X

À La Une

Dans l'atelier de fabrication d'armes des rebelles syriens

Reportage "Personne ne nous aide. Alors, on fait tout nous-mêmes pour abattre Bachar"
Reuters
02/01/2013

Un hangar reconverti en arsenal caché au sein d'immeubles d'habitation dans une ville du nord de la Syrie; las d'attendre des armes en provenance de pays arabes ou occidentaux, les insurgés en fabriquent, fruits d'internet et de la récupération.

 

Dans cet atelier de fortune, une équipe d'une demi-douzaine de volontaires travaille sans relâche sur des tours imposants. Le sol est jonché de copeaux de métal ; des grands sacs de nitrate de potassium et de sucre sont posés à proximité. Un peu plus loin, le long du mur, s'aligne soigneusement le produit fini, des obus de mortier "fait maison".

 

"Personne ne nous aide. Alors, on fait tout nous-mêmes pour abattre Bachar", explique l'un des hommes, un barbu, tout en continuant à travailler le fer. "Nous sommes des volontaires, des travailleurs, nous n'avons jamais été soldats", ajoute-t-il en expliquant que grâce à internet ils affinent peu à peu leur technique.

 

Pour les explosifs, ils extraient le TNT des roquettes gouvernementales qui n'ont pas explosé et les recyclent dans leurs propres armes.

 

La portée et la puissance des mortiers varient selon les personnes interrogées. "Ils sont fabriqués sur place. Ils n'ont pas la force des roquettes du régime, mais ils font leur effet", estime Abou Mohamed, qui proclame fièrement que ses engins peuvent provoquer des trous de plus de trois mètres.

 

Réparateur de chars

Pour un autre artificier, les mortiers, fabriqués en une journée, ont une portée maximum de six kilomètres. Le succès du tir n'est cependant pas garanti. Deux ouvriers affirment que les obus atteignent 80% à 90% de leurs cibles. Mais parfois, ils n'explosent pas, ou prématurément.

 

"Plus on travaille, plus on gagne en expérience", souligne l'un d'eux. Il explique avoir découvert qu'en laissant déposer trop longtemps le mélange propulseur, ce dernier absorbe l'humidité ambiante, ce qui empêche l'explosion.

 

A Alep, les insurgés ont tiré des mortiers à partir d'un tuyau fixé sur l'essieu d'une voiture.

 

Récupération peut rimer aussi avec réparation: des mécanos tentent ainsi de remettre en état un char T-72 tombé récemment aux mains des rebelles, mais à la boite de vitesse bloquée.

"Nous n'avons ni blindés, ni avions, ni artillerie. Nous n'avons que ce que nous saisissons comme butin de guerre et nous combattons Assad avec ce que nous avons", dit l'un des mécaniciens, Abou Djoumaa.

 

Reportage

La vieille ville d'Alep est devenue un champ de ruines

 

Rétrospective

Syrie : Une année de larmes et de sang

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Oui c'est cela même, personne ne les aide à ces terroristes wahhabisés et qatarisés, pas même notre sakr national! et mon c.. c'est du chocolat! Bonne nouvelle pour certains quand même que je viens de lire dans de la presse très fiable: Le traitre général cheikh qui avait fuit en Turquie qui avait reçu un tas de sous pour faire des déclarations de m... à la presse anglaise, vient d'être arrêté dans un trou à rats à Daraya au sud de Damas.

SAKR LEBNAN

Poisson d'Avril !

GEDEON Christian

Un peu misérabiliste comme article,non?Pas d'arpmes en provenance vde l'étarnger?mais à qui va-t-on faire croire çà?A vouloir trop prouver,on ne prouve rien du tout.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.