Rechercher
Rechercher

Liban

Manifestation estudiantine contre la prorogation du mandat de la Chambre

Une marche a été organisée hier à Beyrouth par plusieurs ONG et mouvements estudiantins pour dénoncer le projet de prorogation du mandat de la Chambre.

Près de 500 personnes ont manifesté contre une prolongation du mandat parlementaire.

Une marche pacifique a été organisée hier en fin d'après-midi, vers 18 heures, dans le centre-ville de Beyrouth, pour protester contre le projet de prorogation du mandat du Parlement. Près de 500 jeunes qui revendiquaient leur droit à l'exercice démocratique ont participé à la manifestation.

De la route qui relie le ministère de l'Intérieur à la place Riad el-Solh, les activistes scandaient à l'unisson des slogans qui dénonçaient une « dictature libanaise consensuelle ». Ils brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des messages adressés directement aux parlementaires : « Rentrez chez vous », « Nous vous avons élu, votre mandat reste notre choix », « Non à la prolongation ». D'autres affichaient aussi un appel à l'élection d'un président de la République.

La voix des étudiants venus de différentes universités libanaises a particulièrement marqué cette manifestation. Ils étaient plus de 200 à représenter « Le club laïc de l'AUB », « Le mouvement alternatif des étudiants de la LAU » et « Le club laïc de l'USJ ». Ces clubs indépendants ont mobilisé les étudiants dans la lutte pour leur principal droit démocratique, à savoir leur droit à profiter d'un renouvellement démocratique du pouvoir.

Selon Jean Kassir, ex-président du « club laïc de l'AUB », « il est tout à fait normal que les étudiants bougent, parce que l'appel à l'organisation des élections parlementaires correspond à nos idéaux ». Avec pragmatisme, il confie que cette action est une forme de résistance, qui, « aussi idéaliste soit-elle, a une portée beaucoup plus réaliste et effective que tous les discours politiques en faveur d'un renouvellement du mandat » parlementaire.

Hassan Harb, activiste du « mouvement alternatif des étudiants de la LAU », souligne le caractère symbolique du mouvement organisé en faveur d'élections qui dans un « système électoral en panne ne permettent que le renouvellement du pouvoir ». Sur ce point, Hassan Harb rejoint les ONG présentes dans cette manifestation, telles que « l'Association libanaise pour les élections démocratiques » (Lade) et « Men Ajel al-Joumhouria » (En faveur de la République ), qui considèrent l'autoprolongation du mandat des parlementaires comme « un acte anticonstitutionnel, une occupation. »

Lire aussi
Raï fulmine : « La Chambre des députés viole la Constitution »

Sur le chemin de l'autoprorogation, les ruines (majestueuses) de l'État de droit

Des Libanais se mobilisent sur les réseaux sociaux contre la prorogation parlementaire


Une marche pacifique a été organisée hier en fin d'après-midi, vers 18 heures, dans le centre-ville de Beyrouth, pour protester contre le projet de prorogation du mandat du Parlement. Près de 500 jeunes qui revendiquaient leur droit à l'exercice démocratique ont participé à la manifestation.

De la route qui relie le ministère de l'Intérieur à la place Riad el-Solh, les...

commentaires (0)

Commentaires (0)