Rechercher
Rechercher

À La Une - Les femmes de la semaine

Deux athlètes, une victoire, un baiser et une "imagination maladive"

Les lèvres de Kseniya Ryzhova et Yulia Gushchina se touchent, les médias s'enflamment.

Les deux athlètes russes, Kseniya Ryzhova et Yulia Gushchina, s'embrassant sur la bouche, le samedi 17 août 2013, sur le podium du stade Luzhniki. AFP PHOTO / YURI KADOBNOV

Le 17 août dernier, Kseniya Ryzhova et Yulia Gushchina, deux athlètes russes, décrochaient la médaille d'or du 4x400 m dames des Mondiaux d'athlétisme de Moscou. Une belle victoire qui n'a toutefois pas tant intéressé les médias que la façon dont elle a été célébrée.

 

Car Kseniya Ryzhova et Yulia Gushchina ont fêté leur exploit en échangeant, sur le podium du stade Luzhniki, un baiser sur la bouche. Si les jeunes femmes assurent qu'il s'agissait d'"une simple manifestation de joie", ce baiser, même innocent, n'est pas passé inaperçu en pleine controverse sur l'entrée en vigueur, en Russie, d'une loi interdisant la "propagande" homosexuelle devant les mineurs, désormais passible d'amende et de prison.

 

Rapidement, le baiser a fait le tour du monde, certains médias y voyant un signe de protestation contre la loi promulguée en juin par Vladimir Poutine, d'autres un geste de soutien à la communauté homosexuelle. Des interprétations qui ont irrité les athlètes.

 

"Hier, j'ai reçu 20 appels téléphoniques de différents organes de presse qui, plutôt que de me féliciter, ont préféré m'insulter avec ces questions", a déclaré mardi Ryzhova, citée par l'agence Itar-Tass. "Yulia et moi sommes toutes les deux mariées et nous n'avons aucune autre relation. Nous nous entraînons ensemble depuis huit ans et nous sommes devenues de très bonnes amies", a-t-elle expliqué.

 

 

Une "imagination maladive"

"Vous ne pouvez pas imaginer ce que signifie pour nous la victoire au bout de huit ans! C'était un déluge d'émotions. Et si à ce moment précis nos lèvres se sont touchées... Je ne sais pas comment certains en sont arrivés à imaginer ça", a encore dit Ryzhova, suggérant que cette interprétation était le fruit d'une "imagination maladive". "Cela n'insulte pas seulement nous, mais aussi nos entraîneurs", a-t-elle poursuivi.

 

(Lire aussi: Un journaliste US fustige en direct une loi anti-gay sur une TV publique russe)

 

Gushchina, elle, n'en "croyait pas ses yeux" quand Ryzhova lui a envoyé un lien contenant cette photo et les insinuations des médias. "Tout le monde se félicite sur le podium, je ne sais pas pourquoi l'attention s'est focalisée sur nous, alors qu'à côté de nous les Américaines se sont aussi embrassées", a-t-elle dit.

 

 


 

La controverse sur la loi homophobe a été alimentée par les propos de la tsarine de la perche russe, Yelena Isinbayeva: En Russie "nous nous considérons comme des gens normaux où des garçons sont avec des filles, et des filles avec des garçons", avait-elle notamment déclaré pendant les Mondiaux (10-18 août). Après les vives critiques suscitées par ces déclarations, Isinbayeva avait indiqué avoir été "mal comprise".

 

Le président de la Fédération russe d'athlétisme, Valentin Balakhnichev, l'un des rares responsables russes à avoir critiqué Isinbayeva pour ses propos "anti-gay", a appelé mardi à mettre fin à ce "remue-ménage". "Je suis très contrarié par ce remue-ménage autour de la Russie et de notre législation. Je demande à tout le monde d'arrêter cela, de cesser cette pression", a-t-il dit.

 

 

Un "délire" occidental

Furieux, l'entraîneur de l'équipe de Russie d'athlétisme, Valentin Maslakov, a estimé dans une interview au quotidien Sovietsky Sport mardi que la controverse autour des propos d'Isinbayeva était un "délire" occidental.

