X

Sport

« Le Liban est une nation riche en diversité ! »

Conférence

David Douillet, ancien judoka français quadruple champion du monde et double médaillé d'or olympique, a rencontré hier de jeunes étudiants au campus de l'innovation et du sport de l'Université Saint-Joseph.

Joe MEZHER | OLJ
24/05/2014 | 00h00

David Douillet, ancien sportif français de haut niveau reconverti dans les affaires et la politique, est à Beyrouth pour soutenir la liste UMP aux élections du 25 mai. Toutefois hier, l'ex-judoka, double champion olympique également détenteur de quatre titres mondiaux et une couronne européenne, a tenu une conférence axée sur son expérience dans le monde du sport au campus de l'innovation et du sport de l'Université Saint-Joseph, rue de Damas.

Il est 11h30, la conférence est censée débuter. L'assistance, essentiellement formée de jeunes étudiants qui mènent de front une formation pédagogique et sportive, s'agite et s'impatiente. Finalement, avec une vingtaine de minutes de retard, David Douillet fait son entrée dans la salle. Physique impressionnant (1 m 96 et une centaine de kg), souriant et jovial, M. Douillet fait le tour des présents, saluant tout un chacun à la main.

Après les présentations de rigueur, David Douillet entame son discours. Son parcours est atypique. Sa carrière sportive finie, sa popularité n'en demeure pas moins importante s'appuyant, notamment, sur un engagement en faveur de l'opération caritative des Pièces jaunes. Désormais homme d'affaires, il est également consultant sportif pour Canal+. Depuis 2009, David Douillet s'investit en politique : député dans les Yvelines, il fut ministre des Sports du gouvernement Fillon.
« Je suis ici pour vous communiquer mon vécu, une expérience, qu'il ne faut pas toutefois nécessairement mettre en œuvre à la lettre », soutient d'emblée l'ancien champion. M. Douillet affirme que chaque âge possède ses valeurs, « les temps et les circonstances changent et évoluent », assure-t-il. Chaque sportif doit savoir s'adapter, selon lui, aux circonstances de son époque pour en tirer le meilleur profit.

C'est une connerie !

Et de donner des « clés » afin de mieux avancer dans sa vie sportive autant qu'active de tous les jours. Ses conseils sont judicieux et s'adaptent à toutes les situations. Pour David Douillet, le travail (à entendre le dur labeur et la persévérance) fait évoluer dans la vie. « Si le travail est conjugué avec la passion de ce que l'on fait, cela ne peut être qu'un facteur exponentiel », dit-il. « La remise en question permanente de soi et de ses résultats est aussi un facteur d'évolution. Il ne faut pas avoir peur de l'inconnu. Le doute et le stress, s'ils sont bien gérés, peuvent aussi faire progresser et aller loin », poursuit-il. Surtout, ajoute M. Douillet, il faut éviter de s'installer dans le « confort », car ce dernier fait s'endormir les esprits et arrête net toute progression. Il fait reculer même. « Il faut être perfectionniste, même si cela dérange autour de soi. Et l'échec n'est pas une honte (...). Nous vivons dans un monde où l'échec est mal perçu, c'est une connerie! On a le droit d'échouer à condition d'en tirer les bonnes leçons! » s'exclame David Douillet.

Analysez vos échecs, mais aussi et surtout vos victoires... « Aucune victoire n'est parfaite, on peut toujours améliorer ses performances ». L'ancien champion conseille aux jeunes d'être humbles devant l'échec et la victoire, au même titre que Rudyard Kipling dans son célèbre Si.

Après quoi, en réponse à une question de l'auditoire, M. Douillet se lance dans une diatribe contre ceux qui catégorisent les sportifs comme ayant tout dans les muscles et rien dans la tête. « L'intelligence est bien plus large et complexe », dit-il. « L'intelligence, c'est la faculté de s'adapter et d'évoluer, de réussir ! La réussite, la vraie médaille, c'est d'aboutir à réaliser son potentiel personnel et d'aller jusqu'au bout de ses réalisations. C'est donner corps à ses rêves », ajoute celui qui a tout gagné grâce à sa parfaite connaissance de soi. « Bien se connaître, cerner son potentiel, c'est évoluer plus vite », poursuit-il.

Encadrer le sport au Liban

« C'est là que réside votre rôle à vous les jeunes », assure M. Douillet. « Le Liban est une nation riche ! Le Liban, c'est le monde à petite échelle. Votre richesse vient de votre diversité (communautaire, religieuse, etc.), et vous vous devez de développer cette richesse. Vous devez montrer au monde qu'avec vos différences vous pouvez créer quelque chose d'exceptionnel », dit encore l'ancien ministre français des Sports. Et de donner pour exemple son expérience dans les villages olympiques, véritables melting-pots de cultures et d'échanges constructifs. Ainsi, à ses yeux, le potentiel de la jeunesse libanaise est sa diversité culturelle et religieuse. À cette jeunesse de savoir développer et cultiver ce potentiel avec intelligence, en dépassant les barrières réelles ou imaginaires qui pourraient entraver son évolution. « La différence, a-t-il dit, c'est la richesse d'un pays, de votre pays ! »

David Douillet a de ce fait noté avoir discuté avec le ministre libanais de la Jeunesse et des Sports, Abdel Matlab Hennaoui, qui se serait montré ouvert et réceptif à l'idée de développer les échanges intercommunautaires et la mixité pour faire évoluer le sport au Liban. Et, partant de là, peut-être, les mentalités et la société...

Enfin, l'ancien champion a déclaré que M. Hennaoui et lui-même ont décidé de collaborer, à l'image de ce qui se fait en France, pour construire des structures et des statuts régulateurs du sport dans le pays. Afin de créer un véritable cadre juridique et législatif qui permettrait au sport libanais de progresser et de se hausser au diapason international.


Pour mémoire

Le bikeathon de Tripoli, un message de paix

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

En revenant de Dubai la semaine dernière , mon voisin était un français qui retournait sur Paris , et comme 8 heures de vol c'est long , une conversation s'engage , bien sûr je lui fait savoir que je suis libanais d'origine , et sa question fuse presqu'immédiatement , mais comment vous faites , vous libanais , quand on écoute les infos on a l'impression que tout s'écroule chez vous , plus d'état , plus de nation , plus rien ?? et pourtant ou vous voit partout dans le monde aux meilleurs postes , aux 1eres loges et vous comptez pour beaucoup dans pas mal de choses ? Un peu surpris par cette question et n'ayant pas de réponse miracle , je lui réponds instinctivement , justement on tiens le coup parce qu'on ne fait pas confiance à nos gouvernants on ne compte que sur nous même, alors que vous autres en France vous leur faites tellement confiance qu'ils coulent le pays et vous avec !!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué