compris M. Morsi, sont actuellement en détention.

Moins d'un an après avoir destitué M. Morsi, le premier dirigeant démocratiquement élu du pays, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi se faisait élire triomphalement président en mai, alors que toute opposition, religieuse comme laïque et libérale, avait été au préalable éliminée par les autorités de transition qu'il avait fait installer.

Outre l'ex-président, la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans sont derrière les barreaux et encourent la peine de mort. Plus de 15.000 manifestants pro-Morsi ont également été emprisonnés tandis que des centaines ont été condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs qui ont provoqué un tollé international.

M. Morsi comparaît actuellement devant la justice dans trois affaires, dont un procès pour espionnage dans lequel il est accusé avec ses 35 co-accusés d'avoir comploté avec le mouvement islamiste palestinien Hamas et la République islamique d'Iran pour déstabiliser l'Egypte.
Dans une autre affaire, il est accusé avec 130 autres personnes de préparations d'attaques et d'évasion de prison lors de la révolte de 2011, qui mit fin aux 30 années de pouvoir du président déchu Hosni Moubarak.
Enfin, dans un troisième procès, il est accusé d'"incitation au meurtre" de manifestants devant son palais présidentiel fin 2012.
Et la chaîne qatarie Al-Jazeera est également dans le viseur des autorités: trois journalistes de son antenne anglophone, détenus en Egypte, ont été condamnés en juin à des peines allant de sept à 10 ans de prison, après avoir été accusés de soutenir les Frères musulmans en diffusant de fausses informations.


Lire aussi

Sissi appelle à la patience face aux coupures de courant

L'Égypte va importer des Émirats des produits pétroliers pour 9 milliards de dollars

Le président égyptien destitué par l'armée Mohamed Morsi sera jugé avec 10 co-accusés pour la livraison présumée au Qatar de "documents relevant de la sécurité nationale", a annoncé samedi un communiqué du procureur général.La date de l'ouverture du procès n'a pas encore été fixée. L'ex-président islamiste encourt déjà la peine de mort dans plusieurs affaires et depuis sa...
commentaires (5)

Pauvre Morsi le ciel lui est tombé sur sa tête pour une Egypte militaire qui refuse de discuter .

Sabbagha Antoine

17 h 11, le 12 septembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Pauvre Morsi le ciel lui est tombé sur sa tête pour une Egypte militaire qui refuse de discuter .

    Sabbagha Antoine

    17 h 11, le 12 septembre 2014

  • CES "FRÉROTS" ONT DE TOUS TEMPS ÉTÉ A LA SOLDE DE "SERVICES" ÉTRANGERS ! ESSENTIELLEMENT AMÉRICAINS ET ANGLAIS (CIA et MI6 ) !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 25, le 08 septembre 2014

  • ON LUI EN TROUVERA TOUJOURS QUELQUE CHOSE...

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    18 h 16, le 07 septembre 2014

  • Tout comme sissi livre des secrets aux israeliens en ce moment , et pour lesquels il devra repondre un jour ou la roue aura tournee pour lui .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 23, le 07 septembre 2014

  • Pauvre Morsi il ne sortira plus du joug des militaires.

    Sabbagha Antoine

    18 h 17, le 06 septembre 2014

Retour en haut