X

Liban

Élection des conseillers consulaires français : enjeux et mécanismes de vote

Rencontre

Dans un entretien accordé à «L'Orient-Le Jour », Cécile Longé, consule générale de l'ambassade de France, revient sur les détails du double scrutin de demain auquel sont appelés les expatriés du Liban et de Syrie.

24/05/2014

Ils sont 23 000 Français au Liban (pour la plupart des binationaux), auxquels il faut ajouter un peu moins de 900 Français de Syrie (qui votent au Liban depuis la fermeture de l'ambassade de France à Damas). Ils sont appelés aux urnes demain pour deux scrutins séparés. Cécile Longé, consule générale de l'ambassade de France, explique qu'« il s'agit, en raison d'une concomitance du calendrier, d'organiser deux types d'élections le même jour, les premières pour élire les députés européens et les secondes pour élire des conseillers consulaires pour les Français du Liban et de Syrie ».

Les élections des conseillers consulaires qui auront lieu le 25 mai (demain) sont la résultante immédiate de l'adoption d'une loi en juillet 2013, qui porte sur la réforme de la représentation des Français établis à l'étranger. « Auparavant, les Français étaient représentés par des conseillers des Français de l'étranger qui avaient pour fonction de les soutenir, de les aider à exercer leurs droits civiques, notamment auprès du consulat, explique Cécile Longé. Ils étaient au nombre de trois. À partir de demain, ils ne seront plus trois mais cinq conseillers, ce qui représente un accroissement significatif qui vaut pour tous les pays. En totalité, nous passerons, dans l'Assemblée des élus des Français de l'étranger, de 155 à 434 membres. Ces personnes auront pour mission d'entourer et de conseiller le consulat général dans sa fonction de soutien, d'assistance et d'administration en direction de nos compatriotes. »

Quel sera leur rôle pratiquement ? « Ces élus sont proches de la population française, ils la connaissent bien, ils ont chacun un réseau de relations, dit-elle. Et ces réseaux, mis ensemble, nous permettront de mieux appréhender les besoins de la communauté française au Liban qui compte 23 000 membres, ce qui n'est pas négligeable. Ils aideront à régler des difficultés de divers ordres, tels des cas sociaux, des problèmes de papiers à remplir, l'attribution de bourses scolaires... Bref, ils sont les meilleurs relais auprès de la population car le consulat général, malgré toute sa bonne volonté, ne peut pas connaître tout le monde. »

Un mode de scrutin proportionnel
Interrogée sur le paysage électoral tel qu'il se présente, la consule générale rappelle que cinq listes sont en lice, de onze membres chacune, dont les identités sont connues puisque la campagne est ouverte depuis le 5 mai. « Dans la mesure où nous avons cinq sièges à pourvoir, le mode de calcul d'attribution des sièges qui sera appliqué consistera à mettre en œuvre la formule du scrutin de liste proportionnel à la plus forte moyenne, explique-t-elle. En d'autres termes, ceux qui récoltent le plus de voix auront le plus de sièges. Il est possible qu'une même liste remporte deux sièges, attribués aux numéros 1 et 2 de la liste, si l'écart avec la liste qui en remportera le moins est très important. Car dans ce cas, la moyenne pour le second siège de la première liste sera encore supérieure à la moyenne du premier siège de la dernière liste. »

Est-ce qu'il est possible qu'une seule liste remporte les cinq sièges ? « C'est théoriquement possible mais pratiquement impensable, répond-elle. Le résultat le plus probable sera qu'un siège soit remporté par liste, ou alors deux sièges pour une liste et les trois autres répartis sur trois listes. Il se pourrait également que nous ayons deux listes qui remportent chacune deux sièges. Il va de soi que si la liste remporte un siège, c'est le candidat tête de liste qui siégera, le numéro deux aura une chance en cas de grand écart de voix avec la liste arrivée dernière des cinq (voir ci-dessus). »
Les électeurs, eux, voteront par liste entière. « Chacun sera muni d'une enveloppe dans laquelle il devra placer un bulletin, la liste pour laquelle il veut voter, avec les noms des onze colistiers, explique Cécile Longé. Je dois préciser que si un électeur a l'idée de placer plus d'un bulletin pour la même liste dans une enveloppe, son vote ne sera pas annulé mais comptera pour une voix seulement. En revanche, s'il y place deux bulletins différents, son vote est considéré comme nul. »

Pour la répartition des bureaux de vote, le consulat a proposé à Paris de reconduire le dispositif adopté en 2012 pour l'élection présidentielle française. Ces bureaux seront au nombre de treize dédoublés pour ce double scrutin, donc 26 en tout. Ils sont répartis sur tout le territoire libanais, de la manière suivante : les six centres de vote sont à l'Institut français de Saïda, au Lycée Lamartine de Tripoli, au Collège des apôtres de Jounieh, ainsi que trois centres à Beyrouth, l'un sur le campus du consulat (dix bureaux de vote), le second à l'École supérieure des affaires (ESA) et le troisième au Grand Lycée. « Chaque électeur inscrit a reçu un SMS lui indiquant à quel bureau de vote il doit se rendre, il n'a donc pas le choix », précise la consule.

« Les bureaux seront ouverts de 8h à 18h, ajoute-t-elle. Nous commencerons à dépouiller les voix une fois les bureaux clos. Nous ne fermerons les portes du consulat, dans la nuit de dimanche à lundi, que lorsque nous aurons recensé les résultats des élections européennes, que nous devons en tout premier lieu envoyer à Paris, et les votes pour les conseillers consulaires. Des voix auxquelles nous ajouterons les votes électroniques (qui ont eu lieu du 14 au 20 mai), ainsi que les votes par procuration. » À savoir que les résultats des élections européennes seront proclamés de Paris, ceux des conseillers consulaires du Liban.
Dans d'autres régions du monde, on note peu d'enthousiasme pour ces élections européennes.

Percevez-vous la même chose au Liban ? « Je lance un appel pour inviter avec beaucoup de chaleur nos compatriotes à aller voter, quel que soit leur choix, dit-elle. C'est un droit fondamental. Il importe de participer à l'élection des députés qui nous représentent au Parlement européen, ainsi qu'à celle des conseillers consulaires qui auront voix au chapitre dans toutes les décisions qui seront prises concernant les Français de l'étranger. »


Lire aussi

« Le Liban est une nation riche en diversité ! »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Cinq sièges seront suffisants pur aider les citoyens libanais , et bonne chance pour le scrutin de demain .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants