Rechercher
Rechercher

Commentaire

La fin de la solution à deux États

Un État démocratique binational n’est peut-être pas une solution idéale pour toutes les parties du conflit israélo-palestinien, mais cela vaut beaucoup mieux qu’un régime d’apartheid. Hazem Bader/AFP

Les efforts déployés par le secrétaire d'État des États-Unis John Kerry pour sauver le processus de paix israélo-palestinien sont sur le point d'aboutir à un échec. Bien qu'un règlement définitif du problème ait toujours tenu de la gageure, cette nouvelle déception va rendre les États-Unis incapables de conserver ne serait-ce qu'une façade de « processus de paix », processus qui a souvent été plus productif par ses discours que par ses actes.


Les négociations vont échouer pour plusieurs raisons, à commencer par la poursuite de la colonisation israélienne des territoires occupés en 1967, malgré l'opposition de la communauté internationale, dont celle des États-Unis. Israël a plutôt accéléré la construction de colonies depuis le début du dernier cycle de pourparlers et en a même profité pour renforcer ses exigences, notamment en ce qui concerne le stationnement de troupes israéliennes dans la vallée du Jourdain. La libération de quelques dizaines de prisonniers palestiniens ne remplace pas de véritables concessions sur ces questions litigieuses.
Pire encore, les États-Unis se sont toujours abstenus d'utiliser leur forte influence pour contraindre Israël à changer de cap, en raison de la force politique américaine du lobby pro-israélien, représenté notamment par l'American Israel Public Affairs Committee. Fait révélateur, Kerry a nommé Martin Indyk (un citoyen australien d'origine britannique, qui a débuté sa carrière politique aux États-Unis en travaillant pour l'Aipac dans les années 1980) comme principal conseiller des États-Unis.


Un autre obstacle à un accord de paix est la division entre le territoire de Gaza contrôlé par le Hamas, et la Cisjordanie contrôlée par le Fateh. Cela aussi a pour origine l'intransigeance des États-Unis et d'Israël, qui ont refusé de reconnaître la victoire du Hamas aux élections de 2006 et donc de reconnaître ce groupe comme représentant légitime des Palestiniens. Cette politique a encouragé le Fateh à ne céder aucune autorité face au Hamas en Cisjordanie, ce qui crée une division au sein de la Palestine occupée. Pourtant lors du dernier cycle de pourparlers, cette division n'a pas été un obstacle majeur, car le Hamas est resté sur le banc de touche : il n'a ni participé ni cherché à jouer les perturbateurs. Cette décision a peut-être découlé de l'hypothèse que les pourparlers devaient avorter, discréditant ainsi l'Autorité palestinienne dirigée par le Fatah. Peu importe, la division entre Palestiniens n'est cette fois pas responsable de l'échec des pourparlers.
Cela nous ramène à la poursuite de la colonisation israélienne du territoire palestinien, qui exclut pratiquement la possibilité d'une solution à deux États. Ajoutons à cela l'insistance de la droite israélienne pour qu'aucune concession ne soit possible sur les questions territoriales, sur Jérusalem, ou sur le droit au retour des Palestiniens, et il ne fait aucun doute que Kerry n'a vraiment eu aucune chance. Peut-être la preuve la plus claire de l'obstination d'Israël est venue de son ministre de l'Économie, Naftali Bennett, en juillet dernier. Selon lui, « le projet de fonder un État palestinien en territoire israélien est dans une impasse. » La chose la plus importante pour la terre d'Israël est de construire, de construire et de construire encore plus [de colonies juives].


Paradoxalement, un observateur palestinien attentif peut trouver un certain réconfort dans l'échec des États-Unis d'empêcher Israël d'étendre ses colonies (et d'annexer une part de plus en plus grande du territoire palestinien), car elle met fin à la mascarade qui avait institué le processus de paix. Le résultat le plus probable revient maintenant à fonder un seul pays unifié au sein des frontières de la Palestine sous mandat britannique, qui s'étend à l'ensemble du territoire actuel d'Israël et aux territoires occupés. En d'autres termes, Israël et la Palestine évoluent inexorablement vers la création d'un État binational entre le Jourdain et la mer Méditerranée. Un tel État sera fondé sur l'un des deux principes pratiquement antagonistes : ou bien l'égalité des droits pour tous ses habitants, ou bien une forme d'apartheid, caractérisée par une autorité juive et une subordination des Palestiniens.


