Liban

Sleiman déterminé à obtenir des clarifications de Téhéran après les propos du général iranien Safavi

OLJ
06/05/2014

Les propos du haut conseiller du chef des pasdaran iraniens, le général Yahya Rahim Safavi, ont suscité un tollé au Liban.
Cité par l'agence officielle de presse iranienne, l'officier iranien a indiqué que « le pouvoir et l'influence de son pays se sont étendus pour la troisième fois jusqu'en Méditerranée », avant d'ajouter que « la ligne de défense iranienne se trouve au sud du Liban ».
Le président Michel Sleiman s'est arrêté sur ce discours durant la conférence de dialogue, en faisant état de « déclarations répétées attribuées à des sources iraniennes en contradiction avec la souveraineté libanaise et le principe des bonnes relations entre les États ». M. Sleiman s'est dit déterminé à tirer cette affaire au clair avec les autorités iraniennes.
Dans les milieux politiques, notamment au sein du 14 Mars, l'indignation était à son comble. Le député Mohammad Kabbara a tenu une conférence de presse pour « tirer la sonnette d'alarme », en estimant que les propos de Safavi « doivent être interprétés comme une déclaration de guerre et l'annonce d'une volonté d'occuper le Liban et les États du bassin méditerranéen ». « Le Liban est en danger. La menace est grande et risque d'embraser le bassin méditerranéen dans son ensemble », a-t-il averti, avant d'appeler le gouvernement à convoquer l'ambassadeur d'Iran, Ghadanfar Rokn Abadi, pour protester contre les propos du général. Selon lui, le gouvernement doit également envoyer des mémorandums au Conseil de sécurité de l'ONU, à la Ligue arabe ainsi qu'aux pays du bassin méditerranéen et à l'Union européenne « pour les informer qu'il rejette les déclarations iraniennes ». « Cela est important pour protéger nos frontières », a-t-il insisté.
Son collègue Atef Majdalani a pour sa part relevé, en commentant les résultats de la conférence de dialogue, que « le Hezbollah ne veut pas d'une stratégie de défense qui risque de limiter son rôle et l'usage de ses armes ». Il a en outre estimé que la déclaration de Safavi « élimine toute possibilité de doute sur l'appartenance du Hezbollah à l'Iran », avant de souligner que le parti chiite « se doit de donner des explications à ce sujet ». M. Majdalani a également demandé au ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, de convoquer l'ambassadeur d'Iran pour lui demander d'expliquer la position du conseiller du chef des pasdaran.
Abondant dans le même sens, Ahmad Fatfat a affirmé, sur base de la déclaration contestée, que « Téhéran considère le 8 Mars et le Hezbollah comme faisant partie des gardiens de la révolution iranienne et qu'il représente un même front avec eux ». Il a dans le même temps jugé que les propos de Safavi doivent être également interprétés « comme un message adressé aux modérés en Iran, dont le président Hassan Rohani, pour leur faire comprendre qu'il n'est pas question pour son camp de tolérer des concessions sur le dossier nucléaire ».
M. Fatfat s'est ensuite référé à des déclarations du chef de la diplomatie, Gebran Bassil, au sujet de la souveraineté et de l'indépendance libanaise, avant de déclarer : « Nous attendons de voir comment il va réagir au discours iranien. S'il y réagit correctement, nous l'applaudirons, sinon nous le critiquerons. »
Dans les rangs du 8 Mars, seul le député Nehmetallah Abi Nasr, membre du bloc du Changement et de la Réforme, a commenté les propos du général iranien, en rappelant que c'est la deuxième fois qu'il fait des déclarations provocantes qui représentent une violation de la souveraineté libanaise. « Le Liban, qui reste attaché à son indépendance, sa souveraineté et sa liberté de décision, souhaite les meilleures relations avec l'Iran et les pays arabes, mais ne peut en aucun cas tolérer que sa terre au Liban-Sud constitue une ligne de défense pour Téhéran ou d'autres. C'est ce dont on se plaignait d'ailleurs dans nos rapport avec la Syrie », a-t-il rappelé avant d'inviter l'officier iranien à revenir sur ses propos.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE N'EST PLUS UN MYSTÈRE POUR PERSONNE. C'EST LA MAINMISE SUR LE PAYS... ILS ONT UNE BASE IRANIENNE AU LIBAN, AU MÉPRIS DE TOUTES LES ÉQUITÉS ET LOIS INTERNATIONALES... ET SPÉCIALEMENT DES CHRÉTIENS LIBANAIS. Où IL EST L'ISSIMO ? LE PRÉTENDU CONSENSUEL ? QU'ON ENTENDE ENFIN ET POUR UNE FOIS UN PEU SON CLAIRON DE CONDAMNATION !

FÊTE ACCOMPLIE

Declaration de politique internationale , quand on sait que du cote du sionisme , les options sont toujours sur la table et commencent a rouiller .. y a pas de quoi fouetter un chat ....persan .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le Tragi-comique dans ce petit pays laisse un goût amer d'une signification singulière. Ses peuplades petites avaient la possibilité d'infléchir une stratégie "résistancielle" yîîîh, et trouver une solution à un problème qui pourrit ce pays, le gangrène encore + et pèse sur son avenir. On sait ce qu'il en est advenu. Les fakkîhdio-chïïtiques, qui ont adoubé des partis sectaires, ont donné à ce hézébbb le pouvoir exorbitant non seulement de faire ingurgiter contre son gré au Grand-Liban une forte rasade d'intégrisme fanatique, mais aussi d'altérer son système en un moment où toutes les audaces devaient être mobilisées pour chercher une issue à cette question de vie ou de mort qui est celle de cette quincaillerie Perc(s)ée. Chez some "chréti(e)ns", ce fut la honte. Il ne s'est même pas trouvé une mince majorité pour, par un simple geste apostolique, faire preuve les uns à l’égard des autres d'un minimum de considération. Quant aux sunnites, c'est leur majorité qui a jugé utile de ne pas adouber comme 1er Ministré ce chî tamâm sinon médiocre, du moins complice d'une Marelle décrite comme devant être détestable. Et la masse d’entre eux aurait préféré qu'on leur propose un autre que lui, à savoir : Sääd Rafîk Hariri ! Quant aux "druziztes", il n’est plus nécessaire de relever chez ces gens-là quoi que ce soit car, avec leur Myster(y) Goupil, ce fut l’installation définitive du renard montagnard dans ce poulailler campagnard.

Lebinlon

pourquoi toute cette agitation ? qui ici ignore que le Hezbollah est l'arme avancée de l'Iran au MO ? qui ignore que ledit Hezbollah prend ses ordres directement des pasdarans pour toute chose, petite ou grande? qui ignore que le sud-Liban sera le premier front en cas de conflit Iranien avec Israël ? qui ignore que le Wali fakih fera passer les intérêts iraniens avant ceux des civils Libanais ?quelqu'un ? c'est bien ce que je pensais...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué