Rechercher
Rechercher

Liban

Derbas et Chaptini en appellent à la communauté internationale

Ninette Kelley entourée d’Alice Chaptini et Rachid Derbas au centre des Nations unies pour les affaires des réfugiés syriens au Liban-Nord. Photo ANI

« Le Liban est trop petit pour pouvoir supporter seul tout le fardeau » que représente l'afflux des réfugiés syriens au Liban, a déclaré hier le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, en s'adressant aux communautés arabe et internationale. « Nous sommes des partenaires des communautés arabe et internationale, mais elles nous laissent faire face seuls à cette situation », a-t-il poursuivi, au cours d'une visite qu'il a rendue au centre des Nations unies pour les affaires des réfugiés syriens au Liban-Nord, en présence de la ministre des Déplacés, Alice Chaptini, représentant le Premier ministre, et la représentante du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Ninette Kelley.
S'adressant à Yehya Charkiyé, le millionième réfugié syrien au Liban, M. Derbas a affirmé que « la communauté internationale doit mettre tous ses moyens au service du Liban pour qu'il puisse accomplir cette mission humanitaire ».
Mme Kelley a de son côté signalé, au cours d'une conférence tenue conjointement avec Mme Chaptini et M. Derbas, qu'en moyenne « 50 000 réfugiés syriens entrent mensuellement au Liban ». Elle a expliqué que la stratégie adoptée par le HCR ne consiste pas uniquement à « les accueillir et à les dénombrer, mais à leur assurer des soins à tous les niveaux ». Mme Kelley a en outre mis en garde contre « les répercussions de l'afflux des réfugiés au Liban, en l'absence d'une aide » au pays hôte.
Mme Chaptini s'est à son tour adressée à la communauté internationale, affirmant « que le Liban a besoin de ressources pour venir en aide aux réfugiés ».


« Le Liban est trop petit pour pouvoir supporter seul tout le fardeau » que représente l'afflux des réfugiés syriens au Liban, a déclaré hier le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, en s'adressant aux communautés arabe et internationale. « Nous sommes des partenaires des communautés arabe et internationale, mais elles nous laissent faire face seuls à cette situation »,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut