X

À La Une

Trois cousins de Bachar el-Assad inculpés au Liban

Dans la presse Falak, Mounther et Fawaz el-Assad sont accusés de "faux et usage de faux".
olj.com
12/11/2012

La justice libanaise a condamné trois cousins germains du président syrien Bachar el-Assad dans une affaire de captation d’héritage, rapportait lundi le journaliste français François Malbrunot dans Le Figaro.

 

"Pour la première fois depuis de nombreuses années, un juge d'instruction libanais, Chawki al-Hajjar, vient de rendre une ordonnance d'inculpation contre plusieurs membres de la famille Assad", affirme M. Malbrunot en citant une source judiciaire proche du dossier. "L'inculpation vise Mme Falak el-Assad, Mounther el-Assad et Fawaz el-Assad, trois enfants de Jamil el-Assad, le frère de l'ancien président Hafez el-Assad, qui a dirigé la Syrie entre 1970 et 2000, avant d'être remplacé, à sa mort, par son fils Bachar, qui réprime dans le sang l'insurrection de ses opposants", écrit-il encore.

 

Les trois membres de la famille Assad sont accusés de "faux et usage de faux", selon la même source. Ils auraient "utilisé un faux document officiel pour retirer plusieurs millions de dollars déposés dans des banques libanaises par leur père, Jamil Assad". "Quand ce dernier est décédé fin 2004, ses trois enfants ont tenté de capter son héritage en retirant sa fortune des banques à Beyrouth, explique Le Figaro. Pour cela, Mounther el-Assad avait notamment produit un faux certificat de divorce de ses parents qu'il prétendait rédigé par sa mère - laquelle a trouvé refuge en France depuis un an".

 

Interrogée par L’Orient-Le Jour, une source judiciaire libanaise a confirmé cette information, et précisé que l’ordonnance d’inculpation a été publiée il y a une dizaine de jours au Liban. Toujours selon notre source, les trois membres du clan Assad avaient déjà été condamnés par la justice syrienne pour le même motif. Mais le juge syrien qui a prononcé le jugement avait, par la suite, été lui-même condamné pour "faux".

 

Selon Le Figaro, Falak el-Assad est mariée à Abdel Jawad, un Libyen qui gérait une partie de la fortune de l'ancien président libyen Mouammar Kadhafi. Elle vit aujourd'hui avec son mari en Égypte.

 

Mounther et Fawaz el-Assad seraient, en outre, "impliqués dans de nombreux trafics à partir de leur bastion de Lattaquié, où ils opèrent", précise encore le quotidien français. "Les deux hommes comptent parmi les principaux financiers des chabiha, ces miliciens recrutés par le régime pour s'en prendre aux révolutionnaires qui cherchent à renverser le pouvoir syrien", écrit M. Malbrunot.

 

Depuis mars 2011, le gouvernement de Nagib Mikati affirme avoir adopté une "politique de distanciation" par rapport au conflit en Syrie. La justice libanaise hésite d’ailleurs toujours à émettre un mandat d’arrêt contre le chef de la sécurité syrienne, Ali Mamlouk, accusé d’avoir préparé avec l’ancien ministre libanais Michel Samaha des attentats au Liban en vue de provoquer des tueries interconfessionnelles.

Selon des informations de presse, la conseillère du président syrien Bouthaïna Chaabane serait également soupçonnée par les services de sécurité libanais d'avoir été au courant de ces projets.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué