X

À La Une

À Abou Moussallam, on est « fier » du lynchage de 4 chiites

Égypte Le Premier ministre Qandil a condamné un « crime haineux ».
OLJ/AFP
25/06/2013

Des habitants d’un village proche du Caire où quatre chiites ont été lynchés par une foule hostile affichaient hier leur « fierté » après cette attaque, la première de ce type alors qu’une rhétorique antichiite se généralise dans le pays.
Selon des témoins et des responsables de la sécurité, des centaines d’habitants d’Abou Moussallam, un village du gouvernorat de Guizeh au sud du Caire, ont cerné dimanche la maison d’un musulman chiite après avoir appris qu’un responsable religieux chiite, Hassan Shehata, s’y trouvait. La foule de plusieurs centaines de personnes a tenté d’incendier la maison située dans une ruelle en lançant des cocktails Molotov. Les gens scandaient « Allah Akbar » et « Les chiites sont des infidèles » puis sont entrés en force dans la maison pour en sortir les chiites et les frapper. Quatre personnes ont été tuées, dont Hassan Shehata et son frère, et plusieurs autres blessées.


Le Premier ministre égyptien Hicham Qandil a condamné un « crime haineux » qui est « incompatible avec les principes et les enseignements de notre religion tolérante ».


À Abou Moussallam, où les habitants qualifient les chiites d’« infidèles », la scène a été filmée avec des téléphones et les images ont circulé abondamment, des habitants expliquant aux journalistes combien ils étaient « fiers » de ce qui s’était passé. « Nous sommes contents de ce qui s’est passé. Ça aurait dû arriver depuis longtemps », a ainsi indiqué Mohammad Ismaïl, recueillant l’approbation autour de lui. Selon un habitant s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, les gens étaient « furieux contre Shehata car il a récemment convaincu plusieurs habitants de se convertir au chiisme ».


Environ une vingtaine de familles chiites vivent à Abou Moussallam. Les chiites représentent moins de 1 % de la population égyptienne, dans sa très grande majorité de confession sunnite. Les sunnites sont traditionnellement opposés aux chiites, selon lesquels de nombreux compagnons du prophète Mohammad vénérés par les sunnites étaient corrompus et ont usurpé le pouvoir au détriment du successeur légitime de Mohammad, son cousin Ali.
M. Shehata était une figure importante de la petite communauté chiite égyptienne. Il a été emprisonné à plusieurs reprises sous le régime de l’ex-président Hosni Moubarak pour insulte à la religion, selon des habitants. « Shehata assistait à une cérémonie religieuse dans la maison », a indiqué, en larmes, un habitant chiite Diaa Moharram. Selon Yasser Yehya, un charpentier, quand les gens ont découvert que Shehata s’y trouvait, ils ont demandé aux propriétaires de leur livrer le religieux mais ils ont refusé. « Ils ont traîné les chiites dehors l’un après l’autre et les ont frappés à mort », a-t-il dit.


Les chiites égyptiens sont régulièrement visés par des discours hostiles dans les médias et de la part de prédicateurs islamistes égyptiens, qui les accusent d’être sous l’influence de l’Iran, où le chiisme est majoritaire. Récemment lors d’une conférence en présence du président Mohammad Morsi, un responsable d’un mouvement salafiste a traité les chiites d’« immondices ».


Bahaa Anwar, un porte-parole de la communauté chiite en Égypte, a fait porter à M. Morsi la responsabilité de cette attaque. « Mohammad Morsi porte l’entière responsabilité de ce qui s’est passé car il y a eu constamment des incitations antichiites dans le village, et personne n’est intervenu malgré nos appels répétés aux autorités », a-t-il indiqué. Selon l’adjoint de la sécurité pour Guizeh, le général Abelazim Nasreddine, la police a tenté dimanche d’intervenir, « mais la foule était trop importante et les rues trop étroites, nous empêchant de la disperser ». Posté avec ses hommes en dehors du village, il a indiqué que la police avait été attaquée avec des bâtons et des couteaux par les habitants, « nous forçant à nous retirer ». Selon lui, la police à pu faire sortir 25 chiites de la maison pendant l’attaque, « ce qui a permis de réduire le nombre de victimes ».

Pour mémoire

La rivalité confessionnelle en Syrie risque d’embraser le Moyen-Orient

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants