Rechercher
Rechercher

À La Une

Les jeunes face au monde du travail : entre craintes et espoirs

Sous de multiples chapiteaux montés sur l’esplanade de la faculté des lettres de l’USEK pour le Forum annuel de l’emploi le jeudi 25 avril, beaucoup d’étudiants se sont dépêchés de déposer leurs CV auprès des grandes institutions et entreprises du pays.

Le Forum de l’emploi est une occasion pour les étudiants en voie d’obtention de leurs diplômes, ou ceux qui sont plus jeunes, de prétendre postuler à des postes dans des institutions renommées. Cet événement, organisé sous le patronage du ministre du Travail, Sélim Jreissati, s’est accompagné cette année de l’inauguration du bureau des carrières à l’USEK qui vise à lancer les futurs diplômés sur le marché du travail au travers d’une large palette d’emplois mis à leur disposition. Au cœur des allocutions prononcées transparaît le fléau du chômage ainsi que celui de l’exode des cerveaux. Mais pour M. Jreissati, l’horizon est loin d’être sombre ; jeunesse et marché du travail font bon ménage. 

 

(Pour mémoire: « Forward et Business » : à vos CV !)


Discours optimiste ? Apparemment, oui. Mais côté étudiants, peu leur chaut ! Un mal de vivre ainsi qu’une attitude presque constamment blasée face aux défis de l’avenir les submergent. Les jeunes universitaires considèrent avec appréhension le marché du travail qu’ils jugent miné et à la solde des notoriétés du pays qui pistonnent et qui gèrent ce « jeu du travail et du hasard », expression calquée sur le titre de la pièce de Marivaux, selon Clara Younès, étudiante en 5e année de lettres françaises.
« Je viens tenter ma chance. Qu’est-ce que j’ai à perdre en déposant mon CV auprès des banques représentées ici ?
Dans le meilleur des cas, on m’acceptera pour un stage non payé », lance avec beaucoup d’humour Sarah Abi Ramia, étudiante en 2e année de finances, avant de poursuivre : « Quand bien même la situation économique au Liban laisse à désirer et ne semble point prometteuse, je tiens à rester dans mon pays, même si c’est au prix d’un combat quotidien de survie ! » Maxine Badawi, étudiante en 2e année de marketing, voit ses craintes décupler quand elle envisage son avenir professionnel. « J’ai la trouille à chaque fois que je pense au risque de chômage qui me menace. La concurrence est très grande et les chances d’avoir un bon poste sont minimes. » Christelle Massoud, 3e année en nutrition, assiste au Forum de l’emploi cette année pour « se rassurer psychologiquement qu’il y a des postes ». À sa grande surprise, il y a des ouvertures, mais pas dans le domaine de sa spécialisation. La solution pour elle ?
« Je ne sais pas. Mais jamais je ne quêterai pour du travail hors du Liban », déclare-t-elle. Une position partagée par Nabil Yaacoub, 4e année de médecine, qui a été intransigeant : « L’émigration ? C’est hors de question pour moi ! »

Du côté des entreprises
Les étudiants sont en général conscients des difficultés qui pourraient obstruer le cours de leur carrière. Pourtant les entreprises et les compagnies présentes au Forum de l’emploi se montrent prêtes à recevoir tous les CV et à les considérer pour d’éventuels recrutements immédiats ou à venir. Christina Dib, agente de sélection et de recrutement à la Bank of Beirut, indique : « Il y a des postes vacants dans toutes nos branches. En juin, nous commencerons à appeler les étudiants compétents qui ont déjà déposé leurs CV chez nous, pour les rencontrer dans nos bureaux. » Élie Matar, spécialiste développement des talents à Indevco, assure quant à lui que lorsque son entreprise aura besoin de main-d’œuvre, les jeunes diplômés seront privilégiés.
Entre atmosphère rassurante et méfiance de plus en plus accrue chez les jeunes face aux promesses des entreprises et de l’État représenté par le ministre Jreissati, le Forum de l’emploi s’est défini comme une tentative permettant aux jeunes de se familiariser un tant soit peu avec le monde du travail au Liban.

Maya KHADRA


 

Pour mémoire

Lorsque les jeunes Libanais rêvent de meilleurs cieux 

 

Emploi : rester au Liban, mais à quel prix?

 

Jeunes diplômés et marché libanais de l’emploi : « Je t’aime, moi non plus »
Le Forum de l’emploi est une occasion pour les étudiants en voie d’obtention de leurs diplômes, ou ceux qui sont plus jeunes, de prétendre postuler à des postes dans des institutions renommées. Cet événement, organisé sous le patronage du ministre du Travail, Sélim Jreissati, s’est accompagné cette année de l’inauguration du bureau des carrières à l’USEK qui vise à lancer...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut