Rechercher
Rechercher

Liban - Citoyen grognon

Enfants soldats, à visage découvert

Trois jeunes adolescents, mitraillettes au poing, racontent avec détermination et sans la moindre hésitation pourquoi ils ont pris les armes. Âgés de 14 à 15 ans, ces jeunes Tripolitains de Bab el-Tebbaneh accusent de tous les maux leurs voisins d’en face, ceux de Jabal Mohsen. « Ils tirent sur nos femmes, sur nos rues, sur nos maisons, sur notre honneur », « Ils visent d’innocents enfants », « Ce sont eux qui ont mis la charge explosive, durant les fêtes, aux mosquées al-Takwa et al-Salam ».


Ces phrases, les trois garçons les récitent comme une leçon apprise par cœur, à qui veut bien les entendre. Les trois ados n’ont pas de chef, comme ils l’assurent. Mais ils auraient décidé, de leur propre initiative, de prendre les armes, « de descendre dans la rue » et de « défendre leur quartier, comme tous les jeunes », précisent-ils.


Le problème des guerres, c’est qu’elles autorisent toutes les dérives, même les plus horribles. Comme celle de voir des enfants prendre les armes et tuer de sang froid, sans états d’âme. Des enfants influencés, poussés à l’action par des adultes sans foi ni loi, au nom de je-ne-sais quelle idéologie. Des enfants pauvres parmi les plus pauvres, qui ont quitté l’école trop tôt pour aller rejoindre le monde du travail ou pour errer dans les rues à quémander l’aumône.


C’est à visage découvert qu’ils s’expriment, ces enfants soldats. C’est aussi à visage découvert et en gros plan qu’une chaîne télévisée locale a choisi de les exhiber, en prime time, en plein journal télévisé. En prenant bien soin de demander à l’un d’entre eux de charger son arme en direct. Histoire de montrer sa dextérité au maniement des engins de guerre.
Choix délibéré, sans aucun doute. D’autant que le reportage est toujours mis en ligne et accessible à tous. Mais choix choquant et révoltant, qui fait montre de voyeurisme et de manque flagrant d’éthique journalistique ; et qui révèle l’absence criante de la moindre structure officielle de protection de l’enfance, chargée de sanctionner et d’empêcher de telles dérives.
Car on imagine bien les risques mortels qu’encourent désormais ces enfants, en proie aux pires actes de vengeance, depuis la diffusion de leur identité.


La recherche du scoop est-elle donc devenue l’objectif ultime qui fait oublier le devoir journalistique, impératif et absolu, de protéger l’enfance en danger ?


Trois jeunes adolescents, mitraillettes au poing, racontent avec détermination et sans la moindre hésitation pourquoi ils ont pris les armes. Âgés de 14 à 15 ans, ces jeunes Tripolitains de Bab el-Tebbaneh accusent de tous les maux leurs voisins d’en face, ceux de Jabal Mohsen. « Ils tirent sur nos femmes, sur nos rues, sur nos maisons, sur notre honneur », « Ils visent...

commentaires (1)

Vraiment choquant de voir des jeunes innocents devenir criminels au nom de la pauvreté. Nazira.A.Sabbagha

Sabbagha A. Nazira

15 h 18, le 02 novembre 2013

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Vraiment choquant de voir des jeunes innocents devenir criminels au nom de la pauvreté. Nazira.A.Sabbagha

    Sabbagha A. Nazira

    15 h 18, le 02 novembre 2013

Retour en haut