Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Révolte

Les jihadistes forcent des dizaines de milliers de Syriens à quitter leurs villages

L'armée loyaliste se prépare à « envahir » Alep.

Au nord-est d’Alep, les forces loyales à Bachar el-Assad font l’étalage des armes prises aux rebelles. George Ourfalian/Reuters

Le groupe jihadiste de l'État islamique (EI) a expulsé plus de 30 000 habitants de leur village dans la province de Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie, ont indiqué hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des militants.
En effet, l'EI, accusé des pires atrocités, « a contraint quelque 30 000 habitants à quitter leur village de Chouheil » qu'il a pris jeudi des mains du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, a affirmé l'OSDH, faisant état de milliers de personnes dormant à la belle étoile et manquant d'eau et de nourriture. L'organisation a précisé que les combattants de l'EI avaient annoncé que des négociations étaient en cours sur le destin de quelque 83 000 personnes résidant dans trois villes de Deir ez-Zor, après les avancées réalisées par ce groupe dans cette province pétrolière.
Sur leur page Facebook, des militants de Chouheil ont indiqué que l'EI avait ordonné à tous les résidents de quitter le village et que les jihadistes étaient entrés dans ce village à bord de véhicules blindés et de chars « en raison de leur peur et de leur couardise ». Une vidéo diffusée par des militants sur YouTube montre des médiateurs annonçant l'expulsion des habitants en leur demandant de laisser leurs armes sur place et de rester hors de Chouheil « jusqu'à ce que l'EI soit en sécurité ». Les habitants craignent que l'EI s'empare de leurs maisons, selon les militants.
Par ailleurs, quelque 30 000 autres personnes ont été empêchées par l'EI de retourner à Khacham et Tabia, des villages de la même province, conquis fin juin par le groupe, selon l'OSDH.

« La fierté arabe »
Par ailleurs, un couple et ses six enfants ont été tués samedi dans le sud de la Syrie par des barils d'explosifs largués par des hélicoptères de l'armée sur une ville de la province de Deraa, a-t-on appris auprès de l'OSDH. Cette famille, dont les enfants étaient âgés de 2, 8, 10, 11, 12 et 13 ans, a été victime d'un raid contre la ville de Daël, et un autre homme a également péri dans un bombardement similaire ailleurs dans la province, a ajouté l'OSDH.
Dans une vidéo postée sur YouTube, des images montrent des hommes transportant des restes humains après l'attaque de Daël. « C'est tout ce qu'il reste de la famille », déclare l'un d'eux. « Où est la fierté arabe en ce mois sacré du ramadan ? Voilà ce qui arrive à des enfants ! » se lamente-t-il.
Les forces du régime de Bachar el-Assad contrôlent la ville de Deraa, mais le reste de cette province est divisé entre zones tenues par les rebelles et les loyalistes.
Ailleurs en Syrie, l'OSDH a affirmé que 15 combattants kurdes avaient été tués depuis vendredi dans des affrontements avec les jihadistes de l'EI dans le secteur de Zour Maghar, dans la province d'Alep. L'EI, qui a pris le contrôle de cette localité et du village voisin de Bayada, est toujours engagé dans d'autres combats contre les rebelles dans le nord de la Syrie.
Également sur le front du Nord, les forces du régime syrien s'apprêtent à lancer une offensive majeure contre les zones tenues par les rebelles à Alep, a indiqué hier la Coalition nationale de l'opposition (CNS). « La situation militaire est très difficile, le siège d'Alep est devenu une réalité », a indiqué un porte-parole du CNS, Lou'aï Safi, sur le site Internet du groupe. Face à cette avancée, M. Safi a accusé l'armée de Bachar el-Assad et les jihadistes de l'État islamique, anciens frères d'armes des rebelles, d'être désormais « alliés », opérant en parallèle pour « contrôler les zones libérées ».
De son côté, le journal progouvernemental al-Watan a affirmé hier que les troupes du régime étaient « sur le point de réaliser une nouvelle percée » en reprenant une position militaire dans le nord-est d'Alep, ce qui permettrait aux troupes de couper une route d'approvisionnement utilisée par les rebelles pour acheminer de l'aide venant de Turquie voisine.

(Source : AFP)


Le groupe jihadiste de l'État islamique (EI) a expulsé plus de 30 000 habitants de leur village dans la province de Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie, ont indiqué hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des militants.En effet, l'EI, accusé des pires atrocités, « a contraint quelque 30 000 habitants à quitter leur village de Chouheil » qu'il a pris jeudi des mains...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut