Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban-Sport

Exclue ou pas exclue ? Situation ubuesque à la Fédération libanaise

Fayçal Karamé sonne le glas du basket-ball libanais, anéanti par les ingérences politiques et confessionnelles.

Photo d'illustration. Reuters

Il fallait s’y attendre, la situation politique pourrie qui sévit au Liban a fini par déteindre sur le sport en général et sur le basket-ball en particulier. Après l’affaire des arbitres impliqués à Singapour dans les matchs truqués qui n’était pas précisément de nature à redonner ses lettres de noblesse à un sport national fort morose, c’est l’ultimatum lancé par la Fédération internationale de basket-ball (FIBA) à son homologue libanaise (FLBB) qui a brutalement rejailli hier.
Dans les détails, le préavis d’une semaine adressé par la FIBA à la FLBB via un ultimatum écrit a officiellement expiré hier à midi, sans que la Fédération libanaise n’ait apparemment pris les mesures nécessaires afin de se conformer aux règlements internes de la FIBA. Selon certaines sources, l’ultimatum aurait été repoussé de quelques heures sans plus de précision. Mais en soirée, le couperet est tombé : le Liban sera bel et bien suspendu et l’équipe nationale ne pourra pas participer au championnat d’Asie de basket-ball.
Personne à la Fédération libanaise de basket-ball n’était disponible hier pour commenter l’information.
L’ultimatum envoyé par la FIBA avait été également transmis au ministère de l’Intérieur, au ministère de la Jeunesse et des Sports, au Comité olympique libanais, avec copie adressée à la Fédération asiatique de basket-ball.
La Fédération internationale de basket-ball dénonce l’ingérence des milieux politiques libanais dans le championnat local de basket-ball, mentionnant expressément le ministre de l’Intérieur, qui avait personnellement demandé le report de la rencontre comptant pour les quarts de finale du championnat opposant le club de Amchit au club de Champville pour des raisons de sécurité, alors qu’il s’est avéré plus tard que les raisons évoquées n’étaient pas fondées.

Le propre fils de Sleiman
La FIBA reproche également au principal actionnaire de l’équipe de Amchit, qui est le propre fils du président de la République, d’avoir sciemment usé de son influence politique et d’avoir eu recours aux tribunaux civils pour annuler le résultat de cette même rencontre (la FLBB avait homologué la victoire de Champville par 20-0 sur tapis vert pour forfait de Amchit qui ne s’était pas présenté sur le terrain à la date prévue), alors que le règlement de la FIBA interdit l’ingérence de la politique ou de la justice civile dans tout ce qui a trait au monde du basket-ball libanais, dont les décisions sont uniquement du ressort de la Fédération libanaise de basket-ball.
Réunie hier en urgence à 18h30, la FLBB a adressé une requête de grace à la FIBA lui demandant de revenir sur sa décision ou du moins permettre au Liban de participer au prochain championnat d’Asie de basket-ball (1-8 aout). Pas sûr que du côté de la FIBA, on ait apprécié les atermoiements et les tergiversations de la FLBB.

Karamé sonne le glas
Prenant d’ailleurs les devants, le secrétaire général de la Fédération asiatique de basket-ball, le Libanais Hagop Khatcharian, aurait de source bien informée au sein de la FLBB communiqué à la FIBA que la situation était arrivée à un point de non-retour bien avant la réunion de la FLBB.
Autre signe qui ne trompe pas, le ministre sortant de la Jeunesse et des Sports, Fayçal Karamé, avait de son côté, sonné dans l’après-midi le glas du basket-ball libanais, anéanti par les ingérences politiques et confessionnelles.
M. Karamé a expliqué que la FIBA avait adressé un préavis à la FLBB pour dénoncer l’ingérence des milieux politiques libanais dans le championnat local de basket-ball, ainsi que les litiges judiciaires entre les clubs et la fédération.
« Le ministère a tout fait pour épargner ce triste sort au basket-ball libanais, gâché par la politique et le confessionnalisme, mais nous n’avons pas trouvé de réponses favorables auprès des hommes politiques, des clubs et de la FLBB », a-t-il regretté.
Et maintenant ? Il ne reste qu’à attendre la confirmation de la sentence ou à espérer un renversement miraculeux, donc peu probable de la situation.
C’est le sport qu’on assassine.

 

Pour mémoire

La FIBA lance un ultimatum à la Fédération libanaise de basket-ball

 

Amchit-Champville : le basket-ball sous haute tension

 

Matches truqués : sanctions étendues de la FIFA pour les deux arbitres assistants libanais


Il fallait s’y attendre, la situation politique pourrie qui sévit au Liban a fini par déteindre sur le sport en général et sur le basket-ball en particulier. Après l’affaire des arbitres impliqués à Singapour dans les matchs truqués qui n’était pas précisément de nature à redonner ses lettres de noblesse à un sport national fort morose, c’est l’ultimatum lancé par la...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut