X

À La Une

Le patriarche Ignace IV Hazim n'est plus

disparition Le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient est décédé à la suite d'une attaque célébrale.
olj.com
05/12/2012

Le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient, Mgr Ignace IV Hazim, est décédé mercredi à l'âge de 92 ans, a annoncé le patriarcat orthodoxe. Mgr Hazim avait été transporté mardi aux soins intensifs de l'hôpital Saint-Georges, à Achrafieh (Beyrouth), à la suite d'une attaque cérébrale.

 

Né dans le village syrien de Mhardé près de Hama, le 4 avril 1920, Ignace IV Hazim a grandi dans une famille orthodoxe très pieuse. Il a suivi des études de littérature au Liban. L'un des fondateurs du mouvement de la jeunesse orthodoxe, en 1942, Mgr Hazim est devenu diacre en 1945, et s'est rendu en France en 1949 pour des études de liturgie. De retour au Liban, il a fondé l'institut de liturgie orthodoxe, dont il était le doyen, à l'université de Balamand (Liban-Nord). Devenu évêque en 1962, il a été élu quelques années plus tard métropolite de Lattaquié, en Syrie.

Le 2 juillet 1979, Mgr Hazim a été élu patriarche et intronisé dans l'église de Marie à Damas, devenant le 157e patriarche d'Antioche, selon un portrait fourni par le patriarcat.

 

En mars dernier, alors que le conflit en Syrie faisait rage entre rebelles et fidèles au régime de Bachar el-Assad, Mgr Ignace IV Hazim, cité par le quotidien al-Watan proche du pouvoir, s'était dit opposé à toute intervention étrangère dans son pays. "Les conséquences nuisibles de toute intervention étrangère dans nos affaires toucheraient aussi bien les chrétiens que les musulmans", avait déclaré Mgr Hazim assurant en outre que la crise sanglante qui secoue la Syrie "n'éloignera pas les chrétiens des musulmans" du pays.

 

(Pour mémoire : Mgr Hazim s'oppose à toute intervention étrangère en Syrie)

 

L'agence officielle syrienne Sana a souligné que le patriarche Hazim était "connu pour sa position nationaliste". Le Conseil national syrien (CNS), une importante composante de l'opposition, a pour sa part salué dans un communiqué le patriarche qui a "joué un rôle exceptionnel dans la vie nationale et publique de Syrie et de l'ensemble des pays d'Orient".

 

L'église grecque-orthodoxe d'Antioche est l'une des 14 églises autocéphales rassemblées au sein de la Communion orthodoxe orientale. Elle compte environ un million de fidèles, soit la vaste majorité des chrétiens de Syrie.

Forte de 1,8 million d'âmes, la communauté chrétienne syrienne tente de rester à l'écart du mouvement de contestation contre le régime de Bachar el-Assad, craignant que son renversement n'aboutisse à une réédition du précédent irakien.

Le chaos engendré par l'invasion américaine en Irak et la chute de Saddam Hussein ont poussé les deux tiers de la communauté chrétienne de ce pays (1,5 million de personnes) à quitter l'Irak, notamment après plusieurs attentats sanglants qui ont visé des églises.

 

Quelques heures après l'annonce du décès, le Premier ministre libanais Nagib Mikati a proclamé le jour des funérailles du patriarche Hazim journée de deuil national au Liban.

 

 

Pour mémoire :

Le patriarche Hazim refuse de voir sa communauté « transformée en parti politique »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Adieu Monseigneur! vous avez été un grand humain issu de chez nous. Merci pour ce que vous avez été. Vous êtes certainement dans un meilleur monde près de Dieu et de vos chers qui vous ont précéder.

Talaat Dominique

Condoléances aux orthodoxes du Liban et de Syrie

Sabbagha Antoine

Que Dieu ait son âme . Il était vraiment un grand patriarche œuvrant pour la Paix




Antoine Sabbagha

antaki loutfi

Je suis profondément attristé par la disparition de nôtre Grand Patriarche, que j'ai connu tout jeune quand il était encore directeur du collège de l'Annonciation à Beyrouth.
J'ai suivi par la suite de loin son parcours en tant qu'évêque puis de Métropolite de Lattaquieh et enfin en tant que Patriarche, car entre temps à cause de la guerre je vivais en France avec ma famille et c'est au cours d' une visite officielle dans ce pays que feu Mgr Gabriel Saleebi en me présentant à lui le Patriarche s'arrêta et m'embrassa devant l'étonnement du public et expliqua à Mgr Saleebi d'ou il me connaissait,je garderai toujours présente en moi cette scène.
Nôtre perte est immense car nous perdons en lui un Grand Homme d'église, un Grand Érudit, et un Grand Sage.
De là ou vous êtes Monseigneur priez pour nous,protégez nous , vous nôtre bien aimé Pasteur.
Je vous dis adieu reposez dans la paix du Seigneur. AL MASSIH KAM ,HAKKAN KAM

Dr. Loutfi Antaki

SAKR LEBNAN

Allah yir7amou.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué