Rechercher
Rechercher

Liban - Insolite

« L’avion de la MEA n’atterrira pas à Bagdad » sans le fils du ministre irakien

L'appareil de la MEA assurant la liaison avec la capitale irakienne informé en plein vol qu'il ne serait pas autorisé à atterrir si le fils du ministre irakien du Transport ne se trouve pas à bord.

Des avions de la MEA à l'aéroport de Beyrouth. Archives/AFP

Un avion de la Middle East Airlines (MEA) qui se dirigeait vers Bagdad a dû rebrousser chemin après son décollage de Beyrouth. Il s'est avéré plus tard que deux passagers, dont le fils du ministre irakien du Transport, Mehdi Ameri, avaient raté l'avion. Ce dernier s'est pourtant envolé après avoir effectué les appels d'usage aux passagers retardataires, selon les normes internationales. Selon le correspondant de l'Agence nationale d'information, le capitaine de l'avion de la MEA a été contacté par le bureau de la compagnie libanaise à Bagdad, vingt minutes après le décollage, le notifiant de la décision des autorités irakiennes compétentes d'interdire son atterrissage tant que le fils du ministre en question ne fait pas partie des passagers. L'avion, qui transportait 71 passagers, a dû alors rebrousser chemin et le vol a été annulé par la compagnie.


La direction de la MEA a publié deux communiqués successifs. Dans le premier, la compagnie précise que « l'avion de type Airbus 320 s'est envolé, selon l'horaire prévu, à 12 h 46 ». « Avant le décollage, des appels aux passagers manquants ont été adressés à plusieurs reprises, retardant le décollage de quelques minutes », a précisé le premier communiqué, avant de rapporter que le capitaine de l'avion a été « contacté vingt minutes après le décollage par le chef du bureau de la MEA à Bagdad, le notifiant de la décision des autorités concernées d'interdire son atterrissage, sans le passager en question, du nom de Hadi Ameri, qui s'est avéré ensuite être le fils du ministre irakien du Transport ». Ce premier communiqué a fait état en outre de « contacts en cours avec les autorités irakiennes pour élucider l'incident, qui a fait subir d'importantes pertes à la compagnie ».


Toutefois, un second communiqué a été publié par la MEA, près d'une heure après le premier « par souci de clarification de certaines informations véhiculées par les médias ». La compagnie a précisé dans ce texte qu'« elle n'a fait état officiellement d'aucune raison qui serait derrière l'interdiction d'atterrissage ». « Le reste n'est que spéculations et rumeurs nourries par les passagers à bord », a-t-elle précisé.


Le ministre des Travaux publics et des Transports, Ghazi Zeaiter, a demandé l'ouverture immédiate d'une enquête avec les responsables à l'Aéroport international de Beyrouth et l'administration de la MEA, afin d'élucider au plus vite les motifs de l'interdiction d'atterrissage à Bagdad.


À Bagdad, l'incident a suscité des réactions contrastées. Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a exprimé son vif mécontentement, appelant au licenciement de ceux qui ont exigé le retour de l'avion. M. Maliki a exigé que « toutes les personnes responsables » du retour de l'avion soient « licenciées », a annoncé son porte-parole à l'AFP.
Plus tôt, le porte-parole du ministère des Transports avait nié pour sa part toute responsabilité. Il avait affirmé qu'il était « totalement faux » que l'avion a fait demi-tour à cause du fils du ministre. Il a ajouté que la MEA avait été informée avant le décollage que l'avion ne serait pas autorisé à atterrir pour des raisons de maintenance à l'aéroport de Bagdad, affirmant que c'est pour cela qu'il avait dû faire demi-tour.

Un avion de la Middle East Airlines (MEA) qui se dirigeait vers Bagdad a dû rebrousser chemin après son décollage de Beyrouth. Il s'est avéré plus tard que deux passagers, dont le fils du ministre irakien du Transport, Mehdi Ameri, avaient raté l'avion. Ce dernier s'est pourtant envolé après avoir effectué les appels d'usage aux passagers retardataires, selon les normes internationales....
commentaires (3)

Scandaleuse MEA ...voilà que maintenant ! c'est la faute des passagers à bord....! c'est rare ce type de déclaration fantaisiste.... dans le monde du transport aérien....

M.V.

11 h 14, le 07 mars 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Scandaleuse MEA ...voilà que maintenant ! c'est la faute des passagers à bord....! c'est rare ce type de déclaration fantaisiste.... dans le monde du transport aérien....

    M.V.

    11 h 14, le 07 mars 2014

  • Ils ne sont vraiment fortiches, les fakkihistes d'Irak et d'ici, que dans le contrôle et la mainmise sur les aéroports civils tant irakiens que libanais !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 35, le 07 mars 2014

  • Des pays de 5e monde !!!!

    Halim Abou Chacra

    06 h 16, le 07 mars 2014

Retour en haut