X

À La Une

Pour Sissi, le changement en Egypte devra se faire attendre

Egypte

"Appliquer le modèle des démocraties occidentales au cas de l'Egypte serait une injustice pour les Egyptiens".

OLJ/Reuters
08/05/2014

Les Egyptiens ne doivent pas s'attendre à l'instauration immédiate de la démocratie ou à de rapides réformes économiques, mais plutôt à des sacrifices partagées. Tel est le message sobre du maréchal Abdel Fattah al-Sissi, bien parti pour remporter la présidentielle des 26 et 27 mai.

Le maréchal a donné cette semaine une longue interview télévisée et a multiplié les déclarations. Sa parole semble soigneusement calibrée pour répondre à la soif de stabilité des Egyptiens et à tirer un trait sur l'ère de transformation rapide depuis la chute du président Hosni Moubarak au début 2011.

Ce serait une erreur que de s'attendre à ce que l'Egypte se transforme du jour au lendemain en une démocratie à l'occidentale, écrit-il sur son site de campagne sur Facebook.

"Nous nous tournons toujours vers l'image des démocraties stables dans des Etats qui ont une longueur d'avance sur nous, et nous les comparons à l'Egypte", dit Sissi. "Appliquer le modèle des démocraties occidentales au cas de l'Egypte serait une injustice pour les Egyptiens. Du temps s'écoulera encore avant que la société égyptienne bénéficie d'une authentique démocratie telle qu'elle devrait être".

Dans une interview à deux chaînes de télévision égyptiennes, CBC et ONTV, Sissi a évité de rentrer dans les détails de son programme. Abordant les questions délicates en en disant peu, il a fait montre d'une approche prudente en ce qui concerne les réformes économiques, déclarant que l'Etat ne devait pas démanteler trop rapidement les subventions sur les carburants et les produits alimentaires. "On ne peut pas supprimer tout d'un coup les subventions. Le peuple ne le tolérera pas", a-t-il dit.

Le seul autre candidat à la présidentielle est un homme de gauche, Hamdine Sabahi, qui était arrivé en troisième position lors de la présidentielle de 2012, alors remportée par Mohamed Morsi, des Frères musulmans. Ce dernier a été destitué en juillet dernier par l'armée, au terme d'importantes manifestations contre lui.


Pour mémoire
Égypte : Sissi promet "stabilité, sécurité et espoir" à l'ouverture de la campagne présidentielle

La justice égyptienne accusée d'être au service d'une répression aveugle

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants