Rechercher
Rechercher

Liban - Éclairage

El-Qaëda au Liban : une menace qui se précise

Dans le cadre de leur analyse des attentats-suicide qui ont eu lieu récemment dans diverses régions libanaises, les services de renseignements libanais estimaient que le pire scénario serait que les kamikazes soient de nationalité libanaise. Avec le dernier attentat à la voiture piégée à Haret Hreik, il n'y a plus de doute sur le sujet. Le kamikaze a été identifié et il est originaire du Akkar. Il s'appelle Qouteïba al-Satem et son père s'est spontanément rendu auprès des SR de l'armée pour confirmer son identité. Même si des versions plus farfelues sont avancées par le député Khaled Daher et véhiculées par certains médias, les services de renseignements sont formels : le jeune Qouteïba al-Satem est effectivement le conducteur de la voiture qui a explosé la semaine dernière à Haret Hreik. L'information est grave parce qu'elle met en évidence ce que des parties libanaises n'ont cessé de vouloir nier, à savoir qu'el-Qaëda n'a pas seulement au Liban des cellules dormantes qui peuvent se réveiller à la demande. Elle bénéficie aussi d'un environnement favorable qui permet à ses thèses de se propager dans la société libanaise pourtant mélangée et, par tradition, peu perméable aux thèses extrémistes d'où qu'elles viennent. Il ne s'agirait donc plus seulement de cas isolés, ou de groupes importés étrangers à la société libanaise, mais d'un climat général dans certains milieux imprégnés de l'idéologie d'el-Qaëda et convaincus du bien-fondé de ses agissements.


Indépendamment des opinions divergentes sur la cause de l'implantation de plus en plus profonde d'el-Qaëda au Liban, au point de se sentir assez libre pour se déplacer et agir dans des endroits divers, cette présence signifie deux choses : d'abord que le périmètre du danger s'élargit au Liban et même si les services compétents ont multiplié leurs mesures de vigilance, la menace y est plus grande et ensuite qu'il sera plus difficile de l'éradiquer. D'autant qu'avec la tension confessionnelle exacerbée, les services d'ordre peuvent difficilement agir sans essuyer des critiques les accusant de pencher vers un camp aux dépens de l'autre.
Il ne faut donc pas être un voyant illuminé pour affirmer que la situation est grave et qu'elle l'est encore plus à cause du conflit régional déclaré entre l'Arabie saoudite et l'Iran, qui prend inévitablement une tournure confessionnelle. Mais le plus dur est de constater que depuis deux décennies au moins, el-Qaëda a choisi de s'incruster au Liban dans l'indifférence et l'inconscience quasi générales.


La première manifestation de l'existence de groupes d'obédience islamiste extrémiste a eu lieu au Liban en 1995, avec l'assassinat de cheikh Nizar Halabi des Ahbache en plein Beyrouth, à Corniche Mazraa. Certains membres du groupe auteur de l'assassinat ayant été arrêtés, les Libanais ont découvert avec effroi des jeunes Libanais et Palestiniens circulant entre Tripoli et Aïn el-Héloué et prônant l'islam dur et rigide des salafistes radicaux. Trois d'entre eux ont été alors condamnés à mort et la peine a été exécutée aux cris d'Allah Akbar des condamnés. Le groupe Esbat al-Ansar dirigé par Abou Mahjan avait été alors dénoncé. Et ce groupe n'a pas tardé à prendre sa revanche en assassinant quatre juges dans le prétoire à Saïda en juin 1999. Les auteurs de ce crime ont été identifiés, mais n'ont jamais pu être arrêtés. Six mois plus tard, la mouvance extrémiste s'est manifestée par des combats contre l'armée libanaise dans le jurd de Denniyé, à la veille du réveillon de l'an 2000.


En 2001, ce furent les terribles attentats du 11-Septembre aux États-Unis et parmi les kamikazes, dont la plupart étaient Saoudiens, il y avait un Libanais, Ziad Jarrah, originaire du village de Marj dans la Békaa. Même à ce moment-là, les autorités libanaises ont continué à se réfugier dans le déni, alors que les enquêteurs américains étaient formels. L'explosion n'en a été que plus violente en 2007 avec la guerre de Nahr el-Bared entre les radicaux de Fateh el-Islam et l'armée. Les combats ont fait de nombreuses victimes au sein de la troupe et se sont terminés par la destruction du camp, l'exode des Palestiniens... et la disparition du chef présumé de Fateh el-Islam, Chaker el-Absi, qui d'ailleurs n'a jamais été éclaircie.


