Liban

Hassan Fadlallah : Ceux qui bloquent la solution en Syrie assument la responsabilité des déplacés au Liban

OLJ
31/12/2012
À l’occasion de la fête de Noël, le Hezbollah a donné un déjeuner en l’honneur des autorités religieuses chrétiennes du Liban-Sud dans un restaurant à Tyr. Le déjeuner s’est donc déroulé en présence notamment de l’évêque maronite de Tyr, du métropolite grec-catholique, d’un représentant de l’évêque grec-orthodoxe et du député Hassan Fadlallah. Ce dernier a prononcé un discours de circonstance, dans lequel il a précisé que l’objectif du Hezbollah est que le Liban reste calme et stable. Selon lui, la situation au Sud se résume désormais en l’équation suivante : la stabilité « sans pour autant rassurer l’ennemi », ajoutant que cette stabilité est assurée par la formule : armée-peuple-résistance.
M. Fadlallah a ensuite affirmé que le Liban affronte désormais un problème nouveau qui pèse aussi bien sur l’État, le gouvernement que sur la population. Il s’agit des déplacés ayant fui la Syrie vers le Liban. Tout en précisant qu’il s’agit d’un « dossier humanitaire qui doit être traité avec un grand sens de la moralité », il a souligné qu’il « dépasse les capacités de l’État et exige ainsi une mobilisation de toutes les institutions du pays, de la majorité aussi bien que de l’opposition et de la société civile ».
Il a ajouté que le Liban est ainsi concerné par la solution de la crise syrienne pour que les déplacés puissent rentrer chez eux, mais aussi « sur un plan religieux, national et moral ». Le député a précisé que « ceux qui entravent la solution en Syrie assument la responsabilité de l’afflux des déplacés au Liban » et que les parties libanaises qui interviennent dans le conflit en Syrie « assument aussi la responsabilité du dossier des réfugiés au Liban ».
M. Fadlallah a aussi estimé que la tragédie que vit actuellement le peuple syrien relève de la responsabilité « des forces internationales qui empêchent la solution en Syrie et qui veulent une Syrie affaiblie et divisée, tout en continuant à y verser le sang ». Il a souligné le fait que les Libanais devraient avoir à ce sujet une position unifiée visant à alléger la crise, éviter d’y intervenir et cesser d’envoyer des armes. Il a enfin rappelé que les solutions au Liban exigent toujours un dialogue entre toutes les parties. « C’est le cas notamment de la loi électorale en gestation qui doit faire l’objet d’un accord entre les Libanais, d’autant que celle de 1960 n’assure pas un véritable partenariat entre les Libanais », a-t-il dit.
Le député a répété que le Hezbollah souhaite l’adoption d’une loi qui assure « un véritable partenariat avec les chrétiens au Parlement et dans toutes les institutions de l’État ». Il a également réitéré les appels du Hezbollah au dialogue, ainsi que sa suggestion de former un groupe d’action nationale pour affronter la crise socio-économique, déplorant l’accueil réservé à cette proposition par certaines parties qui, selon lui, « ne s’intéressent qu’au pouvoir et n’ont pour toute arme pour le reprendre que celle de l’incitation confessionnelle et de la discorde ».
Les représentants des chrétiens ont ensuite pris la parole pour remercier le Hezbollah de cette initiative « qui vise à renforcer l’unité nationale et la coexistence entre les différentes communautés ». Ils ont rappelé que la tradition libanaise veut que les différentes communautés participent aux fêtes religieuses de toutes et que c’est cette tradition que le Hezbollah tient chaque année à respecter, « faisant ainsi vivre le Liban de l’entente, de la coopération et de la convivialité ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Ceux qui sont engagés sur le terrain doivent assumer et la responsabilité de leur action et celle des refugiés...

Dimitri Al Quandalaft

Le premier qui doit cesser d'intervenir en Syrie est le HEZB de Dieu ! Quant à l'acceuil des réfugiés syriens,les chiites ont peut-etre oublié que c'est le peuple syrien qui les a reçus en 2OO6, et quant à la célébration hypocrite de NÖEL avec les instances chrétiennes, surtout ne pas oublier les voeux du HEZB de Dieu et de ses maitres syrien et iranien à May Chidiac, aux familles Gemayel, Moawad, Tuéni, Kassir, Hawi, Fleyhan et tant d'autres, et aussi aux propriétaires chrétiens de restaurants à alcool de Tyr qui ont sautés.

GEDEON Christian

Mais touit le monde est reponsable de ce qui se passe en Syrie...au premier chef,le régime syrien,puis dans sa roue tous ceux qui ont un intêret évident à déstabiliser autant que possible le Moyen Orient...et ils sont nombreux...et tout çà a commencé au ... Liban...moralité...faut pas emmerder le Liban...c'était déjà ecrot dans la Bible,certes en termes plus spirituels...mais faut pas emmerder le Liban quand même! çà porte pas bonheur!Et çà vaut pour tout le monde.

Antoine-Serge KARAMAOUN

"Génération Spontanée" de Pro des Deux Bords ; Old portée but entachée de Caducité !

M.V.

Les malheureux réfugiés civiles qui fuient la guerre en Syrie ,c'est sûrement par la faute à l'ennemi israélien , Monsieur Fadlallah nous sommes trés inquiets , pourquoi nous cacher cette vérité...?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.