"C'est tout simplement une nouvelle tentative de déverser de la boue sur la Russie avant les jeux Olympiques de Sotchi (dans le sud de la Russie, en février 2014, ndlr). Les Européens et les Américains aiment ça. C'est comme s'ils nous voyaient encore nous promener dans les rues en peau de renne avec des ours en laisse", a-t-il lancé.

 

(Pour mémoire : J-O de Sotchi : les sportifs homosexuels doivent « respecter la loi russe »)

 

L'Eglise orthodoxe russe a, elle aussi, pris la défense de Yelena Isinbayeva en accusant les médias occidentaux "de ne plus tolérer la liberté d'expression". "L'Eglise considère l'homosexualité comme un péché (...) N'importe quelle personne- sportif, homme politique ou femme au foyer- croyant ou athée, a le droit d'accepter ou rejeter ce point de vue", a déclaré le chef du service de presse du patriarcat de Moscou, Vladimir Legoïda.

 

Le terrain est propice en Russie aux discours homophobes - l'homosexualité a été considérée comme un crime depuis l'époque soviétique jusqu'en 1993, puis comme une maladie mentale jusqu'en 1999.
Selon un sondage de l'institut Vtsiom daté de juin dernier, 88% des Russes soutiennent l'interdiction de la propagande homosexuelle. Par ailleurs, 54% des Russes pensent qu'il faut punir l'homosexualité. Récemment, plusieurs cas de meurtres de personnes en raison de leur homosexualité ont été recensés dans le pays.

 

 

Pour mémoire

Un magazine glamour pour les lesbiennes défie l'homophobie en Russie

 

Julia, Auriane, et le baiser qui buzze


Le 17 août dernier, Kseniya Ryzhova et Yulia Gushchina, deux athlètes russes, décrochaient la médaille d'or du 4x400 m dames des Mondiaux d'athlétisme de Moscou. Une belle victoire qui n'a toutefois pas tant intéressé les médias que la façon dont elle a été célébrée.
 
Car Kseniya Ryzhova et Yulia Gushchina ont fêté leur exploit en échangeant, sur le podium du stade Luzhniki,...

commentaires (5)

LESBOS L'ANTIQUE ! LESBOS LA DIVINE ! LESBOS CHANTÉE PAR MUSICIENS ET POÈTES ! LESBOS ! LES... BOSS...

SAKR LOUBNAN

11 h 01, le 23 août 2013

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • LESBOS L'ANTIQUE ! LESBOS LA DIVINE ! LESBOS CHANTÉE PAR MUSICIENS ET POÈTES ! LESBOS ! LES... BOSS...

    SAKR LOUBNAN

    11 h 01, le 23 août 2013

  • Le baiser sur la bouche est une grande manifestation de joie, pourquoi y voir des choses au delà, surtout entre femmes mariées chacune de son coté alors les habitudes du pays le permettent.. je le fais régulièrement avec mon fils mais plus avec ma fille depuis qu'elle dépassé les 11 ans (normal). Par contre faire une loi qui interdit la "propagande" homosexuelle devant les mineurs,.. j'apprécis peu tout en demandant aux homo de comprendre que certains de leurs comportement pourraient choquer les "normaux"(!?)

    Ali Farhat

    17 h 54, le 22 août 2013

  • Bon c'est agréable de les voir échanger leurs émotions ...Par contre ... voir Nasrallah... après une partie de tennis embrasser ...Kseniya ou Yulia ...me paraitrait suspect...!

    M.V.

    15 h 59, le 22 août 2013

  • pffffff...quelle histoire!et qu'on en finisse avec ces histoires d'homosexualité,à la fin...qu'on leur foute la paix...leur situation dans beaucoup de pays est insupportable. Et ceux qui vivent dans les pays "libres" ne trouvent rien de mieux à faire que de la provoc permanente, pour une frange ultramilitante et irresponsable. les homosexuels sont juste comme vous et moi...ni plus comme le voudraient certains et surtout ni moins,comme c'est le cas dans une grande partie du monde.

    GEDEON Christian

    13 h 46, le 22 août 2013

  • En Russie, les hommes d'embrassent sur la bouche. Alors pourquoi pas les femmes ???

    nicot alain

    12 h 37, le 22 août 2013

Retour en haut