Rechercher
Rechercher

Liban - Liban

A Beyrouth, ils luttent contre la faim à coups de pédales

Monter à bicyclette pour collecter des fonds en faveur des plus démunis est le pari gagnant de Food Blessed et de Beirut by Bike.

Les jeunes cyclistes attendant le départ.

Empoignant le guidon de leurs bicyclettes, un pied sur la pédale, l'autre encore au sol, échauffant leurs articulations ou alors courant vite acheter les derniers morceaux de gâteaux disponibles, plus de 300 personnes réunies dans les locaux de Beirut by Bike attendent le départ de leur tournée de nuit.
Cependant, aujourd'hui ils ne viennent pas s'exercer ni se promener. Ils sont là en réponse à l'appel lancé en faveur de 30000 bouches affamées dans le pays, dans l'espoir de faire taire cette faim, par l'intermédiaire de Food Blessed.


Cette association, cofondée par Maya Terro, Charles Constantine et René Aoun, lutte contre la faim par tous les moyens possibles. Elle s'associe avec des restaurants et des traiteurs prêts à offrir leur surplus de nourriture ou des plats préparés et les livres aux familles démunies, aux aveugles dans le besoin, à certaines victimes du sida qui s'abstiennent de se montrer en public... Elle prépare aussi deux déjeuners hebdomadaires aux personnes défavorisées, l'un à Badaro et l'autre à Hamra. Plus encore, elle organise régulièrement des levées de fonds à travers des soirées qu'elle organise, comme «Food 4 All» au DRM en 2012 ou «The Music Kitchen» au Yukunkun en 2013. L'argent ainsi recueilli sert à composer des paquets de provision, dits «Mouné» en libanais (aliments non périssables, boîtes de conserve, produits laitiers, pâtes, farine...), disposés dans des boîtes puis distribuées aux nécessiteux. Forte d'une vingtaine de volontaires actifs et engagés, l'association compte aujourd'hui plus de 5800 bénéficiaires et a déjà distribué près d'un millier de paquets.


Cependant, cette nuit-là, Food Blessed, avait un partenaire d'un autre genre: Jawad Sbeity, directeur de Beirut by Bike, prend l'initiative d'approcher cet organisme avec un plan original: «Nous avons d'abord mis à la disposition de Food Blessed notre local où ils vendent gâteaux et biscuits concoctés par leurs volontaires, mais aussi toutes les bicyclettes, casques et tenues fluo nécessaires ainsi que nos guides, voitures et vélos de sécurité et enfin nous nous sommes engagés à faire don, en liquide, de l'équivalent de la somme exacte de leurs récoltes», explique le responsable de l'association cycliste. «Faites-nous payer plus!» ajoute-t-il avec un brin d'humour.


C'est ainsi qu'aux environs de 20h, la place est envahie d'athlètes, de cyclistes, de mouvements scouts, de groupes d'amis et de familles, tous mus par une même volonté. Les flashes des caméras brillent plus que les projecteurs. Les amateurs font des tours et des sauts, les stocks de douceurs s'épuisent à vue d'œil. L'ambiance est festive. Cet élan de générosité collective rend heureux tous les participants. «Nous nous sentons engagés, nous agissons sans prendre cet air sérieux, bien au contraire, nous sommes décontractés, tout le monde rit et sourit et pourtant notre cause est grave», affirme l'un d'eux. «Je suis venu afficher mon support aux affamés. S'absenter serait se taire, se taire, c'est accepter», ajoute un autre. Quelques minutes plus tard, le brouhaha cesse, la masse en ébullition se calme et s'organise: secondées d'une patrouille de police et de réparateurs en cas d'urgence, les bicyclettes se lancent alors en file indienne sur un parcours de 16 km à travers Beyrouth et font leur premier arrêt à l'école des Franciscaines où certains visiteront la cuisine empruntée par Food Blessed pour les déjeuners hebdomadaires, pendant que d'autres, dont Jawad Sbeity, réaliseront un de leurs rêves d'enfant: ils feront des circuits dans la cour de recréation. «Petit, chaque fois que j'arrivais à la porte de mon école, on me confisquait ma bicyclette», se souvient-il.

 

Lire aussi
Le Liban et la Première Guerre mondiale : il y a cent ans, la famine

Pour mémoire
Le Liban a beaucoup d'efforts à faire en matière d'éradication de la pauvreté

Un projet de 30 millions de dollars de la Banque mondiale pour les plus démunis au Liban

Lorsque la société civile s’engage pour l’édification d’une nouvelle école publique à Sebeel


Empoignant le guidon de leurs bicyclettes, un pied sur la pédale, l'autre encore au sol, échauffant leurs articulations ou alors courant vite acheter les derniers morceaux de gâteaux disponibles, plus de 300 personnes réunies dans les locaux de Beirut by Bike attendent le départ de leur tournée de nuit.Cependant, aujourd'hui ils ne viennent pas s'exercer ni se promener. Ils sont là en...

commentaires (3)

JE CONTINUE : JOU3ANIN YIA 7ARAM ! POUR LES ÉTOILÉS.. BIEN SÛR...

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

16 h 42, le 07 février 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • JE CONTINUE : JOU3ANIN YIA 7ARAM ! POUR LES ÉTOILÉS.. BIEN SÛR...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    16 h 42, le 07 février 2014

  • BONNE INITIATVE... MAIS NE BIFURQUEZ PAS DU CÔTÉ DE L'ÉTOILE... LES ÉTOILÉS DORMENT À LA BELLE ÉTOILE... L'ESTOMAC VIDE... ET SANS VOILE !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    14 h 31, le 07 février 2014

  • En plus pedaler ca vous fout une fringale , pas sur que la bouffe arrive a destination !

    FRIK-A-FRAK

    18 h 08, le 06 février 2014

Retour en haut