X

À La Une

Aux Etats-unis, les pro-armes promettent de s'opposer à toute régulation

NRA La NRA tient son congrès à Houston.
OLJ/AFP
06/05/2013

"Nous devons briser les chaînes de la tyrannie": au congrès du lobby pro-armes américains, la NRA, le chroniqueur ultra-conservateur Glenn Beck a fait un tabac en mettant en garde contre le gouvernement, décidé selon lui à priver les Américains de leurs armes.

 

Le rassemblement, qui a attiré à Houston, au Texas, environ 70.000 membres du lobby --qui en revendique 4,5 millions-- était organisé quelques jours après un échec cinglant pour Barack Obama, qui a vu sa tentative de faire passer une législation plus restrictive sur les armes à feu échouer au Congrès.

Dans les allées du centre de convention, cette victoire, enregistrée quelques mois après l'émotion suscitée par le drame de Newtown --20 enfants et six adultes avaient été abattus par un jeune déséquilibré en décembre dans une école--, ne semble pourtant pas suffisante pour les partisans des armes à feu. Et l'ultra-conservateur Glenn Beck s'y est taillé un beau succès samedi soir en prononçant un discours de deux heures mettant en garde contre le "tyrannique" gouvernement fédéral.

 

"Ils veulent transformer fondamentalement notre pays et ils sont en train de peaufiner leur projet", a-t-il lancé. "Ils pensent qu'ils doivent nous imposer des réglementations jusqu'à ce qu'on se soumette, mais je ne me soumettrai pas".

Glenn Beck a mis en garde un public conquis d'avance: si les Américains laissent le gouvernement empiéter sur leur droit à posséder des armes --garanti par le deuxième amendement à la constitution--, c'est leur liberté et tous leurs autres droits qu'ils perdront ensuite.

"Le deuxième amendement a été écrit pour que nous puissions protéger nos droits, et nous avons aussi la responsabilité de briser les chaînes de la tyrannie", a-t-il lancé.

 

(Lire aussi : Pour les tout-petits, des carabines en vert, bleu ou rose...)

 

Au cours de son discours, le chroniqueur a aussi brandi des armes chargées d'histoire, dont les restes de l'arme de service d'un policier new-yorkais décédé lors du 11-Septembre: "c'est le symbole de la liberté".

 

Dans les allées du salon, les membres du lobby et ses sympathisants déambulent en famille. Quelque 550 exposant leur proposent leurs dernières nouveautés. Et personne n'est oublié: à côté d'armes roses ou d'étuis s'accrochant au soutien-gorge pour les femmes, des stands permettant de tirer avec des armes à air comprimé sont spécifiquement destinés aux enfants.

Et dans leur grande majorité, ceux qui sont présents adhèrent aux idées défendues par Glenn Beck. John Geel, qui pratique le tir en compétition, est venu de Virginie pour assister au congrès: il est persuadé que le projet du gouvernement est de mettre en place un registre des armes à feu puis de les confisquer.

Critiquant les "lâches" qui n'ont pas réussi à mettre en oeuvre "les mesures qui répondraient directement aux causes d'événements comme ceux de Newtown", il reste pourtant muet sur ce que pourrait être une telle législation.

 

(Lire aussi : Aux Etats-Unis, les femmes aussi aiment les armes, de plus en plus)

 

Debbie Sprague, originaire du Texas, a elle aussi une piètre image des hommes politiques. Les élus qui "sapent" le droit de porter des armes sont des hypocrites, assure-t-elle, pointant le fait qu'ils sont protégés en permanence par des gardes du corps armés. "Cela fait partie de notre droit à nous protéger et à protéger nos familles", résume-t-elle: "Débarrassez-nous des criminels et empêchez-les d'avoir des armes".

A l'extérieur du centre de convention, les partisans d'une législation renforcée ont quant à eux organisé une veillée symbolique pour les 30.000 personnes tuées chaque année aux Etats-Unis par des armes à feu.

 

 

Pour mémoire

Armer les professeurs ? Après la tragédie de Newtown, l’idée fait son chemin

 

Billet

Sénateurs flingueurs

 

Portrait

Giffords, une ex-élue US, survivante d'une fusillade, s'attaque aux armes

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jaber Kamel

Des mini revolver couleur rose fushia, en chocolat letal, voila ce que nous propose la "moraliste mondiale " specialisee dans les objets de mort. Quels hypocrytes, comment peut on produire autant de machines a tuer vouloir les exporter,et se faire le chantre de la paix et la democratie dans le monde.Et au Liban y en a qui y croit dur comme fer.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants