X

Moyen Orient et Monde

Israël intensifie ses raids contre le Hamas

Proche-Orient

Le mouvement islamiste touche Haïfa pour la première fois ; près d'une cinquantaine de personnes tuées à Gaza.

OLJ/Agences
10/07/2014

Israël et le Hamas palestinien étaient pris hier dans un engrenage incontrôlé, avec l'intensification des raids aériens sur Gaza. Ce nouveau cycle de violences est le plus grave depuis une offensive israélienne contre Gaza fin 2012, dont l'objectif était aussi de faire cesser les tirs de roquettes palestiniennes. Il a été enclenché après le rapt le 12 juin dernier, puis le meurtre de trois étudiants israéliens en Cisjordanie, attribué par Israël au Hamas, suivi de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem par des jeunes extrémistes de droite juifs.

À l'étranger, l'Union européenne a appelé à la retenue, alors que l'Égypte a minimisé les attentes d'une possible médiation et que la Jordanie a demandé l'arrêt de « l'agression barbare » israélienne. La chancelière allemande Angela Merkel a condamné hier « sans réserve » les tirs de roquettes sur Israël, tandis que le président français François Hollande a exprimé la « solidarité de la France » au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Le secrétaire d'État américain John Kerry s'est, quant à lui, entretenu hier avec M. Netanyahu et compte parler avec le président palestinien Mahmoud Abbas « dans les prochaines 24 heures » au sujet de la confrontation, a indiqué la diplomatie américaine.

 

(Lire aussi: Confrontation Hamas-Israël : un engrenage inévitable)


En attendant, Benjamin Netanyahu a menacé « d'intensifier les attaques contre le Hamas et les autres groupes terroristes à Gaza », après le lancement mardi par son armée d'une offensive aérienne contre l'enclave palestinienne qui a coûté la vie au total à 48 Palestiniens, dont un grand nombre de civils. Les chars israéliens étaient donc massés à la frontière entre le sud d'Israël et Gaza, alors que M. Netanyahu est sous forte pression de ses ministres faucons pour lancer une offensive terrestre contre le territoire palestinien d'où l'armée israélienne s'est retirée en 2005. « L'opération que nous avons lancée va s'étendre dans les prochains jours », a également averti le porte-parole de l'armée israélienne, le général Moti Almoz. Le président israélien sortant Shimon Peres a d'ailleurs prévenu que la possibilité d'une opération terrestre se rapprochait, selon le texte d'un entretien à la chaîne CNN publié par ses services. Cela « pourrait arriver bientôt ».

Dans le camp opposé, le président Abbas, qui a conclu un accord de réconciliation avec le Hamas en avril, a accusé Israël de commettre un « génocide » à Gaza, disant être en contact avec l'Onu pour tenter de faire cesser l'offensive. De même, les ambassadeurs des pays arabes à l'Onu ont demandé une réunion urgente du Conseil de sécurité en appelant l'institution à « faire cesser l'agression israélienne ».

(Lire aussi : Israël face aux démons de l’extrémisme)

 

Roquettes près du site nucléaire
Au total, l'armée a dit avoir ciblé « 550 sites du Hamas », qui contrôle Gaza depuis 2007, y compris 31 tunnels et 60 lance-roquettes. Mais des habitations ont également été touchées. Le raid le plus meurtrier a eu lieu dans le Nord : un commandant local du Jihad islamique, Hafez Hammad, a péri dans la destruction de sa maison, avec cinq membres de sa famille, dont deux femmes et une adolescente. « C'est un véritable massacre par des F-16 contre des enfants et des civils, et le monde entier reste assis et regarde », s'est indigné un voisin, Yasser Abou Awda.

 

 

(Reportage: A Gaza, on enterre les morts sous les bombardements)


Une cinquantaine de Palestiniens ont été tués depuis le début de l'opération « Protective Edge » (« Bordure protectrice »), dont 28 hier seulement, parmi lesquels 15 femmes et enfants, dans les raids aériens qui se poursuivaient en soirée, selon des sources médicales. 370 Palestiniens ont été blessés.

De leur côté, les organisations paramilitaires de Gaza – principalement les branches armées du Hamas et du Jihad islamique – ont tiré plus de 50 roquettes sur Israël hier dont plus d'une dizaine ont été interceptées par la défense antiaérienne Iron Dome. Deux sont pour la première fois tombées au large du port de Haïfa, le Hamas créant la « surprise » en parvenant à tirer des roquettes à plus de 160 km de Gaza, soit l'objectif le plus éloigné jamais touché par un projectile palestinien. Deux autres tirées en direction de Tel-Aviv, le cœur économique d'Israël, ont été interceptées, mais les sirènes ont provoqué la panique parmi les passants dont certains se sont abrités derrière des voitures ou des abribus. En soirée, deux roquettes sont tombées sur Dimona, près d'une centrale nucléaire, et une troisième a été interceptée par Irone Dome, selon l'armée.

 

(Lire aussi : En Israël, les cyber-activistes de la haine en ligne de mire)


La veille, Tel-Aviv, déjà, et la région de Jérusalem avaient été la cible de roquettes de longue portée M75 – version locale du modèle iranien Fajr-5 d'une portée de 80 km –, pour la première fois depuis 2012. « L'armée, sur instruction du gouvernement, est prête à lancer si nécessaire une opération terrestre. C'est dans ce but que des ordres de mobilisation de 40 000 réservistes ont été donnés », a dit le ministre de l'Environnement Gilad Erdan. Selon lui, « il faut qu'à la fin des combats, le Hamas ne dispose plus de moyens de production de roquettes ». Le vice-ministre de la Défense, Danny Danon, a plaidé pour qu'Israël cesse ses approvisionnements en électricité et en carburant à Gaza. « Nous devons utiliser tous les moyens à notre disposition pour faire pression sur le Hamas pour qu'il mette inconditionnellement fin à ses attaques. »

Deux combattants palestiniens de Gaza ont en outre été abattus en soirée par l'armée alors qu'ils tentaient de s'infiltrer par la mer dans le sud d'Israël, au lendemain d'une tentative similaire avortée qui s'était soldée par la mort de quatre combattants, selon la radio.

Lire aussi
Le retour des boutefeux, le point de Christian Merville

Solidarité libanaise avec Gaza, face au « mutisme international »

Pour mémoire
Avec Rivlin, les espoirs de paix s'éloignent au Proche-Orient

Israël relance massivement la colonisation, une "réponse sioniste appropriée quand on nous crache dessus"

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BIBICO N'A RIEN APPRIS. ALENTOURS LES ARMES SONT CHAQUE JOUR PLUS SOPHISTIQUÉES ET... LUI... IL "RÊVE" ENCORE DE DÉPALESTINISER LA PALESTINE... LE RÉVEIL LUI COÛTERA TRÈS CHER ET IL MÈNE SON PEUPLE À LA CATASTROIPHE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants