Rechercher
Rechercher

Négociations de paix

Israël souffle le chaud et le froid ; les rumeurs se multiplient

Gel du transfert des taxes aux Palestiniens ; nouvelle rencontre tripartite sous médiation US.

Une manifestation de juifs ultraorthodoxes protestant contre le service militaire obligatoire a dégénéré hier dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem. Menahem Kahana / AFP

C'était carrément la douche écossaise, hier.
Israël a gelé le transfert des taxes aux Palestiniens, dans le cadre d'une série de nouvelles sanctions en représailles à leurs demandes d'adhésion à 15 traités et conventions internationaux, a annoncé hier un responsable israélien. Israël a également suspendu sa participation au développement d'un champ gazier au large de la bande de Gaza adjacent à un champ israélien, un projet promu depuis plusieurs années par Tony Blair, l'envoyé spécial du quartette pour le Proche-Orient (ONU, États-Unis, Union européenne et Russie).
Pourtant, une nouvelle rencontre entre négociateurs israéliens et palestiniens sous médiation américaine s'est tenue hier pour tenter de surmonter la crise des pourparlers de paix, plombés par un cycle d'actions antagonistes de part et d'autre, selon des sources concordantes. Elle a réuni à Jérusalem, côté israélien, la ministre de la Justice Tzipi Livni et l'avocat Yitzhak Molcho, représentant personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et, côté palestinien, le négociateur Saëb Erakat et le chef des services de renseignements Maged Faraj.
Lors de cette rencontre sous les auspices de l'émissaire américain Martin Indyk, la délégation palestinienne entendait se concentrer sur la libération d'un quatrième et dernier contingent de prisonniers, dont le blocage par Israël a plongé les pourparlers de paix dans la crise, a-t-on ajouté. La radio publique israélienne a confirmé la réunion tripartite sous l'égide de M. Indyk, sans autre indication.
Un responsable israélien a affirmé sous le couvert de l'anonymat qu' « Israël voulait un retour aux pourparlers et surmonter la crise actuelle ». « Nous pensons que les Palestiniens devraient revenir sur leurs actions à l'ONU, parce que c'était une violation de leur engagement le plus fondamental », a-t-il ajouté, en référence à la signature par le président Mahmoud Abbas des demandes d'adhésion de la Palestine à 15 conventions et traités internationaux.
La deuxième chaîne de télévision israélienne, citant « des sources à Washington », a rapporté qu'un accord serait en vue pour une prolongation des négociations au-delà de l'échéance du 29 avril. « Selon ces sources, l'accord mentionnera à nouveau la libération de prisonniers palestiniens, y compris des Arabes israéliens, en échange de la libération de l'espion juif américain Jonathan Pollard », a précisé la chaîne. Mais un responsable américain à Washington a démenti, indiquant que ces « informations de presse étaient inexactes ».

Disperser les rassemblements
Pendant ce temps, une manifestation de juifs ultraorthodoxes, protestant contre le service militaire obligatoire, a dégénéré hier dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, a-t-on appris auprès de la police israélienne. « Des centaines de manifestants se sont rassemblés à Mea Shearim, ont interrompu la circulation et ont jeté des pierres et des bouteilles sur les forces de police », a indiqué Micky Rosenfelfd, un porte-parole de la police, ajoutant que 5 manifestants avaient été arrêtés.
Par ailleurs, l'armée israélienne a ouvert le feu et blessé trois Palestiniens hier au nord de la bande de Gaza, près de Beit Hanoun, a-t-on appris auprès du ministère de la Santé du gouvernement du Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne. Les blessés sont des ouvriers agricoles qui effectuaient des travaux dans le secteur, ont affirmé des témoins sur place. L'armée israélienne a pour sa part indiqué avoir « procédé à des tirs de sommation pour éloigner 140 Palestiniens qui s'étaient rassemblés près du point de passage d'Erez, sans parvenir à disperser le rassemblement ».
Dans un incident séparé survenu plus tard dans la journée, des Palestiniens ont ouvert le feu sur des soldats israéliens « qui patrouillaient le long de la clôture de sécurité, au sud de la bande de Gaza », a ajouté l'armée. Il n'y a pas eu de blessés lors de cet incident, le troisième du genre en deux jours, a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué.
(Source : AFP)


C'était carrément la douche écossaise, hier.
Israël a gelé le transfert des taxes aux Palestiniens, dans le cadre d'une série de nouvelles sanctions en représailles à leurs demandes d'adhésion à 15 traités et conventions internationaux, a annoncé hier un responsable israélien. Israël a également suspendu sa participation au développement d'un champ gazier au large de la...

commentaires (0)

Commentaires (0)