Esbat al-Ansar, Fateh el-Islam, Jund al-Cham, cheikh al-Assir et maintenant Daech et le Front el-Nosra... Qu'importent les appellations, l'esprit est le même. Et le Liban de plus en plus fragilisé s'est montré incapable de lutter contre ce phénomène, qui a longtemps été considéré comme un sujet tabou, perdant son temps dans des polémiques vaseuses alors que les groupes takfiristes n'ont cessé de s'y développer. S'il est donc clair que la présence de noyaux takfiristes est ancienne au Liban, ceux-ci n'étaient, au début, pas vraiment acceptés par leur environnement qui en avait presque honte. La misère, l'insouciance de l'État et les développements régionaux ont modifié cet état d'esprit et c'est là l'élément nouveau qui rend aujourd'hui la menace plus grave. Le Liban, pays du compromis politique, de la coexistence et de la tolérance peut-il abriter en son sein des groupes qui rejettent tous ceux qui ne les suivent pas... Sans pour autant changer de vocation ?


Dans le cadre de leur analyse des attentats-suicide qui ont eu lieu récemment dans diverses régions libanaises, les services de renseignements libanais estimaient que le pire scénario serait que les kamikazes soient de nationalité libanaise. Avec le dernier attentat à la voiture piégée à Haret Hreik, il n'y a plus de doute sur le sujet. Le kamikaze a été identifié et il est originaire...

commentaires (4)

Al-Wilâïyâh fakkihiste au Liban : une menace qui insiste, mais plus pour longtemps encore.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

16 h 40, le 10 janvier 2014

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Al-Wilâïyâh fakkihiste au Liban : une menace qui insiste, mais plus pour longtemps encore.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 40, le 10 janvier 2014

  • Ces groupes sunnites terroristes ne peuvent se mouvoir sans une certaine , allez je vais dire complaisance plus que complicité pour rester modéré , ce qui est triste dans cette affaire c'est que les sunnites intelligents comme Kabbani sont pris à partie par des soit disant démocrates et imprégnés de culture occidentale parce que possédants des appartements à Paris , ils sont couverts par l'alliance des dirigeants français à leur sponsor qui savent pourtant qu'ils combattent cette idéologie en Afrique en ce moment . Comme il avait été question de la libération du sud Liban de la présence criminelle d'israel envahisseur , il faudra que les sunnites se débarrassent vite fait de cette vermine salafowahabite qui s'en prend(ra) en priorité à eux. Sinon le job sera fait par des experts en la matière , renforcés par les succès sur le terrain en Syrie légitime. Le job sera long et périlleux , mais ça vaut le coup si au bout du compte on en est débarrassé, et le combat se fera aussi par les dénonciations de l'exquise plume de Scarlett.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 17, le 10 janvier 2014

  • ANALYSE HUIT MARSIENNE. À PLUS FORTE RAISON, S'ILS SONT LIBANAIS, ANALYSEZ : L'ACTION ET LA RÉACTION ! LES ABUS ET L'INDIGNATION !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 47, le 10 janvier 2014

  • Merci Madame Haddad de votre éclairage, de votre clarté et de l'intelligence de votre plume. Maintenant que le choses sont claires et que les terroristes qaédistes sont aussi des Libanais issus de la communauté sunnite qui s'emploient à tuer des chiites innocents, inermes mais surtout sans distiction de catégorie, de genre et d'age, on ne peut plus se cacher derrière son petit doigt. Ainsi, certains de nos compatriotes sunnites DOIVENT desormais se démarquer COURAGEUSEMENT de ces criminels sans aucune humanité qui n'ont d'égal que les judéo-sionistes au monde, afin que la légalité nationale et mondiale puisse pointer ses armes sur eux sans risquer de blesser des innocents. Je pense que les complicités et les connivences avec ces animaux ne seront plus tolérés.. s'ils veulent combattre le hezb, il le trouveront en Syrie.. en tenue militaire!

    Ali Farhat

    12 h 43, le 10 janvier 2014

Retour en haut