Le problème pour les Palestiniens est que les Juifs israéliens risquent d'avoir plus d'influence dans la gestion du développement de cet État unifié. Les Palestiniens ont donc de faibles chances de choisir l'égalité unilatéralement. Après tout, conférer des droits civils et politiques égaux à tous les citoyens diminuerait le caractère exclusivement juif du pays, renverserait les objectifs et les victoires sionistes : un résultat que la majorité de la population juive d'Israël va probablement rejeter. Appeler le pays « Israël » risque de ne pas ne suffire à modérer cette résistance.


La communauté internationale va sans doute répondre à l'émergence d'un État sous un régime d'apartheid par l'opprobre et l'ostracisme à l'égard d'Israël, malgré la protestation des États-Unis. En outre, les conflits dans un tel pays vont forcément empiéter sur ses frontières. D'où le risque de déclencher un embrasement important dans toute cette région. Cela aurait de graves conséquences pour les États-Unis et pour d'autres partisans occidentaux loyaux envers Israël, qui ont d'importants intérêts stratégiques et économiques dans la région.


Il est temps par conséquent que les États-Unis revoient leur politique sur le conflit israélo-palestinien. Au lieu de poursuivre la chimère d'une solution à deux États, les États-Unis devraient utiliser leur influence dans la région pour ouvrir la voie à l'émergence d'un État démocratique binational, qui garantisse l'égalité politique et civile complète pour tous ses habitants. Cela n'est peut-être pas une solution idéale pour toutes les parties prenantes du conflit israélo-palestinien, mais cela vaut beaucoup mieux qu'un État sous un régime d'apartheid, susceptible de déstabiliser encore plus le Moyen-Orient et de conduire à un cycle de conflits sans fin dans la région.

© Project Syndicate, 2014.

 

* Mohammad Ayoob est professeur de relations internationales à l'université d'Etat du Michigan et chercheur associé à l'Institute for Social Policy and Understanding.


Les efforts déployés par le secrétaire d'État des États-Unis John Kerry pour sauver le processus de paix israélo-palestinien sont sur le point d'aboutir à un échec. Bien qu'un règlement définitif du problème ait toujours tenu de la gageure, cette nouvelle déception va rendre les États-Unis incapables de conserver ne serait-ce qu'une façade de « processus de paix », processus...

commentaires (3)

C'est peut être la solution la plus adéquate qui aurait du d'ailleurs être appliquer des 1948, mais ni les Palestiniens ni les Israéliens ne sont crédibles. Tous les deux sont menteurs et peu dignes de confiance. Je ne vois vraiment pas comment ils s'en sortiront sans l'embrasement général mentionné.

Pierre Hadjigeorgiou

15 h 44, le 24 avril 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • C'est peut être la solution la plus adéquate qui aurait du d'ailleurs être appliquer des 1948, mais ni les Palestiniens ni les Israéliens ne sont crédibles. Tous les deux sont menteurs et peu dignes de confiance. Je ne vois vraiment pas comment ils s'en sortiront sans l'embrasement général mentionné.

    Pierre Hadjigeorgiou

    15 h 44, le 24 avril 2014

  • Où SONT LES LOIS INTERNATIONALES ? Où EST L'ONU ET LE GRAND SOURIRE DE BAN ? TOUS, BAFOUÉS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 08, le 24 avril 2014

  • Israel est par essence un régime d'apartheid discriminant criminellement le peuple poalestinien, et il y longtemps que la droite israélienne l'enfonce dans cette voie sans aucune possibilité de retour. Absolument rien à espérer des Etats-Unis dans cette question. C'est la sotte et aveugle AIPAC qui y détermine et déterminera toujours la politique des présidents américains.

    Halim Abou Chacra

    12 h 20, le 24 avril 2014