Rechercher
Rechercher

Campus - Libre cours

Des architectes en devenir impliqués dans le développement durable

Lors de l’exposition collective « Interventions durables », les étudiants admirent l’une des réalisations écologiques des jeunes architectes en devenir.

Une salle d'étude démontable, un banc solaire écologique, un revêtement de sol qui convertit les pas des piétons en électricité. Ce ne sont que quelques-unes des dizaines de créations environnementales, fonctionnelles et esthétiques conçues et exécutées par les étudiants de l'USEK dans le cadre du cours « Architecture et développement durable ».
Dirigés par leur professeur Éliesh Sahyoun, les étudiants se penchent sur des problématiques existantes, recherchent d'une manière scientifique des solutions environnementales, élaborent des modèles durables et réalisent des prototypes écologiques, autonomes en énergie, pour répondre aux problèmes retenus. Une démarche rigoureuse et efficace qui tient compte des dimensions environnementale, sociale et économique du développement durable. « Chaque projet comprend un dossier scientifique, un prototype et une vidéo montrant les étapes de la création du modèle », précise Éliesh Sahyoun, avant de souligner : « Je veux, à travers ce cours, montrer aux étudiants qu'il y a une seconde option dans la vie et non une seule. » Il ne s'agit donc pas seulement pour le jeune architecte professeur – qui est également le fondateur de l'Organisation de développement durable (ODDD) – d'informer et de former les universitaires au développement durable, mais aussi de les amener à y participer activement.
Julien el-Bitar, 22 ans, est l'un des trois étudiants qui ont construit la salle d'études démontable. Étudiant en 4e année d'architecture, il a consacré de longues heures à la réalisation de ce projet et cela bien après la fin du cours et l'émission des résultats. « Penser écologique et durable n'est plus une option », lance-t-il, convaincu de l'urgence de préserver l'environnement, avant d'affirmer sa volonté de « transmettre ce message au quotidien. »
Les prototypes réalisés par les étudiants sont construits avec des matériaux recyclés et/ou nouveaux et écologiques – à faible énergie grise et longue durée de vie –, et assurent aux utilisateurs un confort thermique et physique, à un coût minimum et avec un maximum d'efficacité. Équipé de panneaux photovoltaïques, chaque modèle génère l'électricité nécessaire pour l'éclairage de l'espace qu'il offre et l'utilisation de ses occupants, qui peuvent ainsi « recharger confortablement leurs appareils électroniques tout en travaillant à l'air libre ».
Aujourd'hui en sixième année d'architecture, Shirley Hachem a suivi le cours d'Éliesh Sahyoun il y a deux ans. Pour cette étudiante de 23 ans, adepte de l'architecture verte, le premier facteur qui explique le bon déroulement et l'aboutissement de ces projets est la persévérance des étudiants et leur dynamisme.
Pourtant, il n'est pas toujours facile de les motiver. « Surtout au début », reconnaît Éliesh Sahyoun, avant de préciser : « Mais plus ils avancent dans leurs projets, plus ils sont enthousiastes. » Les autres difficultés que rencontrent l'architecte et ses étudiants portent sur le manque de moyens matériels et l'absence de soutien universitaire. Une situation qui devrait changer rapidement, vu la grande qualité des prototypes réalisés et l'importance des leçons que cette démarche enseigne aux universitaires qui apprennent ainsi non seulement à s'intéresser aux problématique liées à l'environnement, mais également à s'engager jusqu'au bout dans un projet constructif et responsable, à développer leur conscience écologique et sociale et à respecter l'espace public tout en se l'appropriant.
Une responsabilisation environnementale et citoyenne confirmée par les mots de l'étudiante Shirley Hachem qui conclut : « Si nous voulons changer notre quotidien, il est urgent que chacun y mette du sien ! »

Pour plus d'infos sur l'ODDD : https ://www.facebook.com/OrganisationdeDD ? fref=ts


Une salle d'étude démontable, un banc solaire écologique, un revêtement de sol qui convertit les pas des piétons en électricité. Ce ne sont que quelques-unes des dizaines de créations environnementales, fonctionnelles et esthétiques conçues et exécutées par les étudiants de l'USEK dans le cadre du cours « Architecture et développement durable ».Dirigés par leur professeur...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut