Rechercher
Rechercher

Liban

L'armée se déploie en force à Saïda après des tirs

Plusieurs personnes ont été blessées lorsque des partisans du cheikh Ahmad el-Assir ouvrent le feu Abra.

Des soldats de l'armée libanaise à Saïda le 18 juin 2013. REUTERS/Mohamed Azakir

Un calme précaire régnait mardi soir dans la ville de Saïda (Liban-sud), l'armée libanaise s'étant déployée en force après que des hommes armés fidèles à un cheikh sunnite hostile au mouvement chiite Hezbollah eurent ouvert le feu, a indiqué une source de sécurité.

"Des hommes fidèles à cheikh Ahmed el-Assir ont ouvert le feu à Abra", une banlieue de Saïda, a expliqué la source de sécurité. Selon l'armée libanaise, plusieurs personnes ont été blessées par ces tirs.
La chaîne de télévision Future TV a fait état d'un tué et de quatre blessés dans les affrontements. 

Ahmed el-Assir est un cheikh salafiste de Saïda qui s'est fait connaître par ses critiques virulentes contre le régime Assad et le Hezbollah. Il a affirmé à plusieurs reprises que le mouvement chiite utilisait des appartements à Abra pour cacher des armes.

La source de sécurité a indiqué que les appartements en question avaient été visés par les hommes armés, bien que des informations aient fait état de combats dans d'autres secteurs.
"Des unités de l'armée libanaise se déploient actuellement à Abra et dans ses environs, dans l'est de Saïda", a rapporté l'Agence nationale d'information.


Des partisans du cheikh Assir à Saïda le 18 juin 2013. REUTERS/Mohamed Azakir

Selon l'armée, après un accident de voiture survenu à Saïda, des hommes armés ont ouvert le feu dans le secteur de Abra "pour terroriser les gens, blessant plusieurs citoyens".

"Dans le même temps, d'autres personnes ont entrepris de couper à la circulation l'autoroute près du front de mer et une autoroute dans l'est de la ville. L'armée est alors intervenue", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Le commandement de l'armée a appelé tous les hommes armés "à se retirer immédiatement des rues", prévenant "qu'elle (...) va tirer sur tout homme armé et ripostera aux origines des tirs".

Les tensions confessionnelles au Liban se sont exacerbées avec le conflit en Syrie où le Hezbollah est engagé aux côtés des troupes du président Bachar el-Assad face aux rebelles, en majorité sunnites.

Le Liban prône officiellement une politique de neutralité face au conflit en Syrie, mais celle-ci est mise à mal en raison de la profonde division du pays entre partisans et adversaires du régime de Damas.

Fin avril, deux cheikhs salafistes, dont cheikh Assir, avaient appelé au jihad en Syrie pour défendre les sunnites de la région centrale de Homs, affirmant réagir à l'implication du Hezbollah aux côtés de l'armée syrienne.

Lire aussi
Le G8 accouche d'un accord a minima sur la Syrie

Bassil : le Hezbollah a "poignardé la démocratie"

Pour mémoire
L'ASL accuse cheikh Assir de nuire à la révolution syrienne

Cheikh Assir effectue une prière sur les pistes de Faraya

Un calme précaire régnait mardi soir dans la ville de Saïda (Liban-sud), l'armée libanaise s'étant déployée en force après que des hommes armés fidèles à un cheikh sunnite hostile au mouvement chiite Hezbollah eurent ouvert le feu, a indiqué une source de sécurité.

"Des hommes fidèles à cheikh Ahmed el-Assir ont ouvert le feu à Abra", une banlieue de Saïda, a...

commentaires (0)

Commentaires (0)