Rechercher
Rechercher

Liban

L’implication du Hezbollah en Syrie, entre accusations et démentis

La politique de distanciation adoptée par le cabinet Mikati à l’égard de la crise syrienne avait d’abord laissé perplexes les milieux du 14 Mars. Pourtant, ces derniers ont vite fait de se rallier à cette tactique de neutralité, ouvrant le feu sur le Hezbollah, accusé de participer aux combats en Syrie. Hier, le député du Futur Nohad Machnouk a indiqué que « des contacts sont effectués par la coalition syrienne avec des personnalités libanaises pour empêcher le Hezbollah de s’impliquer davantage dans les combats en Syrie ». « Le peuple syrien n’oubliera jamais que le Hezbollah a été chargé par l’Iran de défendre un régime criminel. L’implication du parti libanais dans la guerre en Syrie n’est pas dans son intérêt ni dans celui de la communauté chiite », a-t-il poursuivi. Son collègue du Futur, le député Jamal Jarrah, a mis en garde contre les conséquences de l’implication du Hezb dans le brasier syrien, « qui pourrait menacer le peuple libanais par l’intermédiaire du Front al-Nosra et d’autres organismes ».


Pour sa part, le secrétaire général de l’Option libanaise, Ahmad Assaad, a affirmé, lors d’une conférence de presse à Hazmieh, que « l’escalade menée par le Hezbollah en Syrie pourrait saboter les législatives au pays », dénonçant « l’envoi de milliers de combattants en territoire syrien sous prétexte de défendre des Libanais ou des lieux saints ». « Au début, on nous a dit que les armes du Hezb sont nécessaires pour libérer le sud du Liban puis pour libérer les hameaux de Chebaa. Aujourd’hui, de nouveaux mensonges sont inventés pour cacher que le Hezbollah est juste un outil qui doit exécuter sans broncher les ordres du régime iranien. Cette politique isole les chiites dans toute la région et leur crée des ennemis. Il est temps d’arrêter ce suicide collectif de nos jeunes que l’on envoie mourir en Syrie », a-t-il martelé.

 

(Pour mémoire : Le Liban dans le piège syrien, l'éclairage de Scarlett Haddad)


Autre son de cloche du côté du parti de Dieu, qui a vite fait de nier aà nouveau toute ingérence dans le conflit syrien. « Les membres du parti se trouvent uniquement dans les villages frontaliers libanais pour protéger les citoyens et ne participent pas aux combats en Syrie », a expliqué le ministre démissionnaire des Affires étrangères Adnane Mansour. Les députés hezbollahis Nawwar Sahili et Ali Mokdad ont, quant à eux, déploré le sort réservé au Hermel « qui subit les attaques de l’opposition syrienne ». « Les habitants du Hermel doivent se défendre aujourd’hui contre ces gangs, qui se font passer pour des militants arabes et sont en fait pro-israéliens », a expliqué M. Mokdad.


L’ingérence du Hezbollah en Syrie avait poussé les cheikhs sunnites Ahmad el-Assir et Salem Raféï à appeler au jihad il y a quelques jours. Le secrétaire du conseil général du Parti baassiste arabe, Mohammad Chaker Kawas, a mis au défi les deux cheikhs de combattre d’abord les alliés du régime syrien au Liban, avant d’envoyer des jihadistes en Syrie. Quant à Yassine Jaber, député berryiste de Nabatiyeh, il a rappelé qu’« il n’y a pas eu d’appel similaire au jihad de la part du Hezbollah, dont l’implication dans la crise syrienne était limitée à la défense des Libanais aux frontières ».
Sur un autre plan, les douanes ont arrêté hier à l’AIB un Syrien et un Libanais qui tentaient de faire passer en contrebande des tenues paramilitaires.


Par ailleurs, l’enlèvement des évêques Boulos Yazigi et Jean Ibrahim en Syrie était au centre de la réunion du patriarche et des évêques de la communauté orthodoxe au Liban. Les participants ont appelé à la libération des deux prélats. Outre les disparitions et les enlèvements, le sujet des réfugiés syriens continue d’être à la une de l’actualité. La commission parlementaire des Droits de l’homme s’est réunie hier pour discuter des meilleurs moyens pour leur venir en aide. Au Liban-Sud, une délégation de la Finul a rencontré des responsables du courant salafiste de la région pour s’enquérir du flux des réfugiés et de leurs conditions.

 

Lire aussi

Israël abat un drone « venant du Liban... » et accuse le Hezbollah

 

Pour mémoire

Le Hezbollah mène la bataille sur les fronts sud et ouest de Qousseir
La politique de distanciation adoptée par le cabinet Mikati à l’égard de la crise syrienne avait d’abord laissé perplexes les milieux du 14 Mars. Pourtant, ces derniers ont vite fait de se rallier à cette tactique de neutralité, ouvrant le feu sur le Hezbollah, accusé de participer aux combats en Syrie. Hier, le député du Futur Nohad Machnouk a indiqué que « des contacts sont...
commentaires (3)

Secret de derviche tourneur...!

M.V.

11 h 59, le 26 avril 2013

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Secret de derviche tourneur...!

    M.V.

    11 h 59, le 26 avril 2013

  • SECRET DE POLICHINELLE !

    SAKR LOUBNAN

    09 h 30, le 26 avril 2013

  • "Les membres du Hezbollah se trouvent uniquement dans les villages frontaliers libanais pour protéger les citoyens et ne participent pas aux combats en Syrie" !!! Qui profère ce mensonge révoltant ? C'est le ministre (sortant - bila raj3at à jamais, inchallah) des Affaires étrangères, Adnane Mansour. Que ce ministre, sur l'ordre de ses maîtres, prenne les Libanais pour des imbéciles et des sots, on y est déjà habitué. Mais les ambassadeurs des pays étrangers accrérités à Beyrouth, il les prend pour quoi ? Peut-il regarder l'un d'entre eux dans les yeux ? N'a-t-il pas honte ?

    Halim Abou Chacra

    06 h 07, le 26 avril 2013

Retour en haut