X

À La Une

Aux États-Unis, des investisseurs de plus en plus accros au cannabis

Distribution
OLJ
15/03/2013

Au même titre que les énergies renouvelables ou la nourriture bio, le cannabis devient aux États-Unis une niche séduisante pour des investisseurs encouragés par la légalisation croissante de la marijuana dans le pays.


La consommation de cannabis pour un usage thérapeutique est déjà autorisée dans 18 États américains. Mais en novembre, les habitants des États du Colorado et de Washington se sont aussi prononcés en faveur de la légalisation de l’utilisation récréative de la marijuana. De quoi doper un secteur encore largement dominé par le marché noir. Selon une étude du groupe See Change Strategy, la vente de marijuana aux États-Unis devait atteindre 1,7 milliard de dollars en 2011 et plusieurs prédisent un chiffre d’affaires de plusieurs dizaines de milliards de dollars dans les années à venir.
Brendan Kennedy en fait partie. Diplômé de la prestigieuse université Yale, il a passé plusieurs années à évaluer le potentiel d’entreprises naissantes comme les constructeurs de voitures électriques. Jusqu’à ce qu’un entrepreneur lui présente les potentialités de l’industrie du cannabis, « la plus grande opportunité financière qui m’ait été donnée de rencontrer dans ma vie », assure-t-il. Son fonds, Privateer Holdings, a consacré son premier investissement dans le secteur à Leafly.com, un site Internet de comparatifs des différents effets de quelque 500 souches de cannabis, de l’euphorie à la propension à discourir sans fin, et des dispensaires où les trouver. Les imperfections du marché sont pourtant légion aux yeux de Brendan Kennedy : des entreprises inexpérimentées, un secteur très fragmenté, pas de leader, aucune norme, une mauvaise réputation, l’absence d’investisseurs institutionnels. Mais une fois ces défauts atténués, « la ruée vers l’or vert » sera vraiment rentable, affirme-t-il.


Attiré par ce potentiel alléchant, plusieurs sociétés se sont aussi lancées en Bourse, sur le marché de gré à gré, à l’instar de Dixie. Cette entreprise distribue des produits infusés au cannabis, des sodas couleurs pop aux truffes aux chocolats. Créée en 2009 avec deux salariés, elle en emploie aujourd’hui 40. Cette expansion aurait été impossible sans l’injection d’argent frais dans sa maison-mère Medical Marijuana, explique son patron Tripp Keber. Selon lui, 16 sociétés directement liées à l’industrie du cannabis se sont lancées dans l’aventure boursière. Leur destin est divers. La plupart des titres s’échangent sous 1 dollar et sont soumis à une volatilité extrême. Mais si le titre de Medical Marijuana ne vaut que quelques dizaines de cents, la société est valorisée à plus de 220 millions de dollars.
Autre exemple : le titre de Medbox, à l’origine d’un distributeur automatique de cannabis, a explosé en novembre de plus de 3 000 % en 72 heures, de 6 à 205 dollars, après avoir été mentionné dans le Wall Street Journal. Il s’échange actuellement autour de 31 dollars. Mais, comme dans tout marché émergent, « l’essentiel de l’action se fait via des investissements privés », souligne Troy Dayton, directeur général d’ArcView Group, un réseau mettant en lien entrepreneurs de l’industrie du cannabis et investisseurs.


La voie est cependant loin d’être dégagée car le cannabis reste considéré par le gouvernement fédéral comme un produit narcotique illégal, ajoute-t-il. Aussi intrépides soient-ils, les investisseurs « n’ont pas envie de risquer de se retrouver en prison » et se cantonnent majoritairement aux produits dérivés comme les inhalateurs ou les logiciels. Mais pour M. Dayton, le marché du cannabis ressemble à celui des énergies renouvelables ou des produits bio, qui ont débuté au sein de la contre-culture, soutenus par des militants, avant de se banaliser.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants