Proche-Orient

Les Palestiniens scellent leur réconciliation au grand dam d’Israël

Des scènes de liesse populaire ont éclaté dans toute la bande de Gaza.

Aussitôt après l’annonce de la réconciliation interpalestinienne, des scènes de liesse populaire ont éclaté dans toute la bande de Gaza. Ibraheem Abu Mustafa / Reuters

Les Palestiniens ont signé hier à Gaza un nouvel accord de réconciliation, au moment où le processus de paix est totalement enlisé.


Aux termes de l'accord de réconciliation, l'OLP (Organisation de libération de la Palestine), reconnue internationalement comme le seul représentant du peuple palestinien, et le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, ont convenu de former un gouvernement de « consensus national ». Ce gouvernement, dirigé par le président palestinien Abbas et composé de personnalités indépendantes, sera constitué d'ici à cinq semaines, a indiqué un communiqué conjoint lu par le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, en présence d'une délégation de l'OLP. Aussitôt, des scènes de liesse populaire ont éclaté dans toute la bande de Gaza aux cris d' « Unité, unité ! ».


Israël a réagi en accusant M. Abbas d'avoir choisi « le Hamas et non la paix » et en annulant une session de négociations avec les Palestiniens prévue hier soir. M. Abbas a répondu que les négociations avec Israël et la réconciliation palestinienne n'étaient pas contradictoires, affirmant l'engagement des Palestiniens en faveur de la paix sur la base « d'une solution à deux États conformément aux résolutions du droit international ». « On ne saurait parvenir à la paix sans la réconciliation d'abord », a également rétorqué le négociateur palestinien Saëb Erakat. « La réconciliation est une priorité nationale palestinienne. »
L'administration américaine, qui considère le Hamas comme une organisation terroriste, a de son côté estimé que l'accord pourrait « sérieusement compliquer » les efforts de paix. « Il est difficile d'envisager comment Israël pourrait négocier avec un gouvernement qui ne croit pas à son droit d'exister », a déclaré la porte-parole du département d'État, soulignant que les États-Unis étaient à la fois « déçus » et « inquiets ».

 

(Lire aussi : Les Arabes chrétiens israéliens bientôt conscrits ?)

 

Raid sur Gaza
Peu après l'annonce de l'accord, l'aviation israélienne a d'ailleurs effectué une frappe sur le nord de Gaza, blessant six civils palestiniens, dont un très grièvement, selon le ministère de l'Intérieur du Hamas. L'armée israélienne a, elle, affirmé avoir mené « une opération de contre-terrorisme » mais a reconnu avoir manqué sa cible. Et en début de soirée, trois roquettes ont été tirées de Gaza vers le sud d'Israël, selon un communiqué militaire.


Sitôt intronisé, le nouveau gouvernement palestinien aura pour mission de préparer des élections législatives et présidentielle, qui doivent avoir lieu six mois après que le Conseil législatif palestinien (CLP, Parlement) aura voté la confiance à ce cabinet. Les dernières législatives dans les territoires palestiniens remontent à 2006 – elles avaient été remportées par le Hamas – et la présidentielle, gagnée par M. Abbas, en 2005.
Mais ce n'est pas la première fois que les frères ennemis du mouvement national palestinien annoncent la formation imminente d'un gouvernement de consensus. « Les gens ont déjà entendu la même chose à moult reprises, mais à chaque fois l'accord a été violé par le Fateh ou le Hamas », a expliqué Samir Awad, professeur de sciences politiques à l'Université de Birzeit en Cisjordanie. Le Hamas et le Fateh, principal parti de l'OLP, ont déjà signé des accords de réconciliation au Caire (avril/mai 2011) et à Doha (février 2012) pour mettre fin à la division politique entre la bande de Gaza et la Cisjordanie. Mais les échéances fixées alors ont été constamment repoussées.

 

Lire aussi

La paix, au gré de l'humeur du moment, le point de Christian Merville

La fin de la solution à deux États, le commentaire de Mohammad Ayoob

Pour mémoire
Israéliens et Palestiniens se rencontrent à Jérusalem sans les Américains

Israël souffle le chaud et le froid ; les rumeurs se multiplient

 


Les Palestiniens ont signé hier à Gaza un nouvel accord de réconciliation, au moment où le processus de paix est totalement enlisé.



Aux termes de l'accord de réconciliation, l'OLP (Organisation de libération de la Palestine), reconnue internationalement comme le seul représentant du peuple palestinien, et le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, ont convenu de...

commentaires (2)

Un peuple affaibli qui tente de recouvrer sa dignite , ne peut pas faire chier le monde autour de lui , c'est lache de dire une chose pareille , surtout quand on passe son temps a vouloir defendre le peuple syrien qu'on dit soutenir contre son dirigeant liberateur . Quelle honte .

FRIK-A-FRAK

19 h 47, le 24 avril 2014

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Un peuple affaibli qui tente de recouvrer sa dignite , ne peut pas faire chier le monde autour de lui , c'est lache de dire une chose pareille , surtout quand on passe son temps a vouloir defendre le peuple syrien qu'on dit soutenir contre son dirigeant liberateur . Quelle honte .

    FRIK-A-FRAK

    19 h 47, le 24 avril 2014

  • Ce sont les prémices d'une nouvelle déflagration dans la région. Les vendeurs d'armes et de produits pharmaceutiques se frottent les mains en vue des profit a venir! C'est triste a voir mais félicitation aux Palestiniens s'ils s'unissent et arrivent a trouver un moyen de recouvrer leurs droits sans pour autant faire chier leur voisins.

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 10, le 24 avril 2014